Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

31/05/2014

Les Hawaiiens contre Syngenta et la culture d’OGM

à lire sur Le Temps (Suisse) : 

Les Hawaiiens se soulèvent contre Syngenta et la culture d’OGM 

 

OGM Vendredi 30 mai 2014 

Les Hawaiiens se soulèvent contre Syngenta et la culture d’OGM 

Par Julie Zaugg 

Les habitants de Kauai, une minuscule île de l’archipel hawaiien, se rebellent contre Syngenta, qui en a fait l’un de ses centres pour la culture d’OGM. Ils ont fait passer une loi, qui entrera en vigueur en août, pour entraver les opérations du groupe suisse. 

LeTemps.ch | Les Hawaiiens se soulèvent contre Syngenta et la culture d’OGM.pdf

extrait :

... "Les îles hawaiiennes, et en particulier Kauai, sont devenues un hub mondial pour les OGM, servant de «nurseries à graines» pour les semences transgéniques, notamment de maïs, vendues aux paysans d’Amérique du Nord et du Sud. «Nos îles étaient traditionnellement dominées par la canne à sucre et l’ananas mais la concurrence étrangère a contraint beaucoup de plantations à fermer à la fin des années 90, ce qui a libéré de vastes quantités de terrain», explique Michael Shintaku, un professeur de pathologie végétale à l’Université de Hawaii. "... 

30/05/2014

Renouveler la Démocratie : mettre fin aux avantages fiscaux des partis politique

à lire sur le Point :

Le Point.fr - Publié le 28/05/2014 à 15:38 - Modifié le 28/05/2014 à 23:06

Affaire Bygmalion : une sénatrice met en cause la niche fiscale du sarkothon

Par 

Nathalie Goulet, la vice-présidente de la commission d'enquête sur l'évasion fiscale, propose d'abolir la niche fiscale du sarkothon. 

Les fausses factures présumées des comptes de campagne deNicolas Sarkozy provoquent des réactions en chaîne. Parmi celles-ci, notons la proposition de la sénatrice Nathalie Goulet, vice-présidente de la commission d'enquête sur l'évasion fiscale : "Devant de telles malversations et après le rejet des comptes de campagne du candidat Sarkozy, il semblerait naturel et juste que les donateurs de l'UMP ne puissent pas voir leurs dons défiscalisés."

Nathalie Goulet, sénatrice UDI de l'Orne, évoque le sarkothon qui avait permis de réunir les 11 millions d'euros nécessaires à partir des dons des particuliers. "L'État et le contribuable ne peuvent à aucun prix être pénalisés, reprend-elle. La défiscalisation des contributions aux partis politiques est une niche fiscale inacceptable dans les circonstances actuelles."

Selon cette niche fiscale, les versements aux partis ou groupements politiques peuvent être déduits de la feuille d'impôt. Les dons ne peuvent dépasser 7 500 euros par parti dans la limite d'un total de 15 000 euros par an et par foyer fiscal. De la même façon, les dons à un ou plusieurs candidats ne peuvent dépasser 4 600 euros par élection, selon l'article L 52-8 du Code électoral. La réduction fiscale est égale à 66 % des sommes versées dans la limite de 20 % du revenu imposable.

----------

sur le même sujeit, lire sur MEDIAPART :

Les finances des partis, ce trou noir de la République

Les finances des partis, ce trou noir de la République.pdf

Renouveler la Démocratie (mettre fin au métier de politicien professionnel)

lu sur le Canard Enchaîné de cette semaine (un livre à acheter chez votre libraire habituel) :

Image 1.png

Image 1.png

Image 2.png

Image 3.png

28/05/2014

Résultats de l'élection européenne en fonction de l'exposition médiatique

De l'influence des médias sur le comportement social.

Trouvé sur le site de l'UPR :

lien : Bilan des élections Européennes du 25 mai 2014 – Union Populaire Républicaine

L’INJUSTICE DU TRAITEMENT MÉDIATIQUE CONSTITUE LA RAISON PRINCIPALE DES RÉSULTATS ENCORE MODESTES DE L’UPR

Nous avons effectué une compilation des temps de parole relevés par le CSA (voir aussi notre saisine au CSA) sur les chaînes de télévision et de radio française durant la période du 14 avril au 16 mai. Cette période est importante parce que c’est celle pendant laquelle se cristallisent pour l’essentiel les choix des électeurs.

