Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

24/08/2009

USA - Justice - CIA - torture

Torture de prisonniers par la CIA : le service "éthique" du ministère de la justice américain ne lâche pas prise.

 

lu sur :

http://www.nytimes.com/2009/08/24/us/politics/24detain.html?_r=1&emc=na

 

August 24, 2009

Justice Dept. Report Advises Pursuing C.I.A. Abuse Cases

By DAVID JOHNSTON

 

WASHINGTON — The Justice Department’s ethics office has recommended reversing the Bush administration and reopening nearly a dozen prisoner-abuse cases, potentially exposing Central Intelligence Agency (1) employees and contractors to prosecution for brutal treatment of terrorism suspects, according to a person officially briefed on the matter.

The recommendation by the Office of Professional Responsibility (2), presented to Attorney General Eric H. Holder Jr.(3) in recent weeks, comes as the Justice Department is about to disclose (4) on Monday voluminous details on prisoner abuse that were gathered in 2004 by the C.I.A.’s inspector general but have never been released.

When the C.I.A. first referred its inspector general’s findings to prosecutors, they decided that none of the cases merited prosecution. But Mr. Holder’s associates say that when he took office and saw the allegations, which included the deaths of people in custody and other cases of physical or mental torment, he began to reconsider.

With the release of the details on Monday and the formal advice that at least some cases be reopened, it now seems all but certain that the appointment of a prosecutor or other concrete steps will follow, posing significant new problems for the C.I.A. It is politically awkward, too, for Mr. Holder because President Obama (5) has said that he would rather move forward than get bogged down in the issue at the expense of his own agenda.

The advice from the Office of Professional Responsibility strengthens Mr. Holder’s hand.

The recommendation to review the closed cases, in effect renewing the inquiries, centers mainly on allegations of detainee abuse in Iraq and Afghanistan. The Justice Department report is to be made public after classified information is deleted from it.

The cases represent about half of those that were initially investigated and referred to the Justice Department by the C.I.A.’s inspector general, but were later closed. It is not known which cases might be reopened.

Mr. Holder was said to have reacted with disgust earlier this year when he first read accounts of abusive treatment of detainees in a classified version of the inspector general’s report and other materials.

In examples that have just come to light, the C.I.A. report describes how C.I.A. officers carried out mock executions and threatened at least one prisoner with a gun and a power drill. It is a violation of the federal torture statute to threaten a prisoner with imminent death.

Mr. Holder, who questioned the thoroughness of previous inquiries by the Justice Department, is expected to announce within days his decision on whether to appoint a prosecutor to conduct a new investigation; in legal circles, it is believed to be highly likely that he will go forward with a fresh criminal inquiry.

Paul Gimigliano, a C.I.A. spokesman, said Sunday that the Justice Department recommendation to reopen the cases had not been sent to the intelligence agency. He added: “Decisions on whether or not to pursue action in court were made after careful consideration by career prosecutors at the Justice Department. The C.I.A. itself brought these matters — facts and allegations alike — to the department’s attention.”

The report by the Justice Department’s ethics office has been under preparation for more than five years, and its critique of legal work on interrogations (6) provoked bitter complaints from Attorney General Michael B. Mukasey (7) as he was leaving office as the Bush administration’s final attorney general.

The Justice Department’s report, the most important since Mr. Holder took office, was submitted by Mary Patrice Brown, a veteran Washington federal prosecutor picked by Mr. Holder to lead the Office of Professional Responsibility earlier this year after its longtime chief, H. Marshall Jarrett, moved to another job in the Justice Department

There has never been any public explanation of why the Justice Department decided not to bring charges in nearly two dozen abuse cases known to be referred to a team of federal prosecutors in Alexandria, Va., and in some instances not even the details of the cases have been made public.

Former government lawyers said that while some detainees died and others suffered serious abuses, prosecutors decided they would be unlikely to prevail because of problems with mishandled evidence and, in some cases, the inability to locate witnesses or even those said to be the victims.

A few of the cases are well known, like that of Manadel al-Jamadi, who died in 2003 in C.I.A. custody at Abu Ghraib prison in Iraq after he was first captured by a team of Navy Seals (8). Prosecutors said he probably received his fatal injuries during his capture, but lawyers for the Seals denied it.

Over the years, some Democratic lawmakers sought more details about the cases and why the Justice Department took no action. They received summaries of the number of cases under scrutiny but few facts about the episodes or the department’s decisions not to prosecute.

The cases do not center on allegations of abuse by C.I.A. officers who conducted the forceful interrogations of high-level Qaeda suspects at secret sites, although it is not out of the question that a new investigation would also examine their conduct.

That could mean a look at the case in which C.I.A. officers threatened one prisoner with a handgun and a power drill if he did not cooperate. The detainee, Abd al-Rahim al-Nashiri, was suspected as the master plotter behind the 2000 bombing of the Navy destroyer Cole.

All civilian employees of the government, including those at the C.I.A., were required to comply with guidelines for interrogations detailed in a series of legal opinions written by the Justice Department. Those opinions, since abandoned by the Obama administration, were the central focus of the Justice Department’s internal inquiry.

It has been known that the Justice Department ethics report had criticized the authors of the legal opinions and, in some cases, would recommend referrals to local bar associations for discipline.

But the internal inquiry also examined how the opinions were carried out and how referrals of possible violations were made — a process that led ethics investigators to find misconduct serious enough to warrant renewed criminal investigation.

