Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

17/02/2010

Vers une commission d'enquête sur la grippe A

lu sur :
http://www.lemonde.fr/politique/article/2010/02/17/vers-une-commission-d-enquete-sur-la-grippe-a_1307385_823448.html
.
Vers une commission d'enquête sur la grippe A
LEMONDE.FR avec AFP et Reuters | 17.02.10 | 14h01


a campagne de vaccination de la grippe H1N1 devrait faire l'objet d'une commission d'enquête, à la demande du Nouveau Centre (NC, partenaire de l'UMP), qui en a fait adopter le principe, mardi 16 février, à l'Assemblée en commission, où les trois autres groupes se sont abstenus.

Le NC veut notamment comprendre les raisons de la faiblesse du nombre de vaccinations constatées fin 2009, l'influence des campagnes anti-vaccins et se pencher sur la gestion des vaccins et des stocks de médicaments. La commission sera définitivement acceptée lors d'un dernier vote en séance publique des députés mercredi 24 sur la proposition de résolution du Nouveau Centre. Elle sera rejetée si les trois cinquièmes des députés s'y opposent. Une fois l'ultime feu vert donné, la commission d'enquête composée de trente députés sera alors constituée.

Elle disposera alors de six mois pour enquêter "sur la manière dont a été programmée, expliquée et gérée la campagne de vaccination de la grippe A (H1N1) dans le but de faire des propositions au gouvernement pour rendre plus opérationnels, efficaces et réalistes nos futurs plans de vaccination contre les pandémies".

DÉMARCHE "INAMICALE"

"Tout le monde s'est abstenu – UMP, SRC, GDR – sauf le Nouveau Centre", a-t-on indiqué de source parlementaire à l'issue du vote de la commission des affaires sociales.

Le président de la commission, Pierre Méhaignerie (UMP), préférait la poursuite des auditions régulières de la ministre de la santé Roselyne Bachelot. Marisol Touraine (PS) penchait, elle, pour une mission d'information, procédure moins lourde.

Jean-François Copé et Jean Leonetti, président et vice-président du groupe UMP à l'Assemblée nationale, avaient déploré en janvier la demande du Nouveau Centre, y voyant même une démarche "inamicale".

Le Sénat a décidé le 11 février, à la demande du groupe communiste et apparentés, de créer une commission d'enquête sur le rôle des firmes pharmaceutiques dans la gestion de la lutte contre la grippe A. L'Organisation mondiale de la santé va convoquer à la fin du mois son comité d'urgence pour déterminer si "le pic" de la pandémie de grippe H1N1 est globalement passé dans le monde.

15/01/2010

Gestion de la grippe A en Belgique

lu sur :
http://www.lemonde.fr/planete/article/2010/01/15/grippe-a-la-belgique-resilie-sans-indemnite-un-tiers-de-sa-commande-de-vaccins_1292405_3244.html
.
Grippe A : la Belgique résilie sans indemnité un tiers de sa commande de vaccins
LEMONDE.FR avec AFP | 15.01.10 | 18h34


lors que l'épidémie de grippe A est officiellement terminée en France métropolitaine (258 morts en France, 13 554 dans le monde, selon un dernier bilan publié vendredi), l'heure des comptes est arrivée pour plusieurs capitales européennes. Les gouvernements de l'UE tentent de résilier une partie de leurs commandes auprès des laboratoires, avec plus ou moins de bonheur.

La Belgique a obtenu une diminution de "près d'un tiers" de sa commande de 12,6 millions de doses de vaccins contre la grippe H1N1 passée au groupe pharmaceutique britannique GlaxoSmithKline (GSK), a indiqué vendredi la ministre de la santé, Laurette Onkelinx. Elle a précisé que cela représenterait une économie de 33 millions d'euros et qu'il n'y aura pas d'indemnité de résiliation.

Au pic de l'épidémie l'an dernier, la Belgique est sortie de la phase épidémique à la mi-décembre, avait commandé à GSK 12,6 millions de doses de vaccins Pandemrix, dont 4,3 millions ont déjà été livrés. Selon l'accord intervenu jeudi, 4 des 8 millions de doses supplémentaires ne seront donc pas livrés.

En Italie, l'association de consommateurs Codacons a annoncé le lancement d'une action collective visant à obtenir le remboursement des vaccins commandés par le gouvernement. "L'action a pour but de faire obtenir aux usagers du service national de santé [plus de 60 millions de citoyens] la somme déjà payée par l'Italie pour l'achat de 24 millions de doses, une somme qui représente un énorme gaspillage, vu la faible adhésion à la campagne de vaccination." Environ 875 000 doses de vaccins ont été administrées en Italie jusqu'à présent. La demande de remboursement porte sur 186 millions d'euros, a précisé l'organisation.