Or les chiffres parlent d’eux-mêmes (par ordre décroissant d’exposition médiatique ) :

  1. Parti socialiste / Parti radical de gauche : 21 H 05′ 40″ (24,61%)
  2. UMP : 20 H 58′ 46″ (24,48%)
  3. Front National : 11 H 18′ 38″ (13,20%)
  4. UDI/MODEM : 10 H 09′ 38″ (11,86%)
  5. EELV : 7 H 11′ 45″ (8,40%)
  6. Front de Gauche : 3 H 17′ 17″ (3,84%)
  7. Debout La République : 2 H 15′ 31″ (2,64%)
  8. Nouvelle Donne : 1 H 44′ 24″ (2,03%)
  9. Lutte Ouvrière : 1 H 39′ 49″ (1,94%)
  10. Force Vie : 1 H 22′ 43″ (1,61%)
  11. Nous Citoyens : 1 H 15′ 40″ (1,47%)
  12. NPA : 1 H 11′ 32″ (1,39%)
  13. Cap 21 (C. Lepage) : 1 H 10′ 51″ (1,38%)
  14. Parti Pirate : 0 H 20′ 30″ (0,40%)
  15. Alliance Écologiste Indépendante : 0 H 10′ 33″ (0,21%)
  16. Parti européen : 0 H 09′ 32″ (0,19%)
  17. Europe Démocratie Espéranto : 0 H 08′ 53″ (0,17%)
  18. Féministes : 0 H 06′ 57″ (0,14%)
  19. Parti du Vote Blanc : 0 H 06′ 15″ (0,12%)
  20. Parti pour la Décroissance : 0 H 05′ 56″ (0,12%)
  21. Parti Breton : 0 H 02′ 41″ (0,05%)
  22. Alliance Royale : 0 H 02′ 08″ (0,04%)
  23. Union Populaire Républicaine : 0 H 01′ 30″ (0,03%) (Nota : le samedi du Pont du 1er mai, à 07h00 du matin)
  24. Cannabis Sans Frontière : 0 H 00′ 20″ (0,01%)
  • TOTAL : 85 H 57′ 29″

-----------------

LES RÉSULTATS GLOBAUX DU SCRUTIN

Les résultats globaux des élections européennes du 25 mai 2014 ont été les suivants (en % des suffrages exprimés, et après prise en compte des votes des Français de l’étranger) :

  • FN : 24,95%
  • UMP : 20,66%
  • PS : 13,88%
  • UDI/MODEM : 9,70%
  • EELV : 8,75%
  • Front de Gauche : 6,23%
  • DLR : 3,82%
  • Nouvelle Donne : 2,90%
  • Nous Citoyens : 1,41%
  • Lutte Ouvrière : 1,17%
  • Alliance écologiste indépendante : 1,13%
  • Force Vie (C. Boutin) : 0,72%
  • Europe citoyenne (C. Lepage) : 0,66%
  • Parti du vote blanc : 0,58%
  • UPR : 0,41%
  • NPA : 0,40%
  • Parti Pirate : 0,21%
  • Europe Démocratie Espéranto : 0,18%
  • Féministes pour une Europe solidaire : 0,15%
  • Parti fédéraliste européen : 0,10%
  • toutes les autres listes : en dessous de 0,10%

27/05/2014

La finance se porte bien

à lire sur BASTAMAG (lien ci-contre) :

27/05/2014 CAPITAL

Les dividendes ont augmenté de 31% dans le monde depuis 2013

C’est un nouveau record qui a été atteint au premier trimestre 2014. Les (...)

-----------

CAPITAL

Les dividendes ont augmenté de 31% dans le monde depuis 2013

PAR AGNÈS ROUSSEAUX 27 MAI 2014

C’est un nouveau record qui a été atteint au premier trimestre 2014. Les dividendes versés par les plus grandes entreprises mondiales à leurs actionnaires ont augmenté de 31 % par rapport à la même période l’an dernier. 228 milliards de dollars ont été ainsi distribué en dividendes au cours du premier trimestre 2014 par ces grandes entreprises, selon le rapport de la société d’investissement Henderson Global Investors, qui prend en compte 3 000 grandes entreprises cotées dans le monde. Toujours ça que n’auront pas les salariés qui produisent la richesse !