 

(1) voir :

http://topics.nytimes.com/top/reference/timestopics/organizations/c/central_intelligence_agency/index.html?inline=nyt-org

(2)  voir  : http://www.usdoj.gov/opr/

(3) voir : http://topics.nytimes.com/top/reference/timestopics/people/h/eric_h_holder_jr/index.html?inline=nyt-per

(4) voir : http://www.nytimes.com/2009/08/23/us/politics/23cia.html

(5) voir : http://topics.nytimes.com/top/reference/timestopics/people/o/barack_obama/index.html?inline=nyt-per

(6) voir :

http://topics.nytimes.com/top/reference/timestopics/organizations/c/central_intelligence_agency/cia_interrogations/index.html?inline=nyt-classifier

(7) voir : http://topics.nytimes.com/top/reference/timestopics/people/m/michael_b_mukasey/index.html?inline=nyt-per

(8) voir : http://topics.nytimes.com/top/reference/timestopics/organizations/n/us_navy/index.html?inline=nyt-org

22/08/2009

Argentine-dictature militaire-justice

lu sur :

http://www.lemonde.fr/ameriques/article/2009/08/21/le-general-videla-sera-rejuge_1230518_3222.html#ens_id=1228616

 

Le général Videla sera rejugé

LE MONDE | 21.08.09 | 18h05  •  Mis à jour le 21.08.09 | 18h26

 

L'ancien général Jorge Rafael Videla, reconnu coupable de violations des droits de l'homme durant la dictature militaire (1976-1983), sera à nouveau jugé pour la torture et le meurtre de 32 prisonniers politiques à Cordoba (centre du pays). Agé de 83 ans, l'ex dictateur, dont le régime est responsable de la disparition de 30 000 personnes, selon des organisations des droits de l'homme, avait été condamné à la réclusion à perpétuité en 1985, puis amnistié en 1990 par l'ex-président Carlos Menem.

La grâce a été annulée par un tribunal mais la Cour suprême doit encore se prononcer sur cette annulation. Poursuivi pour le vol de bébés d'opposants, Videla avait été placé en arrêt domiciliaire pendant dix ans, de 1998 à 2008. Depuis octobre, il est détenu dans une prison militaire. Aucune date n'a encore été arrêtée pour ce nouveau procès où comparaîtront également l'ex-général Luciano Benjamin Menendez - déjà condamné à la perpétuité en 2008 pour le meurtre d'un sénateur de la province de Tucuman (centre-nord) en 1976 - mais aussi 23 autres anciens militaires et policiers.

 

 

Christine Legrand

Article paru dans l'édition du 22.08.09

20:47 Publié dans Actualités | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : justice, société

La réforme du système de santé américain

lu sur :

http://www.lemonde.fr/ameriques/article/2009/08/21/etats-unis-une-reforme-de-la-sante-qui-passe-mal_1230857_3222.html#ens_id=1197745

 

Etats-Unis : une réforme de la santé qui passe mal

LEMONDE.FR | 21.08.09 | 21h08  •  Mis à jour le 21.08.09 | 21h08

 

La réforme du système de santé américain, qui suscite un débat depuis plusieurs mois déjà aux Etats-Unis, pourrait être le premier échec de l'administration Obama, estiment de nombreux observateurs. Difficile à comprendre quand le président des Etats-Unis explique qu'un de ses principaux objectifs est d'assurer une couverture médicale pour chaque Américain. Mais la réforme défendue ardemment par le président est entourée de flou et de confusion. Et les opposants sont finalement ceux qui se font le plus entendre. Décryptage.

 

Le système de santé actuel des Etats-Unis.

Il est le plus coûteux au monde et pourtant tous les Américains n'ont pas de couverture médicale. En 2004, ils étaient 46 millions de non-assurés et on estime qu'ils sont aujourd'hui entre 48 et 50 millions, soit près de 16 % de la population. Comme le souligne l'éditorialiste du New York Times, pour les 84 % d'Américains restants, qui eux sont assurés, l'Etat est en fait déjà très présent. Mais beaucoup d'entre eux l'ignorent, car ils ne comprennent pas le système actuel.

L'Etat s'occupe directement de la couverture médicale de 20 % des assurés. D'une part, les retraités et les invalides, qui bénéficient du système "Medicare" financé en partie par l'impôt et qui coûte entre 200 et 300 milliards par an à l'Etat. D'autre part, les personnes à très faibles revenus, les handicapés et les anciens combattants bénéficient du système "Medicaid". A noter qu'il existe une part importante d'Américains qui pourraient bénéficier de ce système mais qui ne sont pas informés ou qui ne veulent pas en bénéficier. "Medicare" et "Medicaid" représentent à eux seuls 4 % du PIB et les économistes prévoient que d'ici à 2050 ils pourraient coûter jusqu'à 12 % du PIB.

Le reste des assurés le sont par des assurances privées, pour la plupart via leur employeur qui prend alors en charge 70 % à 80 % des frais. En assurant leurs salariés, les entreprises bénéficient de réductions fiscales mais sont obligées de suivre un certain nombre de règles d'équité imposées par le gouvernement. Reste ensuite une part d'Américains – les plus mal lotis – qui doivent souscrire directement des assurances privées. Les frais sont environ deux fois moins élevés qu'avec les assurances souscrites par l'employeur, mais les assureurs ne sont là soumis à aucune règle. D'où de nombreux abus et des problèmes de remboursement pour les assurés.

Trop cher pour l'Etat, trop cher et injuste pour les Américains, le système a besoin d'être réformé. Le président américain veut couvrir 94 % des Américains, faire économiser 2 000 milliards de dollars à l'Etat en dix ans, proposer une véritable alternative au système privé et offrir une couverture médicale abordable pour les non-assurés.

 

Les questions.

Le système de santé public deviendra-t-il obligatoire ? Non, répond M. Obama. Libre à chacun de garder son assurance privée et le "pay or play" sera appliqué aux employeurs : ils pourront continuer d'assurer leurs salariés via des assurances privées ou choisir de ne plus les assurer mais devront alors payer une taxe à l'Etat. Le gouvernement va-t-il tout contrôler ? A priori non, mais la question reste ouverte ; le Sénat souhaite, lui, que le pilotage du système soit confié à des coopératives au niveau régional. Combien cette réforme va-t-elle coûter et qui va payer ? Barack Obama a estimé qu'elle coûterait environ 1 000 milliards de dollars sur dix ans mais la question du financement est la plus épineuse. La Maison Blanche propose de taxer les ménages les plus riches mais le Sénat veut taxer les assureurs privés.