La France, qui avait initialement commandé 94 millions de doses de vaccin (50 millions au britannique GSK, 28 au français Sanofi Pasteur, 16 au suisse Novartis et 50 000 à l'américain Baxter), a annoncé son intention de résilier des commandes à hauteur de 50 millions de doses. Le gouvernement a déjà résilié une commande de 9 millions de doses auprès de Sanofi, officiellement sans indemnité, et des négociations sont en cours concernant deux autres millions de doses. Mais Roselyne Bachelot a concédé lors d'une séance de questions à la commission des affaires sociales de l'Assemblée qu'il pourrait y avoir des indemnisations.

Gestion de la grippe A en France

lu sur :
http://www.lemonde.fr/planete/article/2010/01/12/grippe-a-roselyne-bachelot-face-aux-critiques-des-deputes_1290920_3244.html.
Grippe A : Roselyne Bachelot face aux critiques des députés
LEMONDE.FR avec Reuters | 12.01.10 | 23h29  •  Mis à jour le 12.01.10 | 23h30


a ministre de la santé Roselyne Bachelot a fait face mardi 12 janvier à l'Assemblée aux vives critiques de l'opposition visant sa gestion de la pandémie de grippe A (H1N1).

 

Dans une séance de questions à la commission des affaires sociales dans la nuit, la ministre a tenté de répliquer en mettant en cause les sceptiques, selon elle en partie responsables du médiocre succès de la campagne. "Je pourrais m'adresser un reproche, non pas celui d'en avoir trop fait pour protéger nos concitoyens [...] mais celui peut-être de n'en avoir pas fait assez pour les protéger de l'irresponsabilité de certaines personnalités publiques et de la désinformation qu'elles ont organisée", a-t-elle dit.

L'EGYPTE NE VEUT PLUS DE VACCINS FRANÇAIS

Elle a cependant confirmé en partie les problèmes qui font l'objet des critiques, laissant notamment entrevoir la possibilité que l'Etat verse des indemnisations à l'industrie pharmaceutique après l'annonce de son intention de résilier des commandes portant sur 50 millions de doses, sur 94 millions initialement commandées. "Il peut y avoir des indemnisations, les négociations sont en cours", a-t-elle concédé.

Par ailleurs, l'option de la revente est de plus en plus incertaine. Deux contrats ont été passés avec le Qatar pour la revente de 300 000 doses et avec Monaco pour 80 000 doses, mais l'Egypte a "rompu unilatéralement" le contrat signé avec la France, a annoncé la ministre. Des négociations sont en cours avec notamment l'Ukraine et le Mexique, mais Roselyne Bachelot a dit douter que les ventes soient importantes, car les laboratoires sont désormais en concurrence avec la France.

LES VACCINS EN PHARMACIE

L'opposition s'est demandée pourquoi les contrats initiaux passés avec l'industrie pharmaceutique ne prévoyaient pas d'option de repli. Elle a aussi fait remarquer que le choix d'une vaccination exclusivement en centres rendait mathématiquement impossible l'utilisation en temps utile des 94 millions de doses. La ministre a répondu que le gouvernement pourrait décider de fermer certains centres de vaccination en février, mais que la campagne se poursuivrait jusqu'en septembre.

Un nouveau problème est cependant apparu lors de cette audience, alors que les médecins généralistes sont autorisés depuis cette semaine à vacciner. Les doses ne sont en effet mises à disposition que dans les centres et non dans les pharmacies, et ils sont par ailleurs conditionnés en flacons multi-doses, ce qui provoque des pertes. Roselyne Bachelot a annoncé aux députés qu'elle avait demandé un possible passage des médecins par les pharmacies et assuré qu'elle disposait depuis fin décembre de vaccins conditionnés en doses uniques.

Il reste un autre problème important pour la ministre : les stocks très importants de masques et d'antiviraux acquis par le gouvernement.

 


La Serbie suspend ses achats de vaccins

La Serbie a décidé mardi de suspendre l'achat de doses de vaccins supplémentaires contre la grippe H1N1 auprès de la compagnie pharmaceutique suisse Novartis, en raison du peu d'intérêt de la population pour le programme gouvernemental de vaccinations.

Le pays a déjà acheté plus de 850 000 doses de vaccins et envisageait d'en acquérir trois millions en tout, pour un pays de quelque 7,5 millions d'habitants.

(AFP)