Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

01/12/2013

Comment avoir un passeport européen ? Mode d'emploi

lu sur :

http://www.marianne.net/allemagne/Vente-de-passeports-aux-riches-les-encheres-continuent-_a54.html

Vente de passeports aux riches : les enchères continuent ! 

Rédigé par Thomas SCHNEE le Jeudi 14 Novembre 2013 à 11:40 

Il sera bientôt possible d’acheter un passeport maltais pour 650 000 euros. Ce n’est pas donné mais cela permet tout de même de s’offrir la citoyenneté européenne. Pour les étrangers un peu moins riches, mais tout de même suffisamment pour ne pas être obligé de prendre un bateau pour Lampedusa, la Lettonie offre depuis 2010 un « Golden Visa » (avec perspective d’acquisition de la nationalité lettonne) à seulement 72 000 euros. Qui dit mieux !
 
Mardi dernier, le parlement de Malte a voté une loi qui, dès que le président maltais l’aura signé, va permettre aux riches étrangers de s’offrir la citoyenneté maltaise. Le Premier ministre travailliste Joseph Muscat a estimé que cette mesure rapporterait 30 millions d'euros la première année, ce qui correspond à environ 45 naturalisations. Comme on le voit, la vente du « passeport » européen ne va pas déclencher une vague migratoire mais c’est une affaire très lucrative. La moitié de la somme ira au renflouement du budget public et l’autre sera consacrée aux investissements. Pour le député maltais Simon Busuttil, « c’est un jour noir pour la démocratie. La citoyenneté n’a pas de pris mais elle a désormais une valeur ». En instaurant ce passe-droit légal pour les riches étrangers, le micro-Etat méditerranéen n’innove pas. Il se contente de suivre un exemple qui fait hélas école en Europe et a été lancé par la Lettonie.
 
La citoyenneté européenne, une marchandise comme une autre ? 
 
En 2010, l’Etat balte a lancé un "Residence program" qui permet d’obtenir un visa Schengen longue durée (8 ans avec possibilité d’être naturalisé) contre un investissement immobilier d’au moins 72 000 euros en province, et d’au moins 150 000 euros à Riga, la capitale. Ce qui est donné par rapport à l’offre maltaise. Les nouveaux riches russes adorent ! Selon l’administration lettone, le « golden visa » est une réussite. Il a déjà permis d’injecter 600 millions d’euros dans le pays ! Mais la vente de sa citoyenneté pour renflouer ses caisses n’est pas seulement le fait de petits pays européens en difficulté. Le Portugal pratique la chose depuis octobre 2012, la Grèce et la Hongrie depuis l’été 2013. Le dernier « grand pays » membre du club est l’Espagne. Début octobre, le Parlement espagnol a voté une loi qui permet aux riches étrangers d’obtenir un "Spanish Golden Visa" ou encore un "Spanish Entrepreneur Visa" en l’échange d’un placement immobilier ou financier en Espagne d’au moins 500 000 euros. Certes, le visa espagnol est nettement plus cher que le visa letton. Mais outre qu’il ouvre l’accès aux calanques de la Costa Brava ou aux plages de Majorque, le "Spanish Golden Visa" est valable pour toute la famille avec, au bout de cinq ans, la perspective de se transformer en visa permanent. Contacté par nos soins, le service de presse de la commissaire européenne des Affaires intérieures, Cécilia Malmström, en charge des questions d’immigration, nous a transmis une liste datant de 2012 et donnant la situation précise dans la plupart des pays d’Europe (la liste en pièce-jointe se trouve en fin d'article). Ou l’on apprend, entre autres, que les Pays-Bas se préparent à introduire une loi similaire avec un droit d’entrée à 1,25 millions d’euros. Qui dit mieux !
 
Absence de débat et double morale écœurante 
 
Légalement, cette pratique déjà répandue en Amérique du Nord ne pose pas de problème puisque chaque Etat est en droit de décider quelles sont  les conditions d’acquisition de sa nationalité. Mais la double morale qui gouverne de plus en plus nos politiques nationales et européennes du droit d’asile et de l’immigration est écœurante. Ainsi, à la suite des drames répétés qui ont vu des milliers de réfugiés clandestins se noyer dans les eaux de la Méditerranée, les ministres de l’Intérieur européens ont décidé de ne rien décider. Les lois qui encadrent le droit d’asile et l’acquisition de la nationalité en Europe ne seront pas rediscutées. Ils ont simplement promis de renforcer la surveillance aux frontières (Agence Frontex) afin d’essayer d’éviter que ne se reproduisent les naufrages au large de l’Ile de Lampedusa. Et pendant ce temps, on déroule le tapis rouge aux riches étrangers quelles que soient leurs activités et l'origine de leurs fortunes.   
----------
voir aussi :

 

Les commentaires sont fermés.