... lire la suite sur :

27/05/2014 CAPITAL

Les dividendes ont augmenté de 31% dans le monde depuis 2013 

24/05/2014

Palestine : la mort filmée de deux adolescents palestiniens

lu sur le Monde :

www.lemonde.fr/international/article/2014/05/22/la-mort...

 

L'armée israélienne présente ses arguments habituels : cette vidéo diffusée sur Internet et sur les réseaux sociaux, montrant la mort en direct de deux adolescents palestiniens, le 15 mai, non loin de la prison d'Ofer, près de Ramallah, est peut-être un montage, une manipulation ; les tirs sont peut-être venus du côté palestinien ; l'armée n'utilisait ce jour-là que des balles revêtues de caoutchouc. Les faits, eux, sont indiscutables : Mohammed Abou Thahr et Nadim Nuwara, tous deux âgés de 17 ans, ont été tués par des tirs à balles réelles.

Le Monde.fr a le plaisir de vous offrir la lecture de cet article habituellement réservé aux abonnés du Monde.fr. Profitez de tous les articles réservés du Monde.fr en vous abonnant à partir de 1€ / mois | Découvrez l'édition abonnés

Cette affaire en rappelle-t-elle une autre ? Oui, la mort du petit Mohammed Al-Dura, âgé de 12 ans, tué par des tirs de l'armée israélienne, le 30 septembre 2000, au centre de la bande de Gaza : mêmes explications officielles, même polémique (toujours vivace) et des images semblables, qui avaient fait le tour du monde et avaient eu un effet accélérateur sur la seconde Intifada (2000-2005).

La vidéo (prise par une caméra de surveillance d'un magasin palestinien) montre nettement que les deux garçons ne portaient pas d'arme. Les faits se sont déroulés lors des manifestations pour l'anniversaire de la Nakba (« catastrophe » en arabe), au cours desquelles les Palestiniens commémorent le départ forcé de quelque 750 000 Arabes de Palestine en 1948.

 

AUCUNE MENACE

Ce jeudi 15 mai, près de la prison d'Ofer, les manifestants palestiniens ne sont pas nombreux, mais ils lancent des pierres par intermittence sur les forces de l'ordre. Il y a des moments de calme : c'est pendant l'un d'eux que les tirs ont lieu, que les deux adolescents tombent. Un troisième, Mohammed Al-Aza, est touché par deux balles et sera hospitalisé à Ramallah. Les forces israéliennes sont loin, sans doute à 250-300 mètres : Mohammed Abou Thahr et Nadim Nuwara ne représentaient manifestement aucune menace pour les soldats. Ils s'écroulent brusquement : l'un est touché à la poitrine, alors que le second est frappé dans le dos.

 

Le précédent de 2000 explique la célérité avec laquelle les Etats-Unis, les Nations unies et plusieurs capitales européennes ont réagi pour réclamer l'ouverture d'une enquête « rapide et transparente » sur les circonstances d'une affaire susceptible de provoquer un enchaînement de violences.

« L'armée israélienne est la plus morale du monde, et elle contrôle ses actions en permanence » : le propos est d'Avigdor Lieberman, le ministre israélien des affaires étrangères et chef du parti ultranationaliste Israel Beitenou (« Israël, notre maison »), qui a dénoncé l'« hypocrisie » de la demande des Américains et des Européens. L'armée israélienne, pour sa part, a assuré que la vie de ses soldats était menacée, ce qui expliquerait leur réaction.

L'enquête prendra du temps, comme toujours. L'Agence de l'ONU pour l'aide aux réfugiés palestiniens a constaté, mercredi, « une nette augmentation, depuis le début 2013, du nombre de réfugiés de Palestine tués et blessés » par les forces israéliennes en Cisjordanie.

----------------

Israël et Palestine

22/05/2014

Européennes de dimanche : les dés sont pipés

communiqué :

L’UPR saisit en urgence le CSA en raison du non-respect, par les grands médias audiovisuels, des principes démocratiques posés par l’article 4 de la Constitution

le 27 avril 2014 dans 

Communiqués de presse

L’Union Populaire Républicaine (UPR) a adressé, le 23 avril 2014, un courrier recommandé avec accusé de réception au Président du Conseil supérieur de l’audiovisuel (CSA), Olivier Schrameck.