 

Pourquoi ça ne passe pas.

En 1993, le fraîchement élu Bill Clinton avait déjà voulu s'attaquer au système de santé. Il avait soumis un projet de loi au Congrès, qui l'avait – mis à part quelques réformettes – rejeté. Seize ans plus tard, l'administration Obama veut changer de façon de faire : elle s'est contentée d'établir des principes généraux de réformes et de laisser au Congrès le soin de régler les détails et d'établir des propositions de loi. Si le Congrès se sent plus impliqué, ce système pose un problème : Barack Obama se retrouve à devoir défendre une réforme dont il ne connaît lui même pas encore les contours précis.

Les opposants à la réforme n'ont donc plus qu'à jouer sur ce flou. Résultat : M. Obama doit prendre la parole et multiplier les meetings pour démonter les campagnes de désinformation. Invité à un émission de radio, vendredi 21 août, il a du rassurer les auditeurs et "parler plus fort que les bruits parasites", comme le rapporte le Los Angeles Times. Car, à mesure que la réforme s'enlise, les sondages montrent que les Américains se montrent de plus en plus critiques. Mi-juin, un sondage CBS-New York Times donnait 70 % des Américains favorables à la réforme. Mi-août, ils n'étaient plus que 43 %, selon un sondage Gallup-USA Today.

 

Les partisans et les opposants.

La Maison Blanche doit lutter sur plusieurs fronts. Il y a d'abord les militants ultra-conservateurs organisés en groupe (Americans for Prosperity et Freedom Works) qui estiment qu'ils n'ont pas à travailler pour les autres et refusent toute obligation collective. Viennent ensuite les assureurs privés, qui craignent que la réforme ne donne un avantage concurrentiel au secteur public et vide le secteur privé de son marché. Puis les opposants politiques, comme les républicains qui pensent qu'en s'opposant à la réforme, ils pourront se démarquer clairement des démocrates en vue des élections de mi-mandat, en 2010.

Chez les démocrates, où plusieurs élus se sont également opposés au président, la ligne officielle a été dictée par Nancy Pelosi, présidente de la Chambre de représentants : "Si nous voulons mettre en place une assurance publique, nous devons réussir à la vendre au public", a-t-elle déclaré au début du mois d'août. Les élus, envoyés dans leur circonscription pour expliquer la réforme, ont reçu une petite carte comprenant, sur un côté, des données pratiques sur les impacts de la loi et sur l'autre des points concrets sur lesquels insister tels que "non, vous n'avez pas besoin de changer de médecin".

 

Suite et fin du débat ?

C'est désormais au Congrès de coucher sur le papier tous les détails de la réforme. A la Chambre des représentants, trois commissions ont planché sur la question. Elles ont chacune, fin juillet, adopté des séries de mesures et, sur le principe, ont dit oui à un système d'assurance-maladie public. Les leaders démocrates doivent maintenant écrire une proposition de loi de quelques milliers de pages, combinant les travaux des trois commissions et qui sera votée à la Chambre le 8 septembre.

De l'autre côté du Capitole, au Sénat, une seule commission a été chargée d'établir une proposition de loi, la commission des finances, et le processus s'annonce laborieux, tant la question du financement est délicate. Alors que M. Obama insistait sur la nécessité d'établir une proposition de loi sur laquelle démocrates et républicains soient d'accord, les sénateurs démocrates ont, dans un premier temps, songé à la diviser en deux pour en faire passer une partie via une procédure spécifique aux questions de budget qui ne nécessite pas de majorité. Finalement, jeudi 20 août, les membres de la commission ont décidé de continuer à travailler sur une proposition de loi sur laquelle tout le monde pourrait être d'accord. Reste à savoir si cet accord interviendra avant le 15 septembre, date limite fixée par le président de cette commission. Quant au vote définitif du Congrès sur la question, rendez-vous est fixé à Noël.

 

Hélène Bekmezian

21/08/2009

Amérique du sud et USA : le Honduras, ligne de front du combat pour la démocratie

lire aussi le livre très documenté : "La stratégie du choc" de Naomi Klein (*)

 

Le Honduras, ligne de front du combat pour la démocratie

Le coup d’Etat du 28 juin 2009 contre le président élu du Honduras, Manuel Zelaya, a fait de ce petit pays centraméricain la ligne de front du combat pour la démocratie en Amérique latine. Les putschistes civils et militaires, véritable concentré de l’oligarchie locale, sont en train d’installer une dictature dont la région a une tragique expérience : assassinats (déjà au moins une dizaine), disparitions, tortures - notamment par le sinistre Bataillon 3-16 créé par la CIA dans les années 1980 -, arrestations par milliers, contrôle absolu des médias, etc.

Pour exiger le retour à l’ordre constitutionnel, donc le rétablissement du président Zelaya dans ses fonctions, et face à l’intensification de la répression, les forces populaires regroupées dans le Front national de résistance ont adopté une stratégie d’actions non violentes. Des éléments provocateurs à la solde des putschistes tentent cependant de les dévoyer pour justifier les exactions de l’armée et de la police. Le courage des démocrates honduriens force l’admiration et le mouvement Attac leur témoigne sa totale solidarité.

