Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog


Société et notion d'Humanité

Société et notion d'Humanité : 

Les anglo-saxons et les latins ont décidément des mentalités différentes. Pour s'en convaincre, il suffit de réfléchir à la façon dont les empires coloniaux anglo-saxons (Amérique du Nord et Canada, Inde, Afrique, Australie, Nouvelle-Zélande) et latins (Afrique, Asie, Amérique du Sud, Madagascar, colonisés par la France, le Portugal, l'Espagne) ont évolué.

Pour les anglo-saxons, les seuls pays ayant échappé à une colonisation permanente sont ceux où la population était trop nombreuse pour être exterminée. 

Pour les anglo-saxons, il est clair que la Force prime le Droit. Nous ne devons pas perdre de vue cette réalité dans l'évolution de notre société et les rapports politiques que nous avons avec eux, en particulier ceux ayant trait à des règles commerciales.

Voici deux articles lus dans The Guardian : l'un aujourd'hui, 6 juin 2015, l'autre le 5 avril dernier.


Myall Creekhere, in 1838, a crime that would not be forgotten took ...

www.theguardian.com/.../myall-creek-here-in-1838-a-that-would-not-be- forgotten-took-place


Paul Daley 

Remembering is central to healing the pain of injustice and atrocity. Indigenous Australians have a way of remembering, the good and the bad, through oral history and art that passes memories down through the generations. 

I know of parts of central west New South Wales where the Indigenous women still talk in vivid detail about their ancestors who died after eating the bread, carefully laced with strychnine, that some of the settlers left outside the kitchens for them. They still talk also about the Wiradjuri warrior Wyndradyne, and his battles around Bathurst with the colonial soldiers and settlers, as if his death happened yesterday rather than 190 years ago. 

Closer to my home in Canberra the Indigenous people of the district – the Walgalu-speaking Ngambri and Ngurmal, the Wallabalooa and the Cookmai of the Ngunnawal language group – can still tell you all about the pioneering families whose properties are stained with Indigenous blood and stories of violent reprisal and murder. 

A wound can’t properly heal unless its cause is properly identified. To know our history – ancient and recent – is to know who walked before us and made our country what it is. It is to know ourselves. 

This weekend people from all over Australia, black and white, will converge on Myall Creek – a tiny place with two overgrown tennis courts and a memorial hall – that you’d hardly call a town in a small part of north-west NSW known evocatively, given its violent history, as New England. Here in 1838 a group of stockmen killed 28 unarmed Wirrayaraay old men, women and children. 

The Myall Creek Massacre, as it came to be known, was not the first of the hundreds, perhaps thousands, of such crimes that unfolded across the colonial frontier between the first inhabitants, soldiers, settlers, vigilante groups and Indigenous “black police”. The last is commonly regarded to have been at Coniston, Northern Territory, in 1928 – notwithstanding the countless other acts of extreme violence (including custodial deaths) inextricably linked to colonialism, that have since been perpetrated against Indigenous Australians. 

But Myall Creek is unique: it is the only massacre on the colonial or post-colonial frontier where non-Indigenous murderers of Aboriginal or Torres Strait Islander people have been convicted. Seven of the killers hung. Myall Creek was also instrumental for killers of blacks – a lesson that spread across the continent like a Mallee wildfire: cover your tracks by properly disposing of the bodies; leave no witnesses.

In 2000, when the first of what are now annual June long-weekend commemorations at Myall Creek took place, descendants of victims and killers united in an act of mutual apology and forgiveness. 

Every year at Myall Creek since 2000 it’s been the same: sorrow and forgiveness. 

In 2008 the then prime minister Kevin Rudd delivered an apology to the “stolen generation”. Freighted in legality, it stopped well short of the far wider, general, national apology that the colonial violence against this continent’s Indigenous people demands from both contemporary British and Australian governments. 

The Myall Creek apology stands as an evocative metaphor for that unfulfilled national need. 

As NSW Labor politician Paul Lynch has said : “There was some discussion at the [2013] event of the concept of Myall Creek being developed nationally in the form of an apology for all the massacres. One would have thought that that would be a necessary preliminary to constitutional recognition of Aboriginal people.” 


Graeme Cordiner, a member of the national committee of Friends of Myall Creek, which promotes the yearly commemoration, says: “At Myall Creek there’s been an apology – and a national apology of that sort is, of course, the unfinished ‘sorry’ business of this country. Amid the talk of constitutional recognition and even treaty, we as a nation should apologise for the way the continent was taken.” 

Unfortunately, plenty of Australians might prefer to advocate moving on from the past. 

Noel Pearson, prime minister Tony Abbott’s foremost seer on most Indigenous matters, recently challenged Aboriginal and Torres Strait Islander Australians to get over their traumatic history much, as he claimed, that Holocaust survivors had. Reactionaries, predictably, applauded. 

Pearson’s critics – and I’m happy to back them on this – naturally stress that commemorations and apologies for the great crime of the Holocaust are, appropriately, perpetual. There have been legal reparations, insufficient of course, but symbolically incisive. 

John Maynard, an Indigenous history professor who is currently researching Aboriginal servicemen, will give a guest speech at Sunday’s Myall Creek commemoration. 

I asked Maynard, grandson of the early Indigenous activist Fred Maynard, what importance he attached to commemorating events like Myall Creek. He says: “It seems a strange and hypocritical contradiction that some black and white politicians tell us we need to ‘move on’ and not dwell upon the frontier wars of the past whilst at the same time we are saturated with ‘Lest We Forget’ Gallipoli – a failed (allied, including Australian) invasion of another peoples’ country. Myall Creek and Coniston are two of the more prominent Aboriginal massacre sites and as such stand as markers not just for the horrific crimes that took place at these locations but reflect additionally the multitude of silences that remain across the wider continent. 

“I think for me having the honour to speak at the Myall Creek Memorial this year I will certainly reflect not just on those who lost their lives at that site but use the location and day to remember all of those who lost their lives in places forgotten, missed and purposefully erased from both memory and the record.” 

And that’s why remembering matters.


Société et Humanité : les anglo-saxons sont décidément différents des méditerranéens gréco-latins 05 AVRIL 2015 

J'ai lu l'article suivant le 4 avril 2015, sur "The Guardian" : (Les guatémaltèques délibérément contaminés par des agents pathogènes de maladies sexuellement transmissibles poursuivent l'université Johns Hopkins en justice)


Guatemalans deliberately infected with STDs sue Johns Hopkins ... 



Lawsuit with 800 plaintiffs seeks damages for individuals, spouses and children of people deliberately infected with STDs through US government programme Nearly 800 plaintiffs have launched a billion-dollar lawsuit against Johns Hopkins University over its alleged role in the deliberate infection of hundreds of vulnerable Guatemalans with sexually transmitted diseases, including syphilis and gonorrhoea, during a medical experiment programme in the 1940s and 1950s. 

The lawsuit, which also names the philanthropic Rockefeller Foundation, alleges that both institutions helped “design, support, encourage and finance” the experiments by employing scientists and physicians involved in the tests, which were designed to ascertain if penicillin could prevent the diseases. 

Researchers at Johns Hopkins School of Medicine held “substantial influence” over the commissioning of the research program by dominating panels that approved federal funding for the research, the suit claims. 

The lawsuit asserts that a researcher paid by the Rockefeller Foundation was assigned to the experiments, which he travelled to inspect on at least six occasions. 

The suit also claims that predecessor companies of the pharmaceutical giant Bristol-Myers Squibb supplied penicillin for use in the experiments, which they knew to be both secretive and non-consensual. 

The experiments, which occurred between 1945 and 1956, were kept secret until they were discovered in 2010 by a college professor, Susan Reverby. The programme published no findings and did not inform Guatemalans who were infected of the consequences of their participation, nor did it provide them with follow up medical care or inform them of ways to prevent the infections spreading, the lawsuit states. 

Orphans, prisoners and mental health patients were deliberately infected in the experiments. 

The plaintiffs case quotes the correspondence from one of the programme’s lead researchers who tells another doctor that if it were discovered by “some goody organization” that the programme was testing people who were mentally ill it would “raise a lot of smoke”. The manager continues: “I see no reason to say where the work was done and the type of volunteer.” 

Baltimore-based attorney for the plaintiffs Paul Bekman told the Guardian that of the 774 claimants, about 60 were direct survivors of the programme. Many have died as a result of deliberate infection and others had passed on disease to family members and partners. 

“The people who are responsible [for carrying out the research] now are long dead,” said Bekman “But the records are there, and we have detailed documentation that supports the allegations in our complaint.” 

Marta Orellana was a nine-year-old orphan when she was included in the experiments. In an interview with the Guardian in 2011 she recalled being forcibly examined by light-complexioned foreigners and a Guatemalan doctor in the orphanage infirmary. 

“They never told me what they were doing, never gave me a chance to say no,” Orellana said “I’ve lived almost my whole life without knowing the truth. May God forgive them.” 