Ce courrier circonstancié – en copie de ce communiqué – demande au CSA d’intervenir en urgence auprès des médias audiovisuels de grande diffusion pour qu’ils ouvrent enfin leurs antennes à l’UPR, en application du principe d’équité posé par le CSA lui-même et en application de l’obligation, posée par la Constitution, de permettre les expressions pluralistes des opinions politiques.

L’UPR rappelle que ces principes démocratiques fondamentaux figurent en effet dans la Constitution, dont l’article 4 dispose que « la loi garantit les expressions pluralistes des opinions et la participation équitable des partis et groupements politiques à la vie démocratique de la Nation ». C’est le CSA qui, en vertu de la loi du 30 septembre 1986, « assure le respect de l’expression pluraliste des courants de pensée et d’opinion dans les programmes des services de radio et de télévision, en particulier pour les émissions d’information politique et générale ».

Alors qu’a débuté la campagne pour les élections européennes, l’UPR, malgré sa présence dans l’ensemble des circonscriptions du scrutin et malgré son développement spectaculaire, n’est, en effet, toujours pas admise à s’exprimer ni sur les grandes chaînes de télévision, ni sur les grandes stations de radio. 

L’existence même de l’UPR n’est même jamais mentionnée nulle part dans ces médias de grande diffusion, qui  continuent de promouvoir les partis politiques qui ont été rejetés par 61% des Français, abstentionnistes au scrutin de 2009.

En outre, alors que tous les partis politiques présents au scrutin, de l’extrême droite à l’extrême gauche, proposent une « autre Europe » ou de « renégocier les traités européens » , seule l’UPR propose la sortie de la France de l’Union européenne, de l’euro et de l’OTAN.

La diversité et le pluralisme des opinions ne sont donc pas représentés dans les médias, dès lors que ces derniers empêchent de s’exprimer le seul parti qui s’oppose au principe même de la « construction européenne ».

Le courrier de l’UPR adressé au CSA comporte :

a) une lettre de six pages, par laquelle François Asselineau, Président de l’UPR et candidat tête de liste dans la circonscription Île-de-France, demande au Président du CSA de contraindre les médias audiovisuels à jouer leur rôle démocratique normal, en application de l’article 4 de la Constitution ;

b)- un dossier de vingt-cinq pages constitué de huit annexes qui démontrent que :

1)  l’UPR rassemble désormais un nombre d’adhérents très supérieur à celui de partis politiques largement médiatisés ;

2) le site Internet de l’UPR est le deuxième site le plus fréquenté de tous les partis politiques français ;

3) les émissions ou les entretiens avec l’UPR sur les télés-web ou sur les radios de la bande FM enregistrent des succès d’audience importants, très supérieurs aux résultats obtenus sur les mêmes vecteurs par les partis ou responsables politiques constamment invités dans les médias de grande diffusion ;

4) les partis politiques « Nouvelle donne » et « Nous citoyens », lancés à l’automne 2013, ont été massivement médiatisés dès leur début, alors qu’ils n’étaient que d’une taille embryonnaire ;

5) le poids des voix obtenues par l’UPR à l’élection législative partielle du 16 juin 2013 par rapport à des formations très médiatisées ne se retrouve pas dans la représentation de l’UPR au sein des médias audiovisuels de grande diffusion ;

6) le FN fait l’objet d’une sur-médiatisation dans le but d’assimiler, aux yeux du public, le rejet de l’Union européenne à une position d’extrême droite, et d’empêcher ainsi tout débat réel de fond ;

7) en empêchant tout débat sérieux et serein sur le principe de la « construction européenne », les médias de grande diffusion contribuent de façon tragique à la dénaturation de la démocratie ;

8) en refusant d’inviter l’UPR, les médias de grande diffusion empêchent cette dernière de répondre aux attaques et manipulations du FN.

