Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

11/01/2015

Jamais on a tant parlé de Dieu

les surlignages sont de moi

lu sur :

Cedetim > Dossier 11 septembre 2001 > Je me sens pas ... - IPAM

www.reseau-ipam.org/spip.php?article789

Par Marie-José Mondzain le 19 septembre 2001

Paru dans Le Monde du mercredi 19 septembre 2001

Depuis le 11 septembre, il nous est demandé d’être américains. Personnellement, aujourd’hui, je ne me sens pas du tout américaine, mais je sens au contraire redoubler en moi toutes les raisons de condamner un monde qui fait chorus avec un président catastrophique, celui qui défend la peine de mort et qui n’a que mépris pour le Moyen-Orient. L’horreur de ce qui vient d’arriver nous plonge tous dans la tristesse et dans l’effroi. De telles émotions ne doivent en aucun cas paralyser la pensée et nous priver de tout jugement.

Les morts ne sont que des chiffres, ils s’appellent "disparus", ceux qui sont absents de toutes les images. Jamais on a tant parlé de Dieu. La vraie victime n’est pas de chair, elle n’est pas humaine, mais symbolique. Voilà ce qu’il nous faut croire. La confusion est devenue totale entre bourreaux et victimes, mais aussi entre réalité du deuil et fiction des drapeaux, entre symbole de béton et vie humaine.
Certains ont pu parler des dangers d’un abus des images de "la mort en direct", d’autres ont évoqué la lourde analogie cinématographique avec les films-catastrophes. Il n’en est rien. Le passage en boucle d’une dizaine d’images obsédantes et répétitives de deux tours qui s’effondrent n’a pas le moindre rapport avec le direct d’une temporalité, qu’elle soit réelle ou narrative. Bien au contraire, elle fait basculer le spectateur dans la répétition hallucinatoire d’un clip-cauchemar, c’est-à dire d’un mauvais rêve empruntant le rythme publicitaire.
La dé-réalisation opère dans la fascination de l’effroi, et nous attendons le réveil salvateur. On nous hypnotise, on nous maintient dans la stupeur. Il faut que l’imprévu entre dans l’impensable. J’entends une radio dire : "L’impensable est arrivé." Cette situation informative est d’une grande violence et nous prépare à la violence impensée des réponses qui se préparent.

Soyons clairs à notre tour. Comme dans tout scénario meurtrier, la question de l’enquêteur est : à qui profite le crime ? Aux Palestiniens ? Certainement pas : Sharon a enfin les mains libres. Il ose dire qu’Arafat est son Ben Laden et il va continuer sa politique aveugle face aux nations tétanisées ! Aux Afghans écrasés par les talibans ? Non plus : les voilà menacés de disparaître demain sous les bombes américaines. Aux pauvres ? Aux opprimés ? Pas le moins du monde. Si Ben Laden est bien en cause, il est le fils traître des Etats-Unis, leur ancien élève, l’outil stratégique de naguère ; sa richesse est américaine.

A présent, dans le monde entier, les Arabes sont montrés du doigt comme des monstres programmés religieusement. Halte à l’amalgame, dit-on. L’amalgame est fait, voilà la triste vérité.
 
Je ne suppose aucun grand complot machiavélique, mais je constate que la stratégie confusionniste des informations vise à produire un chaos ténébreux dans l’esprit de chacun. 
Si nous ne savons plus quoi penser, quelle aubaine pour ceux qui pensent à notre place et qui prendront des décisions terribles sans que nous ayons pu exprimer nos doutes, nos interrogations, nos analyses. Le prix payé par les vraies victimes de cet effroyable carnage est démesuré. Encore faut-il que les vies humaines aussi, en Occident, aient autant de prix qu’on nous le dit. L’histoire de notre XXe siècle nous permet d’en douter.

Tout ce que je souhaite, c’est que nos gouvernements occidentaux ne s’engouffrent pas tête baissée dans un inextricable écheveau d’intérêts économiques dont la population civile de la planète entière est en train de devenir l’otage. Nous devons tous résister au désir de vengeance aveugle qui ouvre à nouveau les vannes au racisme, au fanatisme religieux de tous les camps, et qui nous ferait oublier de remonter aux véritables causes économiques et politiques d’un si grand désastre.

-----------------

Lire aussi :

Dossier Dossier 11 septembre 2001 - IPAM

www.reseau-ipam.org/spip.php?page=imprime_dossier&id...

En ligne sur http://www.reseau-ipam.org/spip.php?rubrique338

Les commentaires sont fermés.