Naturellement, cette solidarité est particulièrement forte en Amérique latine, aussi bien chez les mouvements sociaux et citoyens que chez les gouvernements regroupés dans l’Union des nations sud-américaines (UNASUR). Ces derniers viennent de réitérer leur exigence d’un retour immédiat et inconditionnel de Manuel Zelaya au pouvoir, et leur refus de reconnaître toute future élection qui serait organisée par les putschistes dans l’ambiance de terreur que l’on peut imaginer. Le régime de facto a en effet décidé de jouer la montre jusqu’à une « élection » présidentielle sur mesure, en spéculant sur la lassitude de l’opinion internationale et surtout sur la complaisance, confinant à la complicité, de Washington.

On sait en effet que les conseillers militaires et les diplomates américains en poste à Tegucigalpa étaient parfaitement au courant du coup d’État en préparation, et que, dans l’hypothèse la plus optimiste, ils n’ont rien fait pour le prévenir. Ce qui explique les premières déclarations embarrassées du département d’État renvoyant dos à dos Manuel Zelaya et les auteurs du putsch. Si ces derniers ont ensuite fait l’objet d’une condamnation, rapidement expédiée, de Barack Obama, il est patent que le gouvernement américain n’utilise pas les moyens dont il dispose pour faire pression sur les putschistes. Il s’est contenté de « suspendre » sa coopération militaire avec eux, alors qu’un blocage de leurs comptes en banque aux États-Unis et un refus de tout visa d’entrée dans ce pays serait d’une immédiate efficacité.

Le double discours de l’administration américaine sur le Honduras obéit à une politique en parfaite continuité avec celle de George Bush, mais avec un degré de sophistication nettement supérieur. Il s’agit pour elle de tenter – jusqu’à présent sans succès – de freiner, voire faire échouer un processus d’unification de l’Amérique latine qui, comme dans l’UNASUR, se fait sans les États-Unis. Plus spécifiquement, il s’agit d’endiguer le succès croissant de l’Alliance bolivarienne des peuples d’Amérique (ALBA), à laquelle Manuel Zelaya avait fait adhérer le Honduras et qui compte désormais neuf Etats membres [1].

Enfin, dans la plus classique tradition impériale, il s’agit pour elle de disposer de nouvelles bases militaires pour mieux contrôler la région, voire y intervenir. À cet égard, la décision du président Alvaro Uribe d’autoriser le Pentagone à déployer des effectifs dans sept bases situées en territoire colombien apparaît comme une véritable provocation à l’égard des autres pays d’Amérique du Sud, et tout particulièrement de l’Equateur et du Venezuela. Sans compter celles de Porto Rico, ces bases s’ajouteront à celles de Guantanamo (Cuba), Soto Cano (Honduras) et Comalapa (El Salvador).

Derrière l’obamania qui déferle sur le monde entier, se dissimule une stratégie inchangée de domination des États-Unis sur ce qu’ils désignaient autrefois comme leur « arrière-cour » : l’Amérique latine. Au Honduras, l’enjeu est double. D’abord, l’avenir des gouvernements engagés dans des transformations sociales en profondeur et qui, sur le « modèle » de Tegucigalpa, peuvent faire l’objet de tentatives de déstabilisation par les oligarchies locales. Ensuite, alors que commencent les commémorations du bicentenaire des indépendances latino-américaines contre les puissances européennes, l’impératif de la conquête d’une seconde indépendance, celle-ci à l’égard des États-Unis.

Le rétablissement du président Zelaya dans ses fonctions est donc une priorité démocratique pour Attac. Une journée internationale de solidarité avec le Honduras a déjà eu lieu le 11 août, à l’initiative de Via Campesina et, en France, de la Confédération paysanne, d’Attac, de syndicats et de partis. Attac appelle tous les mouvements sociaux et citoyens à témoigner leur solidarité envers la résistance hondurienne, en premier lieu par l’information sur les combats qu’elle mène. Elle demande aux parlementaires nationaux et européens d’être particulièrement vigilants à l’égard du comportement des gouvernements et des institutions européennes sur cette question. L’atlantisme, qui est une seconde nature pour eux, ne peut en effet que les inciter à s’aligner sur les positions de Washington.

AttacFrance, 
Montreuil, 17 août 2009.

Note

[1] L’Alba regroupe neuf Etats : trois d’Amérique du Sud (Bolivie, Equateur, Venezuela) ; deux d’Amérique centrale (Honduras et Nicaragua) ; et quatre des Caraïbes : Cuba, la Dominique, Saint-Vincent et les Grenadines, Antigua et Barbuda, ces trois derniers de langue anglaise. L’Alliance est fondée non sur le principe de concurrence, mais sur ceux de coopération et de complémentarité prenant en compte les asymétries entre pays membres. Elle est en train de se doter d’un instrument monétaire commun, le SUCRE
.
.
--------------------------
(*)  extrait d'un article de mediapart :
"Sept ans après la sortie de No Logo, c'est une enquête ambitieuse que publie aujourd'hui Naomi Klein : La Stratégie du choc (The Shock Doctrine en anglais). Nous vous proposons en avant-première les bonnes feuilles de ce livre. Décrit par son auteure comme «l'histoire secrète du marché dérégulé», l'ouvrage prend la forme d'une grande investigation internationale, couvrant plus de trente ans d'histoire, afin de décrire l'émergence de ce qu'elle qualifie de «capitalisme du désastre»."
(mediapart :
http://www.mediapart.fr/journal/international/040508/naomi-klein-la-strategie-du-choc-extraits-et-debat )
.
et aussi :
http://www.legrandsoir.info/La-Strategie-du-Choc.html
30 juin 2008 La Stratégie du Choc  Naomi KLEIN
Qu’y a-t-il de commun entre le coup d’état de Pinochet au Chili en 1973, le massacre de la place Tiananmen en 1989, l’effondrement de l’Union soviétique, le naufrage de l’épopée Solidarnösc en Pologne, les difficultés rencontrées par Mandela dans l’Afrique du Sud post-apartheid, les attentats du 11 septembre, la guerre en Irak, le tsunami qui dévasta les côtes du Sri-Lanka en 2004, le cyclone Katrina, l’année suivante, la pratique de la torture partout et en tous lieux - Abou Ghraib ou Guantanamo, aujourd’ hui ? Tous ces moments de notre histoire récente, répond Naomi Klein, ont partie liée avec l’avènement d’un ’capitalisme du désastre’. Approfondissant la réflexion entamée avec son best-seller, No logo Naomi Klein dénonce, ici, documents à l’appui, l’existence, depuis plus d’un demi-siècle, de stratégies concertées pour assurer la prise de contrôle de la planète par les multiples tenants d’un ultralibéralisme qui a systématiquement mis à contribution crises, désastres ou attentats terroristes - et qui n’a pas hésité, du Chili de Pinochet à Guantanamo - à recourir à la torture sous diverses formes pour substituer aux acquis des civilisations et aux valeurs de démocratie la seule loi du marché et la barbarie de la spéculation.
Editions Actes Sud 672 pages