Documents :

Lettre envoyée au Président du CSA le 22 avril 2014

Passages médias des partis Nouvelle Donne et Nous citoyens

Télécharger au format PDF

20/05/2014

CHINE : Tian An Men, préparation du 25 ième anniversaire

lu sur LE POINT :

La Chine toujours pas guérie de Tian'anmen

Le Point.fr - Publié le 19/05/2014 à 13:25

Les dirigeants chinois redoutent un retour de flamme de la contestation étudiante qui s'était embrasée il y a 25 ans, et la tuent dans l'oeuf.

Par 

Il y a des signes qui ne trompent pas pour constater l'inquiétude paranoïaque du pouvoir chinois à trois semaines de l'anniversaire de la révolte de Tian'anmen et surtout de la sanglante répression par laquelle elle s'est terminée : dès le début du mois, un premier train d'arrestations a eu lieu dans les rangs des dissidents. Le 3 mai, une vingtaine de ces contestataires s'étaient réunis dans l'appartement de l'un d'entre eux pour un "séminaire de commémoration" dont l'objet était en apparence bien pacifique : évoquer, à l'aide de témoignages, de photos et de films, les événements du 4 juin 1989. Dans les jours qui ont suivi, quinze d'entre eux ont été arrêtés et envoyés en "détention criminelle" pour avoir "créé des désordres et provoqué des troubles à l'ordre public". Le journaliste Gao Yu n'a d'ailleurs même pas eu le temps de participer à ce rendez-vous séditieux. Il a été appréhendé au moment où il s'y rendait.

La répression s'attaque parfois à des formes de contestation artistiques tellement allusives qu'elles peuvent paraître bien inoffensives. Ainsi, fin avril, le peintre contemporain chinois Chen Guang invite quelques amis à un vernissage où est présentée une installation dans laquelle une jeune fille braque un projecteur sur un mur où figurent différentes dates, dont celle de 1989. Puis l'artiste apparaît et couvre ces dates de peinture blanche, signifiant ainsi qu'il gomme le passé. Dans les jours qui ont suivi, Chen Guang est arrêté. Il est détenu depuis sans qu'aucune charge n'ait été retenue contre lui. Cet artiste, il est vrai, a une histoire un peu particulière puisque, il y a vingt-cinq ans, alors conscrit de l'armée populaire, il a fait partie des troupes qui ont maté dans le sang la révolte étudiante de Tian'anmen.

Traumatisme politique

Elle avait modestement commencé le 27 avril 1989 par un rassemblement d'étudiants souhaitant commémorer l'anniversaire du mouvement du 4 mai 1919. À l'époque, ce mouvement protestait contre le traité de Versailles, dont il jugeait les dispositions trop favorables aux Japonais et injustes à l'égard des Chinois, qui avaient pourtant combattu les Allemands aux côtés des alliés lors de la Première Guerre mondiale. En réalité, en 1989, derrière ce prétexte historique, il y avait l'aspiration de la jeunesse à plus de liberté et de démocratie. Bizarrement, les autorités commencent par laisser faire. Y compris l'installation d'une réplique en plâtre de la statue de la Liberté face au portrait géant du président Mao. Mais les rangs des manifestants grossissent, leur mouvement se répand dans les grandes villes de province, ils entament une grève de la faim, accusent de corruption les dirigeants ; on compte, fin mai, plus d'un million de contestataires. Alors le pouvoir prend peur. La loi martiale est proclamée. La place Tian'anmen évacuée en une nuit. La répression aura fait au moins 1 500 morts.

La Chine, si elle a, depuis, progressé à pas de géant sur le plan économique, ne s'est jamais remise de ce traumatisme politique. Comme en témoignent aujourd'hui les mesures policières et le déploiement annoncé de troupes et de blindés pour tuer dans l'oeuf toute tentative de manifestation. Pour une bonne raison : les revendications de 1989 ne sont toujours pas satisfaites. Pour une vraie démocratisation, une lutte effective contre la corruption, non pas de quelques-uns, mais de tous les vrais profiteurs, grands ou petits, et la transformation d'un système de cooptation des dirigeants qui empêche toute émergence d'une nouvelle classe politique. Et pourtant la répression, la confiscation de toute liberté politique ont sans doute leur limite quels que soient les pays. Comme a fini par le montrer, en 1991, la chute de l'empire soviétique. Une leçon à méditer pour Pékin avant que n'apparaisse forcément un jour un Soljenitsyne chinois, voire un autre Jean-Paul II.