Included within the legal claim are graphic descriptions of some of the methods used by the researchers to infect their subjects : 


During the experiments, the following occurred:


    1. Prostitutes were infected with venereal disease and then provided for sex to subjects for intentional transmission of the disease;
    2. Subjects were inoculated by injection of syphilis spirochaetes into the spinal fluid that bathes the brain and spinal cord, under the skin, and on mucous membranes;
    3. An emulsion containing syphilis or gonorrhoea was spread under the foreskin of the penis in male subjects;
    4. The penis of male subjects was scraped and scarified and then coated with the emulsion containing syphilis or gonorrhea;
    5. A woman from the psychiatric hospital was injected with syphilis, developed skin lesions and wasting, and then had gonorrhoeal pus from a male subject injected into both of her eyes and;
    6. Children were subjected to blood studies to check for the presence of venereal disease.


The then secretary of state Hillary Clinton apologised for the programme in 2010 after a presidential bioethics commission investigation found the experiments “involved unconscionable basic violations of ethics”.


A federal lawsuit for damages under the Federal Tort Claims Act failed in 2012 after a judge determined the US government cannot be held liable for actions outside the United States. Bekman told the Guardian he believed the new lawsuit stood a greater chance of success as it was lodged in the state court of Maryland and against private entities.

Both Johns Hopkins University and the Rockefeller Foundation have vigorously denied any involvement in the experiments. 

A spokeswoman for Johns Hopkins School of Medicine said the institute expressed “profound sympathy” for the victims of the experiments and their families, but added: “Johns Hopkins did not initiate, pay for, direct of conduct the study in Guatemala. No nonprofit university or hospital has ever been held liable for a study conducted by the US government.”

The university stated it would “vigorously defend” the lawsuit. 

The Rockefeller Foundation issued a detailed response to the claim online, which it described as seeking to “improperly to assign ‘guilt by association’ in the absence of compensation from the United States federal government”.

The statement continued: “In the absence of a connection to the Rockefeller Foundation, the lawsuit attempts to connect the Foundation to the experiments through misleading characterizations of relationships between the Foundation and individuals who were in some way associated with the experiments.”

A spokeswoman for Bristol-Myers Squibb declined to comment.


sur le même sujet, en 2010 :

Expérimentations: Washington s'excuse auprès du Guatemala

www.lefigaro.fr/.../01003-20101002ARTFIG00344-experimentations- washington-s-excuse-aupres-du-guatemala.php‎ 

2 oct. 2010


Dans le cadre d'une étude sur les effets de la pénicilline, des centaines de Guatémaltèques se sont vus inoculer des maladies sexuellement transmissibles entre 1946 et 1948, par des scientifiques américains.


Une expérience scientifique vieille de 64 ans pourrait compliquer les relations entre le Guatemala et les Etats-Unis. Washington a présenté vendredi des excuses aux centaines de Guatémaltèques, à qui des scientifiques américains ont transmis des maladies sexuellement transmissibles à la fin des années 40. Ces révélations ont ébranlé les autorités guatémaltèques, qui affirment ne rien connaitre de l'affaire. Le président du Guatemala Alvaro Colom a dénoncé un «crime contre l'Humanité» et annonce que son gouvernement «se réserve le droit de porter plainte ».


A l'origine de ce scandale, une étude financée par les autorités américaines entre 1946 et 1948 sur les effets de la pénicilline, découverte en 1928. Les scientifiques se demandent alors si l'antibiotique peut non seulement guérir la syphilis mais aussi prévenir la maladie. Comme la législation américaine n'autorise pas à mener de telles expériences sur l'homme, le directeur de cette étude, le médecin John Cutler, la met en place au Guatemala. Les chercheurs vont sélectionner comme cobayes des personnes vulnérables, tels que des malades mentaux. Environ 696 personnes participent à leur insu à cette étude. L'un des patients au moins est mort, sans qu'il soit établi si l'expérience est elle-même à l'origine de son décès. L'étude, qui n'a jamais été publiée, n'a apporté aucun résultat significatif.

«Exposition naturelle»

Dans un premier temps, les chercheurs inoculent la syphilis ou la blennorragie à des prostituées et les laissent ensuite avoir des rapports sexuels avec des soldats ou des détenus. Mais lorsque cette «exposition naturelle» ne produit pas assez de contaminations, les scientifiques changent de tactique. Ils contaminent directement des soldats, des prisonniers et des malades mentaux. Selon les rapports de l'étude, la bactérie de la syphilis à été apposée sur des zones du visage, du bras ou du pénis des patients qui avaient été abrasées.


Les scientifiques, dont les recherches étaient financées par des Instituts américains de la santé, n'auraient pas expliqué en détail leur projet aux responsables guatémaltèques et auraient fait des dons de matériels.Les cobayes ont été traités avec de la pénicilline mais l'étude ne précise pas si cela a suffi à les guérir, affirme Susan Reverby. C'est cette historienne américaine, qui a découvert l'expérimentation et a alerté les autorités américaines.

«Un sombre chapitre de l'histoire de la médecine»

Susan Reverby a retrouvé les comptes-rendus du docteur John Cutler, en enquêtant sur une autre des études, toute aussi contraire à la déontologie, à laquelle il a participé : l'expérimentation de Tuskegee. Entre 1932 et 1972, des scientifiques américains ont suivi 600 afro-américains atteints de la syphilis. Aucun de ces sujets n'était au courant qu'ils étaient porteurs de la maladie. A aucun moment les médecins n'ont proposé de les soigner. L'expérience guatémaltèque n'est pas isolée, rappelle le directeur des instituts américains de santé, pour qui son homologue de l'époque a sans doute été mis au courant. Selon le Dr. Francis Collins, qui déplore «un sombre chapitre de l'histoire de la médecine», une quarantaine d'expériences d'inoculation délibérée ont été organisées aux Etats-Unis, dans les années 40.

L'étude menée au Guatemala, était «clairement contraire à l'éthique» et «répréhensible», ont dénoncé la secrétaire d'Etat Hillary Clinton et la ministre de la Santé Kathleen Sebelius. «Bien que ces événements aient eu lieu il y a plus de 64 ans, nous sommes révoltées qu'une recherche aussi répréhensible ait pu être menée en invoquant la santé publique», écrivent encore les deux ministres, qui ont lancé une vaste enquête pour déouvrir ce qui s'est passé au Guatemala et examiné les régulations actuelles. Barack Obama a téléphoné à son homologue guatémaltèque et lui transmis «ses plus profonds regrets». Le président américain a aussi «réaffirmé l'engagement inébranlable des Etats-Unis pour que toutes les études médicales menées sur l'homme aujourd'hui remplissent des critères éthiques et juridiques exigeants». Il n'est pas certain que les victimes guatémaltèques puissent demander des dommages et intérêts.

sur le même sujet, on peut lire :

Expérimentation sur la syphilis au Guatemala — Wikipédia





et aussi : 

Frank Olson — Wikipédia


Frank Olson (Naissance le 17 juillet 1910 – mort le 28 novembre 1953) est un scientifique qui travaillait pour l'US Army dans une division top secret (la division  ...

Frank Olson - Wikipedia, the free encyclopedia


Frank Rudolph Olson (July 17, 1910 – November 28, 1953) was an American .... In 1994, Eric Olson had his father's body exhumed to be buried with his mother.

Biography - ‎Murder allegations - ‎Popular culture references - ‎See also 


et à propos de tests de LSD :

Quand la CIA menait des expériences sur des cobayes français, par ...

16 mars 2010 ... Quand la CIA menait des expériences sur des cobayes français ..... Réseau Voltaire, 16 mars 2010, www.voltairenet.org/article164442.html.


Le trafic des trésors archéologiques d'Irak (la barbarie n'a pas de frontières)

un article à lire :

Le trafic des trésors archéologiques d'Irak, de l'invasion US à Daech ...


il y a 17 heures ... Interview de Mohsen Abdelmoumen. ... sur Palestine Solidarité ...

Analyse. Le trafic des trésors archéologiques d'Irak, de l'invasion US à Daech-IS ..... 

extrait :

... " Le monde s’insurge contre le saccage des vestiges millénaires de la Mésopotamie par l’organisation terroriste en oubliant que le patrimoine irakien n’a été épargné par personne. A titre d’exemple, en 2003, l’armée US avait établi une base militaire de 150 hectares dans les ruines de Babylone, appelée le camp Alpha, ce qu’un rapport du British Museum de 2005 avait comparé àl’établissement d’un camp militaire autour de la Grande Pyramide en Egypte ou autour de Stonehenge en Grande-Bretagne. Située à 90 kms au sud de Bagdad, Babylone a abrité l’une des sept merveilles du monde. Qui n’a pas entendu parler des Jardins suspendus de Babylone ? Capitale de deux des plus illustres rois de l’Antiquité, Hammourabi (1792-1750 av. JC) qui a offert à l’Histoire l’un des premiers codes de lois, et Nabuchodonosor (604-562 av. JC.) qui a construit les jardins suspendus, l’antique ville de Babylone est considérée comme l’un des sites archéologiques les plus importants au monde s’étendant sur 2100 hectares au bord de l’Euphrate. Alexandre le Grand est mort avant d’avoir pu concrétiser son rêve : faire de Babylone sa nouvelle capitale. Lors de l’invasion US de 2003, la cité antique a été mise à sac, les musées de Nabuchodonosor et d’Hammourabi ainsi que les archives de la bibliothèque de Babylone ont été volés et détruits. " ...