18:35 Publié dans Actualités | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : démocratie

Reporters Sans Frontières et le Venezuela

lu sur :
http://www.voltairenet.org/article160852.html#nb1%23nb1


par Salim Lamrani*

Poursuivant sa campagne de falsification, Reporters sans frontières accuse le président du Venezuela de vouloir interdire une chaîne de télévision privée d’opposition. En réalité, note Salim Lamrani, le président Chavez n’a pas son mot à dire en matière de licence audio-visuelle. par contre, la Justice a des griefs précis contre une chaîne qui, après avoir participé au coup d’État manqué de 2002, diffuse des appels au meurtre et des contenus racistes. 2 JUILLET 2009




Reporters sans frontières (RSF) persiste et signe. Le 23 juin 2009, moins d’un mois après avoir rendu public son soutien à la chaîne de télévision putschisteGlobovisión en répandant de nombreuses contrevérités sur la réalité vénézuélienne, l’association française tente de nouveau de tromper l’opinion publique à ce sujet [1].

RSF « redoute à brève échéance l’annulation de la fréquence hertzienne de Globovisión », en référence à la procédure engagée contre la chaîne le 16 juin 2009 et entérinée par le Tribunal suprême de Justice le 18 juin. L’organisation affirme que « le président Hugo Chávez a récemment averti que Globovisiónquitterait les ondes faute de modifier sa ligne éditoriale […]. L’annulation de sa fréquence hertzienne marquerait le point d’orgue d’un véritable harcèlement procédurier, juridiquement contestable, contre la chaîne en raison de son contenu » [2].

Puis RSF conclut : « Que la chaîne ne soit pas exempte de reproches n’enlève rien à la gravité du procédé. Il n’est pas digne d’une démocratie comme le Venezuela que le bon plaisir du chef de l’État décide seul de l’avenir d’un média. Débarrassé de Globovisión, Hugo Chávez disposera d’un espace télévisuel hertzien qui lui sera entièrement dévoué mais se prive d’un filtre médiatique, ce qui pourrait conduire à une radicalisation de l’opposition. Cette configuration est un revers pour le pluralisme et le débat » [3].

Tout d’abord, RSF essaye de faire croire que seule la « ligne éditoriale » extrêmement critique à l’égard du gouvernement démocratique d’Hugo Chávezserait la cause « d’un véritable harcèlement procédurier, juridiquement contestable, contre la chaîne ». Ensuite, elle affirme que la procédure engagée contre la chaîne est du fait du président Chávez [4].

Le mensonge est une nouvelle fois double. En effet, au Venezuela, seules la Commission nationale des télécommunications (Conatel) et la Justice ont le pouvoir de révoquer la fréquence hertzienne de Globovisión, uniquement en cas de violation grave de la Loi organique des télécommunications de 2000. Ce n’est en aucun cas une prérogative du pouvoir exécutif, contrairement à ce qu’affirme RSF [5].

Que s’est-il passé pour que la Conatel invoque l’article 171 de la loi organique des télécommunications, qui stipule que « quiconque aura utilisé les services de télécommunications, pour lesquels il a reçu une habilitation, dans le but de commettre des délits » sera sanctionné d’une révocation de la concession hertzienne, à l’encontre de Globovisión ? S’agit-il simplement du fait de « sa ligne éditoriale » comme l’affirme RSF ? [6]

La réalité est autre. Le 13 octobre 2008, le journaliste Rafael Poleo, directeur du quotidien El Nuevo País et de la revue Zeta, a lancé un appel à l’assassinat d’Hugo Chávez en direct sur Globovisión durant l’émission « Aló Ciudadano », en affirmant que ce dernier « finira comme Mussolini ». Voici la vidéo et la transcription exacte de son intervention :

Rafael Poleo : « ... L’histoire se répète. Si l’on regarde la trajectoire de Benito Mussolini et celle de Chávez, ce sont les mêmes. C’est pour ça que je vous dis, avec inquiétude, qu’Hugo va finir comme Mussolini, pendu la tête en bas. 
Leopoldo Castillo : Vous ne pouvez pas dire cela, Poleo, ça pourrait être considéré comme une apologie du délit, ça peut être interprété, ça pourrait être une incitation. 
Rafael Poleo : …Moi, je le dis de manière préventive, fais attention Hugo, ne finis pas comme ton homologue Benito Mussolini, pendu la tête en bas, parce que toi tu ressembles à Mussolini et à Mussolini lors de l’étape initiale du fascisme. Chávez c’est ça, parce que c’est une insulte au socialisme et au communisme de dire que Chávez est socialiste ou communiste, ce qu’il y a c’est que c’est plus simple et les gens ont déjà oublié au cours de l’Histoire ce qu’est le fascisme… Mais Chávez c’est un fasciste vieillot, Chávez c’est un fasciste. » [7]

« Reporters sans frontières désapprouve sur le fond les déclarations de Rafael Poleo, mais estime qu’elles relèvent de la responsabilité de celui-ci et non de Globovisión ». L’organisation parisienne, loin de condamner de telles déclarations, se contente donc de les « désapprouver », illustrant ainsi clairement son caractère partisan en tentant de dédouaner la chaîne de sa responsabilité. Contrairement à ce qu’affirme RSF, la chaîne est responsable du contenu de ses programmes. [8]

Dans quel pays du monde une telle instigation au crime serait-elle acceptée ? Que se passerait-il en France si la chaîne TF1 diffusait un message semblable à l’encontre du président Nicolas Sarkozy ? La justice interviendrait-elle ? RSF défendrait-elle de tels agissements ?

