Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

21/10/2012

Aéroport à Notre-Dame-des-Landes : la politique du fait accompli ?

lu sur :

http://elus-pdl.eelv.fr/c-presse-notre-dame-des-landes-qui-sont-les-vrais-hors-la-loi/

Les expulsions par des forces de l’ordre en masse sur le site du projet d’aéroport à Notre-Dame-des-Landes, et ce à l’approche de l’hiver, doivent nous interroger. Quelle urgence y a-t-il à procéder ainsi alors que les autorisations nécessaires aux travaux envisagés ne sont pas encore délivrées et encore moins validées juridiquement ?

Retour en arrière pour quelques pistes de lecture. Rappelez-vous le projet de construction de pont à l’île de Ré. A cette époque, les associations et les écologistes dénonçaient l’illégalité des autorisations délivrées au regard du droit de l’environnement. Ils avaient attaqué lesdites autorisations devant le juge administratif, qui leur avait donné raison après une procédure de plusieurs années. Comme le projet avait été réalisé entre temps, le droit a été violé. Car nous le savons bien, un projet réalisé et jugé illégal a posteriori, profite d’une situation de fait et devient irréversible.

L’urgence qui conduit aujourd’hui à expulser et détruire les habitations ne serait-elle pas dictée par la volonté de forcer le passage et de contourner délibérément le droit ? Ce qui est certain, c’est que le projet de nouvel aéroport ne peut, pas plus qu’hier celui du Pont de l’île de Ré, répondre aux exigences de la Loi. Ce qui est certain aussi, c’est qu’il n’y a aucune urgence à expulser avant l’hiver.

Alors nous nous interrogeons : l’idée des porteurs du projet de nouvel aéroport ne serait-elle pas de construire au plus vite pour créer une situation irréversible ? De faire en sorte, comme pour le pont de l’ile de Ré, que l’aéroport soit construit avant que le juge administratif n’ait statué sur les demandes tendant à l’arrêt des travaux ? Conclusion : qui sont vraiment les hors-la-loi dans cette histoire ?

 

Sophie BRINGUY, vice-présidente à l’environnement du Conseil régional des Pays de la Loire,

Christophe DOUGÉ, conseiller régional délégué à la Loire et en charge des politiques de l’eau.

Jean-Philippe MAGNEN, président du groupe EELV au Conseil régional des Pays de la Loire et porte-parole national.

Les commentaires sont fermés.