1214 / 2014 : 8 siècles !

Bouvines, 27 juillet 1214

il y a 8 siècles !

Et toujours cet affrontement entre pays anglo-saxons et la France, sur le plan économique et sociétal aujourd'hui.

Aviez-vous entendu parler de la commémoration ? Moi pas !

S'agit-il d'une volonté des médias et de leurs maîtres pour passer sous silence ce rappel historique ?

Il serait utile d'envisager une Union des pays Méditerranéens pour s'engager dans une autre voie que celle du libéralisme mercantile anglo-saxon. 

Voici quelques liens :

Par François-Guillaume LorrainLe Point - Publié le 22/12/2014 à 00:00 - Modifié le 22/12/2014 à 08:53

Bataille de Bouvines — Wikipédia

La bataille de Bouvines est une bataille qui se déroula le dimanche 27 juillet 1214 près de Bouvines, dans le comté de Flandre (aujourd'hui dans le ...

Bouvines 2014 | Célébration du 800è anniversaire de la bataille de ...


Maïs, irrigation, changement climatique

lu sur :

Tikaljoyau maya victime de son expansion - LeTemps.ch

ARCHÉOLOGIE Mardi 16 décembre 2014
Denis Delbecq

La déforestation des alentours de la cité de Tikal au profit de la culture intensive du maïs a amplifié les sécheresses et a poussé les habitants à abandonner les lieux à partir du IXe siècle. (National Geographic/Getty Images)

La déforestation des alentours de la cité de Tikal au profit de la culture intensive du maïs a amplifié les sécheresses et a poussé les habitants à abandonner les lieux à partir du IXe siècle. (National Geographic/Getty Images)

Une étude retrace les événements ayant conduit à la chute d’un des plus grands centres urbains de la civilisation maya . Démographie galopante et agriculture inadaptée auraient amplifié un changement climatique en Amérique centrale, conduisant la cité à sa perte

Pendant des siècles, probablement près de mille ans, Tikal était une cité florissante de la civilisation maya. Mais en quelques décennies, à la fin du IXe siècle, la ville s’est vidée de ses habitants. Il n’en reste que ruines, au cœur de la presqu’île du Yucatan, dans le Guatemala d’aujourd’hui. «Tikal jouait un rôle clé dans l’économie maya, raconte David Lentz, biologiste à l’Université de Cincinnati (Ohio, Etats-Unis), le principal auteur d’une étude publiée aujourd’hui dans la revue PNAS. C’était un carrefour pour le transport des marchandises, qui reliait les côtes Est et Ouest de la presqu’île du Yucatan. On a ainsi retrouvé du charbon de bois de pin, une preuve que les Mayas en faisaient commerce puisqu’il n’y a pas de pins dans la région de Tikal.» A son apogée, au début du IXe siècle, Tikal comptait environ 45 000 habitants.

Pour comprendre comment une telle ville a pu se développer puis disparaître, le groupe de David Lentz a mené deux longues campagnes de plusieurs mois sur le terrain. Les scientifiques ont fouillé, creusé, analysé les sols et les vestiges, collecté des sédiments au fond des lacs, étudié la végétation par satellite et cartographié le sol et le sous-sol. Un travail de titan, mêlant l’expertise d’une quinzaine de chercheurs en géographie, biologie, géologie, agronomie, physique, anthropologie, informatique, etc. «Cela ne ressemble en rien à l’image décrite dansIndiana Jones d’un explorateur solitaire qui fouille la jungle à la recherche d’une cité perdue», sourit David Lentz. Son armada scientifique a permis de vérifier que les Mayas avaient développé à Tikal une agriculture très sophistiquée, dont l’étendue a fini par peser sur l’environnement.

A Tikal, le climat connaît, tous les six mois, une alternance entre saison sèche et humide, qui se retrouve quand on étudie les sols anciens. C’est dans ces sols aussi, dans les parties les plus basses du site, qu’apparaissent des vestiges de l’agriculture maya: des signes indiscutables d’une irrigation qui a démarré vers l’an 485. «Les Mayas avaient compris qu’en stockant l’eau d’une saison à l’autre, ils pourraient irriguer et produire deux récoltes annuelles au lieu d’une», explique David Lentz.

Des vestiges de quatre immenses réservoirs sont encore présents sur le site. Et un faisceau de preuves laisse penser qu’ils étaient utilisés pour l’irrigation, et non pour la consommation. «Nous avons analysé les sédiments déposés au fond d’un réservoir; ils montrent que les Mayas s’en servaient aussi comme dépotoirs. Autrement dit, ils ne buvaient pas cette eau. De plus, on constate que le point le plus bas des réservoirs est plus haut que le point le plus haut des terrains qui étaient cultivés autour.» Il suffisait donc de laisser l’eau s’écouler, de temps à autre, pour inonder les cultures.

A Tikal, les Mayas cultivaient principalement du maïs, selon le groupe de David Lentz, qui a conduit une analyse minutieuse des anciens sols cultivés pour en extraire de la matière organique, vestige des plantes qui poussaient dans le passé. Il existe trois familles de plantes, classées suivant la manière dont elles utilisent la photosynthèse pour capter le CO2 dans l’air et en extraire le carbone. Chacune est caractérisée par une «signature» distincte, une composition du carbone bien précise dans ses racines, tiges et feuilles. «Quand on étudie le carbone dans le sol des anciens champs de Tikal, à une profondeur qui correspond à l’époque maya classique, on voit un net changement dans la composition du carbone, qui montre l’apparition soudaine de la famille «C4», dans laquelle on retrouve les plantes herbacées, dont le maïs.» A cette époque, donc, le maïs a commencé d’être semé. «Il pourrait aussi s’agir d’herbes qui se seraient installées spontanément sur un terrain défriché et abandonné, explique David Lentz. Mais si c’était le cas, on retrouverait probablement des plantes «C4» sur le site aujourd’hui, or il n’y en a pas. Nous avons donc la quasi-certitude que ces champs étaient plantés de maïs.»

La précieuse plante était cultivée sur des terrains gagnés sur la forêt tropicale. D’après les calculs du groupe de David Lentz, la ville de Tikal étendait son emprise sur un territoire d’environ 1100 km 2 , aux trois quarts recouvert de forêt, le reste étant formé de zones tour à tour sèches ou humides au fil des saisons. «Le développement démographique a provoqué une forte pression sur les forêts alentour, explique David Lentz. On estime que la population a rasé de 60 à 70% de la végétation pour développer l’agriculture et construire.» Une estimation qui repose sur des données concrètes. «En prélevant des carottes de sédiments au fond des lacs, nous avons pu étudier les pollens qui se déposent au fil des années, justifie David Lentz. Dans ces sédiments, on voit que la quantité de pollen d’arbres a fortement diminué, ce qui nous a permis d’évaluer l’ampleur de la déforestation

Aux VIIe et VIIIe siècles, les pluies abondantes ont permis d’accompagner la démographie galopante et l’agriculture de Tikal. Mais entre 820 et 870, la région a connu un climat beaucoup plus sec, empêchant le remplissage des réservoirs d’irrigation. Une aridité qui a probablement été amplifiée par la déforestation. «Dans une forêt pluviale, raser les arbres revient à supprimer une gigantesque éponge de 40 mètres d’épaisseur. Faute de disposer d’eau en quantité suffisante pour subvenir à ses besoins, la population a fini par partir.» Une destinée qu’ont subie de nombreuses cités mayas au cours des siècles qui ont suivi, obligeant la population à se disperser autour d’emplacements plus accueillants, et mettant un terme à la civilisation maya. Alors que les négociations climatiques internationales sous l’égide de l’ONU ont une nouvelle fois accouché d’une souris ce week-end à Lima (Pérou), les travaux du groupe de David Lentz viennent à point nommé rappeler à quel point une société non durable est vouée à disparaître.


Démocratie : le mythe de la volonté du Peuple

Pour nourrir votre réflexion, visitez le lien ci-dessous.

Attentat démocratique...

Petit montage destiné à être projeté dans les lieux publics afin de sensibiliser la population au concept de vraie démocratie.

Intervenants: Jacques BREL, Etienne CHOUARD, Francis DUPUIS-DERI, Michel HOUELLEBECQ, Henri GUILLEMIN, Paul JORION, Cornelius CASTORIADIS..

Source : 



Les générations futures menacées par le mercure

Comme le déclin de l'empire romain a été provoqué par le plomb , les capacités intellectuelles de l'espèce humaine seront affectées par le mercure et il n'est pas difficile d'en imaginer les conséquences ( voir * et ** )

lu sur Le Temps (Suisse) :

ENVIRONNEMENT Mercredi 03 septembre 2014

Le mercure, métal toxique s’accumulant dans la chaîne alimentaire et qui affecte le système nerveux et le développement, pollue de plus en plus. Le phénomène est très marqué à la surface des eaux du globe, comme le révèle une étude publiée dans la revue Nature

En janvier 2013, à Genève, 130 pays ont signé une convention visant à réduire la pollution au mercure, métal toxique qui s’accumule dans la chaîne alimentaire et qui affecte le système nerveux et le développement. L’objectif est d’en limiter drastiquement les émissions.