Globovisión n’en est pas à sa première tentative de déstabilisation. Depuis 1998 et l’élection d’Hugo Chávez, elle a fait du dénigrement de la politique gouvernementale sa principale activité. Pis encore, en avril 2002, la chaîne avait activement participé au coup d’État contre Hugo Chávez en soutenant le putschiste Pedro Carmona Estanga. En décembre 2002, elle avait soutenu également le sabotage pétrolier orchestré par l’opposition qui avait coûté la bagatelle de 10 milliards de dollars à l’économie vénézuélienne. En mai 2007, Globovisión s’était déjà rendue coupable d’incitation à l’assassinat du président Chávez. En avril 2009, la chaîne a lancé un appel aux contribuables afin de ne pas s’acquitter de leurs impôts. [9]

Les exemples pourraient se multiplier. Voici quelques messages transmis par Globovisión incitant les téléspectateurs à l’insurrection : « Nous devons sortir pour défendre notre pays, notre démocratie et notre liberté. C’est seulement ainsi que nous pourrons arrêter le régime dans son désir de nous réduire en esclavage », « Je veux lancer un appel ici à la classe ouvrière : ouvrez les yeux, je sais que vous êtes en train de les ouvrir, parce qu’il y a des protestations partout, mais ouvrez les yeux pour que cette protestation soit plus forte », « Ouvrez les yeux, ce gouvernement n’est pas démocratique », « Si on nous dit que ce gouvernement est autoritaire, est dictatorial, ou qu’il nous mène à l’échec, ce que l’on suggère aux gens c’est : on va renverser ce gouvernement ». « Nous sommes les adultes et nous devons virer ce dictateur pour nous enfants et nos petits-enfants » [10].

Ensuite, Globovisión a multiplié les campagnes de dénigrement et les insultes en tout genre à l’encontre du gouvernement. Le 28 février 2004, la chaîne a diffusé une vidéo d’un discours d’Hugo Chávez mais a coupé le son pour le remplacer par des cris de singe et d’autres d’animaux sauvages, dans une claire référence raciste à la couleur de peau du président. Voici un autre florilège de déclarations typiques de la chaîne : « Les maires chavistes n’ont besoin que d’une pomme pour être des cochons », « N’importe quel âne bâté en sait plus sur le pétrole que Chávez », « Tu as ruiné le pays », « Les imbéciles ont voté pour Chávez », « Les chavistes ne pensent pas, ils braient », « PDVSA [l’entreprise pétrolière] est en faillite, les entreprises de base sont ruinées et le pays est militarisé. Que faire ? Se battre et plus encore », “Qu’attend-t-on pour agir ? Ca suffit », “La souveraineté agroalimentaire du pays est atteinte, parce que la production interne a diminué, il n’y pas de sécurité juridique ». Quel pays au monde accepterait de tels propos ? [11]

RSF a clairement fait un choix contre la démocratie vénézuélienne en prenant position en faveur d’une chaîne de télévision putschiste et en manipulant la réalité dans le but d’induire l’opinion publique en erreur. Mais cela n’est guère surprenant de la part d’une entité qui avait soutenu le coup d’État contreChávez en avril 2002 et qui est financée par le National Endowment for Democracy [12], une officine écran de la CIA. [13]

Salim Lamrani

Enseignant chargé de cours à l’Université Paris-Descartes et à l’Université Paris-Est Marne-la-Vallée et journaliste français, spécialiste des relations entre Cuba et les États-Unis. Auteur deCuba face à l’empire : Propagande, guerre économique et terrorisme d’État, dernier ouvrage publié en français : Double Morale. Cuba, l’Union européenne et les droits de l’homme.


Les articles de cet auteur
Envoyer un message




[1] « Les mensonges de Reporters sans frontières sur le Venezuela », par Salim Lamrani, Réseau Voltaire, 19 juin 2009. (site consulté le 27 juin 2009).

[2] Reporters sans frontières, « L’existence hertzienne de Globovisión est comptée : ‘Un remède pire que le mal’ », 23 juin 2009. (site consulté le 24 juin 2009).

[3Ibid.

[4Ibid.

[5Ibid.

[6Ley Orgánica de Telecomunicaciones, 4 juin 2001. (site consulté le 28 juin 2009).

[7Youtube, « Chávez y Mussolini », 13 octobre 2008. (site consulté le 28 juin 2009).

[8] Reporters sans frontières, « L’existence hertzienne de Globovisión est comptée : ‘Un remède pire que le mal’ », op. cit.

[9] Salim Lamrani, « Les mensonges de Reporters sans frontières sur le Venezuela », op. cit. ; Youtube, « Empleada de Globovisión hizo llamadosimplícitos a no pagar impuestos », 3 avril 2009. (site consulté le 27 juin 2009).

[10Agencia Bolivariana de Noticias, « Aló Ciudadano y el lenguaje xenófobointoleranteinstigador », 19 juin 2009.

[11Ibid.

[12] La NED, nébuleuse de l’ingérence « démocratique » par Thierry MeyssanRéseau Voltaire, 22 janvier 2004.

