Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

16/06/2013

L'Europe à 27 et l'accord transatlantique : s'attendre au pire ...

à lire sur MEDIAPART :

Accord transatlantique: le saut dans l'inconnu PAR LUDOVIC LAMANT

Les Français ont obtenu gain de cause sur l'audiovisuel, exclu – pour le moment – du champ de la négociation de la libéralisation des échanges avec les États-Unis. Pour le reste, les ministres du commerce ont donné vendredi leur feu vert à la Commission pour négocier un accord aux retombées potentiellement énormes, dans une opacité quasi totale.

Lire la suite

-------

extrait :

..."Il s'agit, coûte que coûte, de relancer la machine du libre-échange, comme seule réponse stratégique à la montée en puissance des émergents, en Amérique latine et surtout en Asie, bref, au grand basculement du centre de gravité du monde vers le Sud. Puisque les négociations multilatérales, au sein de l'Organisation mondiale du commerce, sont dans l'impasse, poussons jusqu'au bout la logique du bilatéral, en tentant un pacte avec l'un des principaux rivaux économiques de l'Union... Pari hasardeux.

Personne n'a pris la peine de rappeler pourquoi les discussions au sein de l'OMC étaient au point mort, et pourquoi les grands émergents préféraient protéger certaines de leurs industries via des barrières tarifaires. Tout se passe, sur ce front, comme si l'Europe refusait de voir que la planète n'est plus aussi plate que l'éditorialiste américain Thomas Friedman l'avait rêvée dans son best-seller de 2005. "...

----------

sur le même sujet, un communiqué d' Attac France et AITEC,.

A Paris, le 15 juin 2013. :

Accord transatlantique : fin de l’exception démocratique

Les ministres européens du commerce ont donné mandat à la commission européenne pour négocier un partenariat avec les États-Unis, portant sur le libre-échange des biens, des services des capitaux, et surtout sur la suppression des normes et réglementations qui porteraient préjudice au commerce et à l’investissement des entreprises. 
La France a porté le principe de l’exception culturelle, qui pour l’instant et de manière très confuse, se trouve exclue des négociations, avec possibilité de rouvrir le dossier. 
Le processus est donc lancé.  
         Les gouvernements ont accepté de négocier leurs choix agricoles et alimentaires, les services publics, les droits sociaux, les normes financières, les choix énergétiques et climatiques. Ils ont accepté de renoncer à la capacité politique de construire démocratiquement des normes, des règlements, et de la transférer aux entreprises et aux tribunaux ad hoc qui jugeront des litiges entre les entreprises, les États et les collectivités territoriales.  
       Comme nous avons su le faire au moment de l’Accord Multilatéral de l’investissement, au moment de l’accord commercial anti-contre façon, nous refusons l’engagement dans un tel processus, et nous appelons à une mobilisation très large des mouvements sociaux et des élus, parlementaires et élus locaux, pour faire connaître ce processus qui se réalise dans l’opacité sur la plus totale et pour l’arrêter. 
Nous travaillons dans le même sens avec nos réseaux européens et internationaux.

Les commentaires sont fermés.