Mais l’environnement est déjà durablement contaminé, à commencer par le milieu marin. Une étude internationale (impliquant des chercheurs des Etats-Unis, de France et des Pays-Bas), publiée récemment dans la revue scientifique Nature , montre que la concentration de mercure dans les eaux de surface de quasiment tous les océans a triplé du fait des rejets d’origine humaine.

Pour arriver à cette conclusion, Carl Lamborg, de l’Institut océanographique Woods Hole du Massachusetts, et ses collègues ont utilisé pour la première fois des mesures directes, dans le but de quantifier le «mercure anthropique», par opposition au mercure naturellement émis par l’activité volcanique terrestre et sous-marine.

Ils ont travaillé à partir de prélèvements réalisés au cours des multiples campagnes océanographiques du programme international Geotraces, lancé en 2006 et toujours en cours, aussi bien dans l’Atlantique que le Pacifique ou les océans Arctique et Antarctique.

Afin de différencier la part de l’homme et celle de la nature, ils ont établi des ratios entre le mercure et d’autres paramètres océanographiques plus classiques, tels que le phosphate et le CO2. D’abord dans les eaux profondes – et donc plus «vieilles» – des océans, puis dans les eaux superficielles, dont les échanges avec l’atmosphère sont plus récents.

Résultat: les eaux de surface – jusqu’à 1000 mètres de profondeur – sont marquées par un net surcroît de mercure. L’Atlantique Nord est le plus souillé, ce qui est probablement dû aux émissions conjuguées de l’Amérique du Nord et de l’Europe, qui ont atteint leur maximum dans les années 1970.

Le mercure est un des premiers métaux connus de l’homme: déjà, durant les empires chinois et romain, il était utilisé et relâché dans l’environnement. Mais le rythme des émissions s’est considérablement accru depuis le milieu du XIXe siècle, avec la révolution industrielle. Les sources principales en sont aujourd’hui les centrales thermiques au charbon, qui représentent plus des deux tiers des rejets anthropiques. S’y ajoute l’extraction minière, ce métal étant souvent présent dans les gisements de zinc, d’or ou d’argent.

Contrairement aux autres métaux lourds, le mercure, très volatil, se disperse dans l’atmosphère sur de très grandes distances, avant de se déposer dans les océans. En ce sens, il se comporte comme le CO2 et le milieu marin constitue une «pompe à mercure».

Au total, les chercheurs évaluent entre 60 000 et 80 000 tonnes la quantité de mercure présente dans les mers du globe. «Les concentrations sont infinitésimales, de l’ordre du dixième de nanogramme par litre, indique Lars-Eric Heimbürger, du laboratoire Géosciences environnement Toulouse (CNRS/IRD/Université Paul-Sabatier), coauteur de l’étude. Mais, au fil de la chaîne trophique, jusqu’aux plus gros poissons comme le thon ou l’espadon, cette concentration est multipliée par dix millions.»

Voilà pourquoi les taux élevés de mercure dans les eaux de surface, qui en accumulent les deux tiers, sont particulièrement «inquiétants», selon le chercheur. Car, explique-t-il, c’est dans cette partie de la colonne d’eau que le mercure est transformé par les bactéries en méthylmercure, la forme la plus toxique de ce métal. Celle qui se retrouve dans les poissons de mer que nous consommons.

L’étude révèle toutefois que l’impact des émissions anthropiques de mercure n’est pas uniforme dans tous les océans. D’où la nécessité de poursuivre des observations «à grande échelle», souligne Lars-Eric Heimbürger qui, après avoir participé à une campagne océanographique française dans l’Atlantique Nord, s’apprête à mettre le cap vers l’océan Arctique et son mercure.



Histoire du saturnisme — Wikipédia

Les cas plus anciens de saturnisme ont été récemment démontrés chez l'homme et les ... Leplomb a compté parmi les premiers métaux exploités par l'Homme, ... de l'effondrement de l'empire romain, principalement à cause des vaisselles et ...

Le saturnisme au cours des âges - ‎Préhistoire - ‎Pollutions parfois millénaires ...


Mercure (chimie) — Wikipédia


‎... " Le mercure est un puissant neurotoxique et reprotoxique sous ses formes organométalliques (monométhylmercure et diméthylmercure), de sels (calomelcinabre, etc.) et sous sa forme liquide en elle-même. L'empoisonnement au mercure est appelé « hydrargisme » (voir également Maladie de Minamata). On le soupçonne également d'être une des causes de la maladie d'Alzheimer, du syndrome de fatigue chronique, de la fibromyalgie et d'autres maladies chroniques10. En 2009, le Conseil d’administration du Programme des Nations unies pour l’environnement (PNUE) a décidé d’élaborer un instrument juridiquement contraignant sur le mercure ; le Comité de négociation intergouvernemental chargé d'élaborer cet instrument juridique s'est réuni en janvier 2011 au Japon puis à Nairobi fin octobre 201111. " ...


Le problème n'est pas la désobéissance civile. Notre problème, c'est l'OBÉISSANCE civile ...

à écouter :

www.youtube.com/watch?v=6HfLtdB2OCo   En cache

... http://www.facebook.com/LeJournalduSiecle Youtube - http: ... 5:06

voir aussi la note du 18/8/14 sur ce blog

Renouveler la démocratie par le tirage au sort


À propos d'Afrique

lu sur :


Les racines esclavagistes de l’histoire centrafricaine

Jean-Louis Triaud | Historien

Il y a, dans l’histoire de la République centrafricaine, cette ancienne colonie française alors connue sous le nom d’Oubangui-Chari, des constantes géopolitiques qui la rattachent à un espace plus vaste entre Nil et lac Tchad.

Depuis deux semaines, la France intervient militairement en Centrafrique pour tenter de mettre fin aux massacres entre groupes armés. Mais qui connait l’histoire et les racines de ce pays enclavé au cœur du continent africain ? Ce texte d’un historien donne quelques clés de compréhension au-delà des péripéties d’une opération militaire. Pierre Haski

Au XIXe siècle, l’actuel Soudan était ravagé par l’action de seigneurs de guerre esclavagistes qui allaient plus au sud capturer les marchandises humaines.

A cette époque, la recrudescence et l’extension de la traite des êtres humains à partir du Soudan et les débuts de la conquête française dans les pays du Tchad, parallèlement aux avancées des Britanniques qui remontaient le Nil, faisaient de toute cette vaste zone une région d’affrontements en chaîne et d’insécurité généralisée.

Zoubeir Pacha, marchand d’esclaves

Zoubeir Pacha, marchand d’esclaves, un moment gouverneur du Bahr al-Ghazal (Sud-Soudan), est une des figures les plus connues parmi ces entrepreneurs de la traite à longue distance.

Quand Zoubeir fut vaincu par les Anglo-Egyptiens, un de ses lieutenants, nommé Rabih (ou Rabah), prit le large et, à la tête de milliers de combattants armés de fusils à tir rapide et de petits canons, fit mouvement, en 1887, vers le Darfour, le Tchad et le Nigeria actuels.

Il s’installa au Bornou, au nord-est du Nigeria actuel, là où Boko Haram est aujourd’hui implanté, et y installa sa capitale, à Dikoa, près du lac Tchad. Il prit la place d’un vieil empire séculaire et y construisit une redoutable puissance prédatrice jusqu’à la conquête du Tchad par les Français face auxquels il mourut au combat en 1900.

Une nouvelle ramification allait partir de ses rangs. Un de ses adjoints, nommé Senoussi, se sépara de son « patron » et s’enfonça vers le sud. Il fonda à son tour un sultanat, pour son propre compte, dans le Dar El-Kouti, qui était son pays de naissance, dans le nord de l’actuelle République centrafricaine, et il y installa sa capitale dans la ville de Ndélé. Le sultan Senoussi se revendiquait de l’appartenance à l’islam et il utilisait volontiers le titre califal de « prince des croyants ».

Un peu comme Samori, le sultan Senoussi est l’une des figures maudites de l’historiographie coloniale. Il fut responsable de la mort de l’explorateur français Paul Crampel et de ses compagnons (novembre 1891). L’opinion coloniale, en France, n’eut dès lors de cesse de vouloir venger ces morts.

Mais il lui fallut attendre vingt ans car, entre-temps, les forces françaises avaient dû composer avec le sultan, accepter ses protestations d’innocence, essayer d’utiliser ses services et installer un résident à Ndélé pour surveiller ses activités.

La fin du sultanat de Senoussi

Mais, après Rabih, Senoussi tomba finalement sous leurs coups en janvier 1911, tué à bout portant par un commando français dont le chef lui-même, le lieutenant Grunfelder, périt dans l’opération. Le sultanat de Senoussi était définitivement démantelé.

Du point de vue de l’histoire africaine elle-même, l’affaire était encore plus dramatique en raison des ravages causés par le sultan et ses alliés dans toute la région.

L’économie esclavagiste, le troc d’esclaves contre des armes, les pillages généralisés, la terreur frappèrent toutes les populations qui cherchaient dans la fuite, dans une installation précipitée dans des grottes ou dans des zones inaccessibles, un refuge contre ces dévastations.