[13] Salim Lamrani, Cuba. Ce que les médias ne vous diront jamais (Paris : Editions Estrella, 2009).

13/08/2009

L'assurance-santé américaine, un système cher et inégal

lu sur :

http://www.lexpansion.com/economie/actualite-economique/pourquoi-obama-doit-faire-des-concessions-sur-sa-reforme-sante_194079.html

 

Obama est déterminé à être le président qui réussit à réformer un système de santé coûteux et inefficace. Mais les Républicains ont juré d'en faire le Waterloo du gouvernement. Des concessions importantes aux lobbies ont déjà été consenties.

 

L'assurance-santé américaine, un système cher et inégal

Le système de santé américain a deux problèmes : il est cher, le plus cher du monde, et 15% des Américains ne sont pas couverts. 46 millions de personnes vivent en effet sans  aucune assurance. Les raisons sont multiples : leur entreprise n'en propose pas, l'assurance privée coûte trop chère ou ne veut pas d'eux, ils ne sont pas éligibles aux programmes publics, ou tout simplement, ils ne pensent à prendre une assurance que le jour où il tombent malade. Au problème des non assurés s'ajoute celui des mal assurés : ceux qui cotisent tous les mois depuis dix ans mais qui, le jour où ils ont besoin d'un traitement cher, se retrouvent le bec dans l'eau parce que l'assureur trouve le moyen d'échapper au remboursement du soin, voire même d'annuler le contrat.

Deuxième problème : des dépenses de santé faramineuses qui s'élèvent à plus de 2000 milliards de dollars par an. Soit 16% du PIB du pays contre 11% en France. Au rythme actuel, ces dépenses absorberont dans dix ans un cinquième de la richesse nationale. Beaucoup d'argent pour financer un système qui ne figure qu'en  37ème  position du classement mondial de l'OMS.

 

Les pistes de réforme

Obama veut rendre l'assurance obligatoire pour tous les Américains. La majorité d'entre eux sont bien couverts par leur employeur et appréhendent "l'intrusion" du gouvernement. Mais pour Obama, il ne s'agit pas d'imposer une nationalisation totale de l'assurance mais de donner le choix entre une option privée, davantage réglementée, et une option publique.

Dans le secteur privé, d'abord, la réforme prévoit que les assureurs n'aient plus le droit de refuser un client, ou de lui faire payer plus cher pour des questions d' âge ou de santé. Ils seraient également obligés de fournir une couverture minimale. Par ailleurs, tous les employeurs (sauf les plus petites entreprises) seraient obligés de proposer une assurance, sous peine de payer une taxe supplémentaire.

Pour ce qui est de l'option publique, destinée à ceux qui ne peuvent se payer de couverture privée, Obama veut étendre le programme qui existe déjà pour les plus de 65 ans, le Medicare. Créer une assurance publique qui ferait concurrence au privé est en effet selon lui "le meilleur moyen d'obliger les compagnies privées à baisser leur prix et à être honnêtes". Le coût de l'extension de la couverture est évalué à 1 000 milliards de dollars sur dix ans.

 

Les opposants : les professionnels de santé et les assurances

Sans surprise, ceux qui s'opposent bec et ongle à la réforme sont ceux qui risquent d'y perdre gros. A commencer par les médecins, laboratoires et hôpitaux qui constituent "l'offre médicale". Toutes les dépenses de santé vont dans leur poche. Or Obama a juré qu'il maîtriserait les dépenses, notamment en renégociant à la baisse les prix de certains médicaments... L'industrie pharmaceutique américaine met en avant le fait que ce sont justement ses profits juteux qui lui permettent d'être leader en recherche clinique, une recherche dont les résultats bénéficient ensuite au reste du monde. Toutefois, le milieu médical n'est pas foncièrement opposé à la réforme dans son ensemble : si tous les Américains sont assurés, cela signifie des millions de clients gagnés.

Ceux qui craignent vraiment la mise en place de la réforme, ce sont les assurances privées. Si le gouvernement impose aux services médicaux et laboratoires pharmaceutiques des prix bas, et se présente ainsi sur le marché avec une assurance moins chère, les Américains pourraient déserter les compagnies privées. Les assureurs crient au risque de faillite. Selon une étude du groupe de consultants Lewin, mandaté par une compagnie d'assurance, 88 millions d'Américains quitteraient ainsi leur assurance pour prendre l'option publique.

Enfin, les Républicains et les quelques Démocrates conservateurs de la "Blue Dog Coalition", s'opposent à la réforme pour des raisons budgétaires. Les 1000 milliards de dollars que coûte la réforme risquent indéniablement d'accroître le déficit qui a atteint les 1300 milliards de dollars en juillet. Le Sénateur Républicain Jim DeMint a pour sa part juré de faire de la réforme le Waterloo d'Obama.

 

Les concessions d'Obama

Le texte final de la réforme ne sera voté qu'à la rentrée parlementaire. C'est pourquoi les lobbies n'ont pas chômé cet été pour limiter la portée de la loi. 1,4 million de dollars par jour sont dépensés pour préserver le statu quo. 350 anciens membres du Congrès ont été embauchés pour faire du lobbying auprès de leurs anciens collègues.

 

lire aussi :

Etats-Unis: un système de santé qui n'assure pas

http://www.lexpansion.com/economie/actualite-economique/etats-unis-un-systeme-de-sante-qui-n-assure-pas_193584.html

05/08/2009

L'Indemnité Représentative de Frais de Mandats (IRFM)

lu sur :

http://www.liberation.fr/politiques/0101583504-deputes-a-vos-factures

 

Politiques 04/08/2009 à 06h51

Députés, à vos factures !

ENQUÊTE

 

En pleine récession et sur fond de scandale en Grande-Bretagne, les citoyens supportent de plus en plus mal la légèreté des élus dans l'utilisation de leurs indemnités.

