Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

14/10/2012

Le métier de lobbyiste (suite)

lu sur :

Les députés vont plaider à Matignon contre la hausse de la taxe sur la bière

 

LE MONDE | 13.10.2012 à 11h28

 

Par Hélène Bekmezian 

 

Le Monde.fr a le plaisir de vous offrir la lecture de cet article habituellement réservé aux abonnés du Monde.fr. Profitez de tous les articles réservés du Monde.fr en vous abonnant à partir de 1€ / mois | Découvrez l'édition abonnés

La pression monte. Ils étaient 49, jeudi 12 octobre au soir, et sont désormais 54 ; la protestation des députés contre l'augmentation de 150 % de la taxe sur la bière, prévue dans le projet de loi de financement de la Sécurité sociale (PLFSS) pour 2013, prend de l'ampleur. A tel point, disent-ils, que le premier ministre, Jean-Marc Ayrault, a décidé de les recevoir dès mardi soir.

A Matignon, on confirme une "réunion", sans toutefois préciser de date. "Quand une délégation demande à être reçue, elle l'est systématiquement, précise-t-on au cabinet du premier ministre. L'intention est seulement de les écouter, cela ne préjuge en rien de la suite."

"Nous allons informer Matignon que nous allons faire un amendement de suppression de cet article", prévient Jean-Pierre Decool (app. UMP, Nord), à l'origine de la contestation avec Gérald Darmanin (UMP, Nord) et Bernard Gérard (UMP, Nord). "Il sera défendu en commission par Arnaud Robinet et, s'il le faut, on ira dans l'Hémicycle", soutient M. Decool.

 

LETTRE À JACQUES CHIRAC

C'est donc une nouvelle étape, après l'action "clin d'œil" menée le 3 octobre par MM. Darmanin et Gérard : ils avaient écrit une lettre ouverte à Jacques Chirac, dont ils "connaissent attachement revendiqué pour cette boisson", et avaient demandé à l'ancien président d'intervenir. Si les élus UMP ou apparentés UMP sont majoritaires dans ce mouvement – parmi eux, Xavier Bertrand (Aisne), Eric Woerth (Oise) ou Benoist Apparu (Marne) –, on compte également cinq socialistes, un député du Parti de gauche, trois centristes et trois non-inscrits.

Mais, parmi ces protestataires, on trouve surtout 14 députés du Nord - Pas-de-Calais et 10 d'Alsace et de Lorraine, soit les trois régions françaises les plus concernées par les activités de brasserie. "Ce sont, en plus, des régions transfrontalières, rappelle M. Darmanin. Si la bière augmente en France et pas en Belgique, les gens n'auront qu'à traverser la rue pour payer leur verre moins cher."

"EMPLOIS FRANÇAIS"

"70 % de la bière consommée en France est produite en France, souligne de son côté Sébastien Huyghe (UMP, Nord). Ce sont des emplois français ; 71 000 personnes sont directement ou indirectement embauchées grâce à cette filière." Sans compter "l'élément de culture populaire" qu'est cette boisson, "un produit consommé par les classes populaire et moyenne", indique M. Darmanin.

A entendre quelques-uns des 54 protecteurs du houblon dérouler des démonstrations similaires, on a l'impression d'entendre un argumentaire fourni clé en main par des représentants du secteur. "Nous avons été contactés par les lobbies, reconnaît M. Decool, qui a d'ailleurs invité les brasseurs à rencontrer les élus mardi. Mais nous n'avons pas attendu qu'on nous presse pour réagir."

"Mettre une pression sur les brasseurs – c'est le cas de le dire –, alors qu'on ne touche pas au vin et aux autres alcools, c'est un traitement distinctif que je ne supporte pas", justifie-t-il. La bière représente 17 % de la consommation d'alcool en France, contre environ 52 % pour le vin.

-------------------

voir un exemple :

CIAA (Confédération des industries agroalimentaires de l'UE)

-------------------

et aussi :

Budget 2013

Les commentaires sont fermés.