Ces chaînes de destruction dans toute cette zone de confins, dont Senoussi n’était qu’un maillon, sont l’un des facteurs aujourd’hui reconnus de l’effondrement démographique qui caractérise toute cette partie de l« Afrique centrale jusqu’à maintenant. Leur souvenir est très présent dans la mémoire des populations.

Ndélé, la capitale de Senoussi, est revenue sous les feux de l’actualité à l’occasion des événements récents. C’est, en effet, un lieu stratégique pour le contrôle de l’accès par le nord à la capitale, Bangui, située à 700 km de là. Ndélé et toute la région qu’elle commande sont, aujourd’hui comme hier, au carrefour d’itinéraires commerciaux et d’influences qui viennent du Nigeria, du Tchad et du Soudan voisins à travers des frontières éminemment perméables.

La Séléka a emprunté les mêmes itinéraires. En juillet dernier, les associations humanitaires et les journalistes signalaient déjà les exactions qui étaient perpétrées à Ndélé par des éléments de la Séléka, lesquels avaient alors fait de cette ville leur base d’opérations et une étape dans leur progression vers le sud.

Un Etat centrafricain jamais consolidé

Tout se passe comme si les chemins de ces “grandes invasions” étaient à nouveau empruntés à la faveur de l’effondrement d’un Etat centrafricain qui n’a jamais vraiment réussi, depuis son indépendance, à se consolider.

L’histoire ne se répète pas simplement, mais on en retiendra la constance de ces mouvements de descente vers le sud de groupes de coupeurs de route sahéliens, dont l’islam d’origine est d’ailleurs fort sommaire, et qui s’infiltrent dans des zones périphériques mal contrôlées par les Etats pré-coloniaux comme post-coloniaux.

On en retiendra aussi la vieille familiarité des Français et des troupes de marine avec ces adversaires.

La Séléka est un des lointains héritiers de Senoussi et les troupes françaises rejouent aujourd’hui, en Centrafrique, une scène à la fois ancienne et entièrement nouvelle.


voir aussi :


Il est plus que temps de défendre la langue française

Un appel qui est toujours d'actualité.

lu sur :


Langue française : état d'urgence, par un collectif d'associations

Le Monde.fr | 07.12.2009 à 16h46 • Mis à jour le 07.12.2009 à 18h02

Les associations qui signent cet appel regroupent des démocrates de toutes sensibilités idéologiques. Unanimes, elles dressent un constat angoissant du sort politique fait à la langue française en France. 
"Langue de la République" (art. II de la Constitution), le français est une condition du vivre-ensemble national et républicain, et, selon les sondages récents, il est pour 80 % de nos concitoyens un des principaux piliers de l'"identité nationale". Or, le français est aussi gravement menacé chez nous qu'au Québec, en Afriquefrancophone, en Wallonie ou en Suisse romande. Il l'est moins par l'air du temps que par une politique linguistique menée surtout par de grandes entreprisesfrançaises avec l'appui de milieux politiques, certes européens et transatlantiques, mais d'abord hexagonaux. Après Michel Serres, observant qu'" il y a plus de mots anglais sur les murs de Paris qu'il n'y avait de mots allemands sous l'Occupation", le linguiste Claude Hagège classe le français parmi les langues menacées dans son Dictionnaire amoureux des langues.

L'heure est donc venue d'appeler tous les citoyens à la résistance linguistique.

Nos associations en appellent au peuple français et à tous les francophones du monde, à tous ceux qui savent ce que la liberté, l'égalité, la fraternité, mais aussi la littérature, la philosophie, le droit et les sciences doivent à la langue des Molière, Césaire, Verhaeren et Senghor.

Depuis longtemps, on n'en est plus aux seuls emprunts massifs à l'anglo-américain ; nombre de grandes entreprises s'emploient à basculer au tout-anglais une bonne part de leurs pratiques langagières : "Time to move !" est le titre du programme de mutations que France-Teuleucom impose à ses salariés, ajoutant l'humiliation linguistique à l'effrayante dégradation de leurs conditions de travail. C'est aussi la mode – le "mood" – chez AREVA... Dans la distribution, Carrefour, Auchan... basculent leurs produits et enseignes à l'anglais de bazar, imités par des services publics comme la SNCF, La Poste ou Air France... Loin du programme du Conseil national de la Résistance, la devise du Medef n'est-elle pas"ready for the future" ? Sommet du "dialogue social" : c'est en anglais que les ouvriers de Continental-Clairoix, réunis dans leur cour d'usine, ont appris leur licenciement collectif ! Les choses sont déjà si avancées, tels les fromages forts, que des syndicats de diverses obédiences, CGT, CFTC, UNSA, CGC..., ont dûmonter au créneau pour " défendre le droit de travailler en français en France ".

Voyez aussi les travaux de la recherche scientifique française : des siècles après l'acte révolutionnaire de Descartes publiant en français le Discours de la méthode, ils ne sont souvent plus pensés et écrits par nos chercheurs qu'en anglo-américain, même pas toujours traduits en français. Passons sur la chanson, sur les pubs en anglais qui, aux heures de grande écoute, ciblent surtout les jeunes, les enfants... Que fait le CSA ?

On ne voit que trop qui sert cette politique d'anéantissement linguistique sous son emballage pseudo-moderne : elle sert cette "élite" et ces privilégiés qui, pas seulement à droite, n'hésitent pas à désintégrer leur langue maternelle pour mieux intégrer l'élite mondialisée et ressembler à leurs maîtres ! Les "gens de peu", pour leur part, sont voués à une discrimination linguistique plus forte que jamais. Quant à nos cadres moyens qui croient s'en tirer en ingurgitant le "Wall Street English" promu dans le métro parisien, le basculement au tout-anglais consacre leur aliénation dans un travail de plus en plus dévalorisé.

Face aux coups portés, le silence des autorités inquiète. Pis : des ministres approuvent ou annoncent diverses mesures de substitution de l'anglais au français, des petites classes jusqu'à l'enseignement supérieur. Ainsi la nouvelle antenne de Reims de Sciences-Po dispensera-t-elle tous ses cours en anglais. Ainsi Mme Valérie Pécresse semble-t-elle chercher à extraire l'Université du champ de la loi Toubon. Ainsi le chef de l'Etat annonce-t-il que des enseignements fondamentaux du second degré pourraient être dispensés "en langues étrangères"(traduisons : en anglais).

De cet arrachage linguistique, c'est peu dire que l'Union européenne, à laquelle ses textes fondateurs font pourtant obligation de défendre les langues nationales, fait peu de cas. Au nom du libéralisme économique, son exécutif s'emploie même à démanteler toute protection juridique des langues nationales, au point que c'est souvent de directives bruxelloises que se prévalent les décideurs français pourcontourner la loi.
C'est pourquoi nous exigeons un grand débat national sur la place respective du français et des autres langues, pour que l'assassinat linguistique planifié ne puisse s'accomplir en silence et pour que le peuple souverain se saisisse de la défensede sa langue.

L'actuel gouvernement qui glose sur l'identité nationale va-t-il contribuer àenfermer le peuple français dans une langue unique imposée ? La défense de notre héritage linguistique implique une protection et une promotion actives de la langue française, de la diversité linguistique et de la francophonie, sur notre continent et dans le monde. Parlons ici seulement de ce qu'il faut pour revenir au bon sens : à l'école élémentaire ou au collège, asseoir d'abord un solide apprentissage des langues nationales en Europe, puis commencer celui de deux langues étrangères dont la première, selon la recommandation du professeur Hagège, serait autre que l'anglais ; réaffirmer le français comme langue de l'enseignement supérieur ; lui rendre droit de cité dans la recherche ; fairerespecter par Bruxelles sa propre législation linguistique.

Notre appel s'adresse aussi aux espérantistes, aux amis des langues régionales, vite éradiquées si la langue commune était marginalisée, aux immigrés qui veulentcontinuer à parler notre langue sans oublier celle de leur pays d'origine, à nos compatriotes des DOM qui veulent parler français ET créole. Si une langue de portée mondiale comme la nôtre finissait par être supplantée sur sa terre natale, quelle autre langue, en Europe, pourrait résister au rouleau compresseur de l'anglo-américain ? Cet appel à la résistance et à la créativité linguistique de tous les francophones s'adresse aux citoyens et aux décideurs conscients de leurs responsabilités, aux salariés, étudiants, enseignants, entrepreneurs de base, qui font vivre le français en l'habitant au quotidien. Car, en marginalisant sa langue, c'est le peuple qu'en définitive on voudrait déloger de ses rêves.

Nous interpellons enfin avec gravité les écrivains, penseurs, traducteurs et autres créateurs de toute la francophonie, partout où notre langue est pratiquée et aimée :vous dont la langue constitue l'outil de travail et l'élément existentiel, entrez en résistance publique contre la langue unique ! Cinq siècles après Joachim du Bellay appelant à la "défense et [l']illustration" du français, faisons vivre notre langue et défendons-la contre la logique barbare de l'argent roi.

Signataires :

Alliance Champlain,
Association francophonie avenir 

Association pour la sauvegarde et l'expansion de la langue française (Asselaf),
Avenir de la langue française (ALF),
Cercle littéraire des écrivains cheminots (CLEC),
Défense de la langue française Paris-Ile-de-France (DLF Paris-IDF),
Forum francophone international France (FFI France),
Le droit de comprendre (DDC),
Le français en partage,


Orient - Occident : un peu d'Histoire

lu sur :


Le Monde.fr a le plaisir de vous offrir la lecture de cet article habituellement réservé aux abonnés du Monde.fr. Profitez de tous les articles réservés du Monde.fr en vous abonnant à partir de 1€ / mois | Découvrez l'édition abonnés

Les croisés, ces incompris

LE MONDE DES LIVRES | 30.05.2013 à 11h14

Par Etienne Anheim

Si Oussama Ben Laden, George W. Bush ou Vladimir Poutine ont remis son usage à la mode depuis plus d'une décennie, le mot "croisade" était inconnu de ceux qui sont censés l'avoir inventé, à la fin du XIe siècle. Forgé au début du XIIIe siècle, il appartient au "mythe" étudié par l'historien Alphonse Dupront (1905-1990), qui a recouvert d'un voile imaginaire la diversité de ce que les médiévaux appelaient plutôt "passage" ou encore "traversée". 

La tentation est grande aujourd'hui de faire des croisades, moment fondateur de la confrontation avec l'altérité islamique, l'origine d'antagonismes contemporains. Cette vision relève du fantasme rétrospectif : le choc des civilisations est une illusion simplificatrice dissimulant une réalité complexe, celle d'une expérience historique qui a sans doute opposé deux mondes, et dont l'histoire "à parts égales" commence seulement à s'écrire, mais qui a aussi servi de miroir à l'Occident chrétien, comme le montrent plusieurs livres récents.


C'est le cas de l'ouvrage qu'Alain Demurger consacre à l'ordre des Hospitaliers de Saint-Jean de Jérusalem, dont il retrace l'histoire avec clarté et précision depuis son origine, au milieu du XIe, jusqu'à son installation à Rhodes au début du XIVe siècle, prélude à sa transformation au XVIe siècle en l'ordre de Malte. A la différence des Templiers, que l'historien a étudiés dans un livre précédent, les Hospitaliers ne sont pas, au départ, des chevaliers, mais des clercs charitables qui accueillent les pèlerins venus visiter les lieux saints à Jérusalem.

A partir de la première croisade, en 1095, et durant tout le XIIe siècle, l'ordre, qui se développe et s'enrichit, est marqué par un processus de militarisation dont la description est l'un des aspects les plus intéressants du livre. Son histoire rejoint alors celle de l'essor et de la disparition des royaumes latins d'Orient. En conduisant les Hospitaliers à participer à la défense des lieux saints, le temps des croisades leur fait subir une transformation radicale qui permet d'observer comment des institutions chrétiennes comme les ordres religieux peuvent épouser le rêve de conquête de l'Occident latin, en théorie et en pratique, y compris en portant les armes. Avec toutes les contradictions que cela présuppose pour des clercs.

Les mêmes contradictions, celles de la militia christi, "l'armée" d'un Christ qui a pourtant refusé la royauté terrestre, sont au coeur du livre consacré par Martin Aurell aux chrétiens qui s'opposèrent aux croisades durant les XIIe et XIIIe siècles. L'auteur montre que les croisades ne faisaient pas l'unanimité au sein de l'Eglise et qu'au contraire, de nombreuses voix se sont élevées pour critiquer ces expéditions aussi lointaines qu'incertaines.

La démonstration suscite notre sympathie contemporaine en mettant en évidence l'expression d'une pensée chrétienne médiévale opposée à ces entreprises violentes, même si on peut ne pas partager l'optimisme de l'auteur, qui y voit les ferments d'une pensée pacifiste à l'oeuvre dans l'Eglise.


Ces positions ne sont pas restées minoritaires par hasard : si des formes d'expression critique ont pu exister au sein de l'Eglise médiévale, elles n'ont jamais représenté une véritable alternative à la voie empruntée par un christianisme médiéval qui lie autorité spirituelle et puissance temporelle. D'autant que ces critiques exprimées contre la croisade ne forment pas un ensemble cohérent.

De rares auteurs, comme Humbert de Romans au XIIIe siècle, exposent de véritables arguments pacifistes, mais ce n'est pas la charité ou l'exemple du Christ qui inspire la majorité des critiques contre la croisade. Destinée à laver les péchés de l'Occident, elle est accusée d'en produire de nouveaux - mais il ne s'agit pas des violences commises en Terre sainte. Elle est vue comme un trouble à l'ordre public, en particulier sur la route des croisés ; on lui reproche son coût et son inutilité, et on suggère de lui substituer la lutte intérieure contre les hérétiques et le pèlerinage spirituel.

La force du livre de Martin Aurell est de montrer cette pluralité des positions, trop souvent effacée par une vision unanimiste de la société et de l'Eglise du Moyen Age, et de rappeler l'importance que la croisade a pu prendre dans le discours des clercs du XIIe et du XIIIe siècle. Car il ne faut pas l'oublier : la croisade, beaucoup plus que la faire, on en parle - ce qui est l'occasion d'élaborer des concepts fondamentaux pour l'histoire de l'Occident.


Ainsi, les taxes levées pour financer les opérations donnent lieu à une réflexion sur la légitimité d'une fiscalité collectivement consentie par une communauté en un temps qui ne connaissait pas l'impôt. Le voeu prononcé par les croisés d'accomplir leur engagement participe à l'élaboration théologique des notions de contrat et de dette, ainsi que de la doctrine des indulgences.

Plus encore, les débats mis en évidence par M. Aurell posent dès le XIIe siècle la question cruciale de la "guerre juste" : en conduisant à formuler les fondements théoriques d'une doctrine chrétienne et occidentale de la violence légitime, la croisade a servi de matrice à la justification intellectuelle du recours aux armes dans la tradition occidentale.

Il n'est pas jusqu'à l'anthropologie politique de l'Occident qui ne soit traversée par l'expérience de la croisade, comme le montre Elisabeth Crouzet-Pavan dans son essai sur les rois de Jérusalem. Dès lors que les croisés ont conquis la ville, il faut fonder un ordre politique. La royauté est le modèle de référence de ces chevaliers venus d'Occident, mais surgit une difficulté inédite : comment un homme peut-il être couronné en lieu et place du Christ, figure de toute royauté ?

La croisade est une épreuve politique autant que spirituelle ; la conquête de Jérusalem est pensée et vécue comme l'accomplissement terrestre de l'histoire sainte, mais se heurte à la réalité historique. Elisabeth Crouzet-Pavan le montre avec finesse : pour Godefroy de Bouillon, que les croisés portent à leur tête, la royauté est impossible ; à Jérusalem, lieu par excellence de la majesté divine, il n'y a pas de place pour la majesté humaine.


Mais après la croisade, pour les principautés latines d'Orient, l'histoire continue. A la mort de Godefroy, qui n'a jamais porté le titre de roi, son frère fonde une dynastie royale qui s'achève par un échec, avec Baudouin IV, le roi lépreux, et son fils Baudouin V, le roi enfant, mort à 9 ans en 1186, un an avant la perte de Jérusalem. Une fois encore, la croisade agit comme un révélateur : elle met en évidence, par le déplacement en Terre sainte, la nature et les limites de la royauté du Moyen Age. La croisade achève aussi de placer l'Occident chrétien face à son historicité : les hommes ne savent peut-être pas l'histoire qu'ils font, comme dirait Marx, mais ils savent désormais que ce n'est pas l'histoire sainte.

Fruits d'une logique propre à la société médiévale, mêlant réforme institutionnelle de l'Eglise, exportation de la violence féodale et imaginaire eschatologique, les croisades furent assurément des moments d'affrontement avec les sociétés de l'islam, mais l'économie spirituelle du Moyen Age était sans doute moins dépendante de la Terre sainte que l'économie occidentale l'est, de nos jours, du pétrole arabe. Il serait factice de les réduire à une place dans l'arbre généalogique de nos conflits contemporains : en mettant l'Occident médiéval face à lui-même, à son rapport à l'histoire, à la violence ou à la souveraineté, le véritable héritage des croisades est moins visible, parce que plus profond.


Les droits ancestraux des autochtones du Canada menacés

lu sur :


Le Monde.fr a le plaisir de vous offrir la lecture de cet article habituellement réservé aux abonnés du Monde.fr. Profitez de tous les articles réservés du Monde.fr en vous abonnant à partir de 1€ / mois | Découvrez l'édition abonnés

Les autochtones du Canada s'unissent pour défendre leurs droits ancestraux

LE MONDE | 02.01.2013 à 12h48 Par Martine Jacot

Pour défendre leurs causes, les autochtones du Canada (Amérindiens, Inuits et Métis, soit 1,2 million de personnes réparties en 615 tribus) ont souvent été très divisés. Mais depuis début décembre 2012, ils sont unis contre un projet de loi qui menace leurs droits ancestraux, dans un même combat, mené par des femmes - fait nouveau dans leur histoire. D'un bout à l'autre de ce vaste pays, ils multiplient les actes de protestation, organisés à travers les réseaux sociaux. Au seuil de la nouvelle année, ils ont ainsi bloqué, dimanche 30 décembre 2012, quelque 2 500 passagers dans douze trains reliant Toronto, Ottawa et Montréal, avant d'occuperd'autres voies ferrées, le lendemain, en Gaspésie, au Québec.

Les membres des onze "premières nations" du Canada manifestent ainsi leur solidarité avec la chef de la réserve des Cris d'Attawapiskat, située sur la rive de la baie d'Hudson (nord de l'Ontario), en grève de la faim depuis le 11 décembre.

Pour mener son action, Theresa Spence a installé son tipi dans la neige et le froid, à proximité duParlement d'Ottawa, sur la petite île Victoria. Ce caillou planté dans la rivière des Outaouais est officiellement territoire autochtone, celui des Algonquins. Avec le mouvement "Idle No More" (fini l'inertie), lancé en novembre par quatre autres Amérindiennes à Saskatoon (ouest), cette mère de cinq enfants âgée de 49 ans dénonce certains articles du projet de loi C-45, adopté par la Chambre des communes en décembre et en cours d'examen par le Sénat.

Il supprime la protection, en vigueur depuis 1882, de la plupart des milliers de lacs et cours d'eau navigables du pays, dont beaucoup passent par les territoires des Amérindiens. Ceux-ci redoutent de futurs développements économiques, dont des projets de pipelines à partir des sables bitumineux de l'Alberta, défendus par le premier ministre conservateur Stephen Harper.


Le texte modifie d'autre part les conditions selon lesquelles un "conseil de bande" autochtone peut céder des terres de sa réserve, n'exigeant plus que la majorité d'une assemblée ad hoc, au lieu de la"majorité des électeurs"de la bande. D'où la crainte que les réserves soient ainsi grignotées par des non-autochtones et privatisées plus aisément. Le projet obligera enfin les responsables des premières nations du Canada à publier leurs budgets et le montant de leurs rémunérations, dans un souci de transparence.

Avec son mouvement,Theresa Spence réclame, pour les chefs autochtones, des pourparlers avec Stephen Harperen personne, estimant que les échanges avec ses ministres n'ont servi à rien jusqu'à présent. Elle veut que le projet soit amendé de manière à ne pas violer les divers traités historiques signés par les Amérindiens avec le gouvernement fédéral. Ses demandes sont restées vaines jusqu'à présent."Je n'ai pas peur de mourir pour mon peuple,dit Mme Spence.Notre souffrance est trop grande et il est temps que le gouvernement réalise ce qu'il nous inflige."


La chef de la réserve d'Attawapiskat, où vivent près de 2 000 personnes, avait décrété l'état d'urgence en octobre 2011 devant l'insalubrité des abris, sans eau ni électricité, où des familles entières vivaient dans le froid. Sollicitée, la Croix-Rouge avait faitparvenirdes sacs de couchage et autres articles de première nécessité.

Ottawa, qui avait alors tenté d'évincer la chef Spence de son poste, soutient que 131 millions de dollars canadiens (99,8 millions d'euros) ont été dépensés, ou alloués, depuis 2006 dans la réserve, notamment pour la construction de 60 maisons et d'une école neuves.

En dépit de quelques améliorations récentes, les autochtones vivent en général dans des logements sommaires. Le taux d'homicides est chez eux dix fois plus élevé que dans le reste du Canada, les suicides au moins trois fois plus nombreux, tandis que l'alcoolisme continue de dévaster des familles entières. Tels sont les implacables thermomètres du profond désarroi des Amérindiens, communauté canadienne dont la croissance démographique est la plus forte, mais qui ne représente qu'à peine 1 % de la population du pays.



Édition abonnés Contenu exclusif



voir :


Constitution du 24 juin 1793 - Conseil Constitutionnel

                 Constitution du 24 juin 1793


Article 35. - Quand le gouvernement viole les droits du peuple, l'insurrection est, pour le peuple et pour chaque portion du peuple, le plus sacré des droits et le plus indispensable des devoirs.               


L'Unesco inscrit la Nativité de Bethléem au patrimoine mondial

lu sur :


L'Unesco inscrit la Nativité de Bethléem au patrimoine mondial

Le Point.fr - Publié le 29/06/2012 à 15:57

Source AFP

L'inscription, par procédure d'urgence, a suscité une vive protestation d'Israël. 

L'Unesco a inscrit vendredi l'église de la Nativité de Bethléem (Territoires palestiniens) au patrimoine mondial, par une procédure d'urgence qui a suscité une vive protestation d'Israël, lors d'une session à Saint-Pétersbourg (nord-ouest de la Russie). Le site du "Lieu de naissance de Jésus", comprenant également la route de pèlerinage, a été inscrit par 13 voix pour, 6 contre et 2 abstentions lors d'un vote des 21 membres du Comité du patrimoine, réunis dans l'ex-capitale impériale russe.

Il s'agit du premier site palestinien inscrit sur la liste du patrimoine mondial de l'Organisation des Nations unies pour l'éducation, la science et la culture. "Nous nous félicitons, au nom (du président) Mahmoud Abbas, de la Palestine et du peuple palestinien", a déclaré le délégué palestinien, auquel la parole a été donnée aussitôt après l'annonce des résultats du vote. "Merci pour tous les efforts entrepris pour permettre au peuple palestinien de prendre son droit culturel à l'autodétermination", a-t-il ajouté.

Décision politique

"Ces sites sont menacés de destruction totale par l'occupation israélienne, la construction du mur de séparation, à cause des sanctions israéliennes et des mesures prises pour opprimer l'identité palestinienne", a encore déclaré le délégué, dont le nom n'a pas été cité. Son homologue israélien a protesté contre la décision du Comité du patrimoine. "La décision qui vient d'être prise est absolument politique et constitue de notre point de vue une atteinte grave à la convention (du Patrimoine mondial) et à son image", a-t-il déclaré.

Les Palestiniens, entrés à l'Unesco en octobre 2011 au terme d'un vote qui avait provoqué la colère des Israéliens et des Américains, avaient fait la demande d'une inscription du site dans une procédure en "urgence". Ils avaient argué du "délabrement et de la dégradation de l'ensemble architectural", notamment du fait des "forces d'occupation" israéliennes. Israël avait affirmé n'avoir "aucune objection" à l'inscription du site au Patrimoine mondial, mais avait contesté le recours à la procédure d'urgence, estimant que c'était "une façon de laisser entendre qu'Israël ne protégeait pas le site".


L'avenir de l'hôtel de la Marine à Paris: une affaire à suivre

lu sur :


L'hôtel de la Marine n'est plus à vendre (*)

Le Point.fr - Publié le 05/05/2011 à 19:49 - Modifié le 06/05/2011 à 16:37

Giscard d'Estaing, président de la commission sur l'avenir du monument, a demandé à Bercy de mettre fin à l'appel à projets dont il était l'objet.

source AFP

Le ministère du Budget a mis fin à l'appel à projets sur l'hôtel de la Marine, à la demande de Valéry Giscard d'Estaing, président de la commission chargée de réfléchir à l'avenir de ce bâtiment situé place de la Concorde à Paris, a-t-on appris jeudi auprès de Bercy. L'ancien président Valéry Giscard d'Estaing a demandé au ministre du Budget François Baroin de mettre fin à l'appel à projets "afin de pouvoir auditionner d'éventuels candidats sans risque juridique d'interférence avec la procédure en cours", a indiqué le ministère. "Le ministre a décidé de donner une suite favorable à cette demande", a ajouté Bercy, confirmant une information du site La Tribune de l'Art. "Jusqu'à présent, nous nous étions interdit d'auditionner des ex-candidats" à la reprise de l'hôtel de la Marine, a expliqué un membre de la commission.

Jeudi, la commission, au complet, a pu entendre l'homme d'affaires Alexandre Allard venu défendre son projet controversé accompagné de son conseiller, l'ancien ministre de la Culture Renaud Donnedieu de Vabres, et de l'architecte Jean Nouvel. Le projet Allard a suscité un vif émoi chez les militaires, les défenseurs du patrimoine et des historiens, comme Pierre Nora.

Rapport avant l'été

Soucieux de désamorcer la polémique, Nicolas Sarkozy a annoncé en janvier la création d'une commission indépendante sur le devenir de l'hôtel de la Marine. Début février, le chef de l'État en a confié la présidence à Valéry Giscard d'Estaing, qui avait fermement pris position pour que l'État ne se défasse pas de ce bâtiment.

Ancien garde-meuble de Louis XV, l'hôtel particulier du XVIIIe siècle, entièrement classé, est actuellement occupé par l'état-major de la marine qui doit le quitter fin 2014 pour rejoindre Balard dans le 15e arrondissement.

Un appel à projets "en vue de l'occupation, la mise en valeur et l'exploitation" de l'hôtel de la Marine avait été lancé le 27 novembre par le ministère du Budget. L'idée de départ du gouvernement était de conclure un bail de très longue durée (60 à 80 ans) avec des groupes privés chargés de l'exploiter.

La commission, qui mène une série d'auditions, a déjà entendu notamment les responsables du Mobilier national et du musée des Arts décoratifs. Le chef de l'État a demandé à Valéry Giscard d'Estaing de lui remettre un rapport avant l'été.


(*) mon commentaire : ce titre est ne signifie pas que les projets de le vendre sont abandonnés.


Verdi, Muti et l'Italie de Berlusconi

lu et vu sur :


Verdi orchestre la grève de masse en Italie
31 mars 2011 - 20:51

31 mars 2011 (Nouvelle Solidarité) - Le 17 mars dernier, l’Italie célébrait le 150e anniversaire de son unification avec une représentation du Nabucco de Verdi conduite à Rome par Riccardo Muti, qui dirige actuellement l’orchestre symphonique de Chicago. Cette représentation semble bien révéler le ferment de grève de masse généralisée que nous connaissons aujourd’hui. En effet, dans un geste très inhabituel, alors que toute l’audience demandait le bis du fameux chœur Va Pensiero, le chef d’orchestre s’est adressé à la salle pour y faire entrer l’histoire actuelle.

Il n’est pas inutile de faire un court rappel historique pour mieux apprécier ce qui s’est passé : Nabucco est l’histoire de Nabuchodonosor, roi de Babylone, et de la soumission du peuple juif à son empire. L’opéra de Verdi fut écrit dans les années 1840, dans une Italie occupée depuis le Congrès de Vienne de 1815 par l’empire habsbourgeois.

Nous savons de Verdi lui-même que cet opéra lui fut commandé peu de temps après la mort de sa femme et de ses enfants. Il était alors presque trop effondré pour écrire quoi que ce fut, et dans un accès de colère il jeta à terre le livret, qui s’ouvrit sur la prière désespérée du Va Pensiero. Il composera l’opéra peu de temps après, et la première représentation aura lieu à Milan le 9 mars 1842.

Lors de cette première, le public fut si ému par le chœur des juifs chantant pour leur liberté et pour le retour de leur belle patrie perdue qu’il finit par obtenir un « bis » du chœur, malgré l’interdiction explicite d’une telle pratique par la loi autrichienne. Dès lors, Verdi et sa musique seront exaltés par les révolutionnaires italiens jusqu’à l’unification italienne en 1861.

Lors de la première le 12 mars 2011, Gianni Alemanno, le maire de Rome, avait prononcé sur scène un discours dénonçant les coupes du gouvernement dans le budget de la culture. Et ce, alors qu’Alemanno est un membre du parti au pouvoir et un ancien ministre de Berlusconi.

Le jour anniversaire du 17 mars, dans un moment culturel des plus symboliques pour l’Italie, s’est alors produit l’inattendu, d’autant plus que Silvio Berlusconi en personne assistait à la représentation…

Repris par le Times, Riccardo Muti, le chef d’orchestre, raconte ce qui fut une véritable soirée de révolution : « Au tout début, il y a eu une grande ovation dans le public. Puis nous avons commencé l’opéra. Il se déroula très bien, mais lorsque nous en sommes arrivés au fameux chant Va Pensiero, j’ai immédiatement senti que l’atmosphère devenait tendue dans le public. Il y a des choses que vous ne pouvez pas décrire, mais que vous sentez. Auparavant, c’est le silence du public qui régnait. Mais au moment où les gens ont réalisé que le Va Pensiero allait démarrer, le silence s’est rempli d’une véritable ferveur. On pouvait sentir la réaction viscérale du public à la lamentation des esclaves qui chantent : « Oh ma patrie, si belle et perdue ! »

Alors que le Chœur arrivait à sa fin, dans le public certains s’écriaient déjà : « Bis ! » Le public commençait à crier « Vive l’Italie ! » et « Vive Verdi ! » Des gens du poulailler (places tout en haut de l’opéra) commencèrent à jeter des papiers remplis de messages patriotiques – certains demandant « Muti, sénateur à vie ».

Bien qu’il l’ait déjà fait une seule fois à La Scala de Milan en 1986, Muti hésita à accorder le « bis » pour le Va Pensiero. Pour lui, un opéra doit aller du début à la fin. « Je ne voulais pas faire simplement jouer un bis. Il fallait qu’il y ait une intention particulière. », raconte-t-il.

Mais le public avait déjà réveillé son sentiment patriotique. Dans un geste théâtral, le chef d’orchestre s’est alors retourné sur son podium, faisant face à la fois au public et à M. Berlusconi…

Voici la traduction de ce que dit Riccardo Muti (à 7min) :

« Oui, je suis d’accord avec ça, "Longue vie à l’Italie" mais…


« Je n’ai plus 30 ans et j’ai vécu ma vie, mais en tant qu’Italien qui a beaucoup parcouru le monde, j’ai honte de ce qui se passe dans mon pays. Donc j’acquiesce à votre demande de bis pour le "Va Pensiero" à nouveau. Ce n’est pas seulement pour la joie patriotique que je ressens, mais parce que ce soir, alors que je dirigeais le Chœur qui chantait " O mon pays, beau et perdu ", j’ai pensé que si nous continuons ainsi, nous allons tuer la culture sur laquelle l’histoire de l’Italie est bâtie. Auquel cas, nous, notre patrie, serait vraiment " belle et perdue ".

[Applaudissements à tout rompre, y compris des artistes sur scène]

« Depuis que règne par ici un "climat italien", moi, Muti, je me suis tu depuis de trop longues années. Je voudrais maintenant… nous devrions donner du sens à ce chant ; comme nous sommes dans notre Maison, le théatre de la capitale, et avec un Choeur qui a chanté magnifiquement, et qui est accompagné magnifiquement, si vous le voulez bien, je vous propose de vous joindre à nous pour chanter tous ensemble. »


Il y a 160 ans, la Révolution de février à juin 1848

lu sur le site du Parti de Gauche (lien ci-contre) :

Il y a 160 ans, la Révolution de février à juin 1848

Samedi, 27 Décembre 2008 14:45
Yannick Bosc et Florence Gauthier

En ces temps de commémorations, il est des sujets sur lesquels les gouvernements de la République française s'efforcent d'être discrets. Le bicentenaire de la Révolution française avait ainsi mis la Première République sous l'éteignoir. Le 160e anniversaire de la seconde, très logiquement, connaît le même destin. Dans notre société en crise, une proportion toujours plus importante de la population s'interroge légitimement sur l'effectivité des valeurs de liberté, d'égalité et de fraternité. Il est donc malséant de réveiller les fantômes. Osons cependant la faute de goût et rappelons que la peur sociale a écrasé dans le sang l'espoir démocratique engendré par la Révolution du 24 février 1848.

La possibilité d'existence de ce que l'on nomme «une république démocratique et sociale» (un pléonasme) ne durera que quelques semaines au cours desquelles Lamartine passera du lyrisme («nous faisons ensemble la plus sublime des poésies») à la répression, laissant au «parti de l'ordre» la possibilité de dominer la république.

Quelle république ? Finalement celle qui, infidèle à ses initiateurs qui la voulaient toute populaire pour établir le bien public, se contenterait d’être sans roi ni peuple ! Voyons de plus près.

De la Révolution de février à l'élection de l'Assemblée constituante en avril, le peuple de Paris, armé, présent en permanence devant l'Hôtel de Ville où siège le gouvernement provisoire, est le seul interlocuteur légitime. Dès les premiers jours, les bases d'une démocratie politique sont jetées : la peine de mort pour les crimes politiques est supprimée, le suffrage universel masculin, la liberté de la presse et la liberté de réunion sont instaurées, l’abolition de l’esclavage dans toutes les colonies françaises est décrétée et sera effectuée dans les Antilles en mai. Comme pendant la Révolution française, les clubs et les journaux se multiplient. Sous la pression populaire, le gouvernement provisoire décide d'ouvrir des Ateliers nationaux qui doivent employer les chômeurs.

Toutefois, la suppression de ces Ateliers, décidée par la nouvelle Assemblée élue le 23 avril, massivement composée de républicains dit «modérés» et de royalistes, pousse à la révolte : qu'est-ce qu'une république sinon une société dans laquelle chacun a droit à l'existence ? Pendant les combats, on compte 4000 morts parmi les insurgés, 1000 pour les gardes nationaux. 1500 personnes sont fusillées sans jugement et sur 25.000 prisonniers 11.000 sont déportés. La province, inondée par la propagande conservatrice, applaudit. Le péril rouge jugulé, «la république modérée» fraye la voie de la réaction.

L'histoire de la Seconde République a finalement été celle d'un régime dans lequel les seuls vrais républicains du temps auront toujours été dans l'opposition. Et pour la plupart en prison.

Juin 1848, ce soulèvement «le plus terrible, le plus désespéré qui se soit jamais produit» (Frankfurter Journal, du 3 juillet), devint une clé de l’histoire contemporaine : c’était la première fois qu’une révolution sociale était écrasée dans le sang et cette «inéluctable vérité» (Baudelaire) hante toujours les deux forces qui s’affrontent, liberté versus servitude, malgré les tentatives de refoulement.

Yannick Bosc (Université de Rouen), Florence Gauthier (Université Paris 7), historiens, sont les animateurs du site internet
www.revolution-francaise.net .