 

Par MATTHIEU ECOIFFIER, FRÉDÉRIC LE LAY, FRANÇOIS PRADAYROL

 

Depuis que trois députés PS ont publié, mi-juillet, sur leurs blogs respectifs, le détail de leurs dépenses de frais de mandat (lire ici), leurs petit(e)s camarades ne se bousculent pas au portillon pour leur emboîter le pas. L’ambiance générale est plutôt à faire l’autruche, à invoquer une transparence à outrance et le risque «d’antiparlementarisme primaire» pour préserver le statu quo. «Les mecs nous prennent pour des têtes brûlées. Pour que surtout rien ne change» regrette Jean-Jacques Urvoas, l’un des trois mousquetaires de la transparence, avec René Dosière et Arnaud Montebourg. «Lors du débat sur la réglementation de l’Assemblée, on a demandé avec René que les députés présents en séance soit pointés. "Et l’étape d’après, c’est le bracelet électronique?" s’est énervé un collègue socialiste», relate le député du Finistère.

 

Une attente des citoyens

Pas question, donc, de rendre des comptes sur leur façon de disposer des 6 329 euros bruts d’IRFM (indemnité représentative de frais de mandats) qu’ils perçoivent en sus de leur indemnité de parlementaire stricto sensu (de l’ordre de 5 200 euros). C’est avec cette enveloppe qu’ ils sont censés faire face aux dépenses exclusivement liées à leur fonction : louer ou acheter un local de permanence, financer un petit journal ou un site Internet, payer frais de déplacements, de bouche, voire frais vestimentaires et coiffeur.

Dans le sillage du scandale britannique (lire page 4), l’initiative répond pourtant à une attente croissante des citoyens. Ainsi, les posts de Jean-Jacques Urvoas ont reçu près de 18 000 visiteurs. Et «je me suis fait engueuler parce que certains ont cru que je payais la CSG sur l’enveloppe IRFM et pas sur l’indemnité correspondant à mon salaire», raconte Urvoas. Mais quid des autres députés ? Sont-ils prêts à jouer la transparence ? Libération a réussi à en joindre quelques-uns sur leur lieu de villégiature. Portables payés par l’Assemblée vissés à l’oreille, le clapotis de l’eau en bruit de fond, passage en revue de leurs réponses.

A droite, c’est niet. «C’est un coup de pub pour se faire mousser et se montrer plus blanc que blanc», dénonce François Grosdidier (UMP). «ça me fatigue mais ça m’étonne pas d’eux», poursuit l’élu mosellan. Qui se rebiffe : «On a parfaitement le droit d’aller bouffer au resto dans le cadre de notre fonction sans que cela regarde forcément le concitoyen ! La transparence a ses limites.» Pas question non plus pour Arlette Grosskost (Haut-Rhin) de «détailler ligne par ligne ses dépenses. On tombe dans les extrêmes, c’est ridicule». Et l’élue UMP, fumasse, de renvoyer la balle : «Et vous, les journalistes, vous rendez des comptes ?»

 

«On ne gagne déjà pas assez…»

Pour revenir au sujet, il se trouve aussi à droite, ou plutôt au centre, un député très concerné, voire consterné. «Si on ne fait rien, je nous donne un an avant un scandale à l’anglaise. Des lords, il y en a plein à l’Assemblée», balance Charles-Amédée de Courson (Nouveau centre). En connaisseur, puisqu’il siège à la Commission des comptes de l’Assemblée. Le député de la Marne se dit même favorable «à un contrôle approfondi de l’IRFM par la Cour des comptes, autorité indépendante». Le hic, c’est que le centriste serait, selon lui, «le seul à la commission» à prôner des contrôles pour mettre un terme à ce «système malsain».«Depuis des années que je défends cela, c’est des tirs de barrages à répétition.»

Au sein de la majorité, le chemin vers la transparence sera long. A preuve, cette saillie d’un député : «On ne gagne déjà pas assez, vous allez pas venir nous emmerder avec ça !» Rappelons quand même que l’enveloppe IRFM vient doubler un salaire mensuel de plus de 5 200 euros…

A gauche, on est bien obligé de se rallier à la transparence. «ça me gêne pas du tout de rendre publiques mes dépenses, vu que je suis toujours à découvert !» note la jeune royaliste Delphine Batho (Deux-Sèvres). «Je suis prête à publier le détail de l’IRFM, mais c’est très années 90 ce type de préoccupation», constate la strausskahnienne Sandrine Mazetier (Paris). «Je ne sens pas de suspicion de nos concitoyens», assure-t-elle. Le Vert François de Rugy (Loire-Atlantique) «envisage de publier [ses] comptes à la rentrée : un état des lieux précis des dotations et de la façon dont on les dépense. Mais dans les grandes masses. Les frais de coiffure, ça devient tiré par les cheveux». Coté frais de représentation, l’écologiste ne pioche que rarement dans l’enveloppe IRFM. «Et en termes de fringues, on peut pas toujours avoir le même costume. Ou se balader avec un pantalon troué.» Pour Sandrine Mazetier, députée à Paris, il y a bien un «surcoût vêtement» lié à la fonction : «Je suis obligée de trouver des vêtements d’été, assez classiques, pas trop mémère et pas trop chers. Si je n’étais pas députée, je ne vivrai pas en tailleur toute la journée.» Des achats qu’elle effectue pourtant «parfois avec [ses] sous, parfois avec l’enveloppe IRFM».

Beaucoup s’emmêlent les pinceaux dans un domaine où la frontière entre dépenses privées et frais de représentation est bien mince. Faut-il faire comme Arnaud Montebourg, dont la secrétaire trie les notes de restaurants de la semaine, du week-end et des périodes de vacances ? Et accepter, au nom de la rigueur budgétaire, que tous les députés arborent la même tonsure que Frédéric Lefebvre ? Le plus gros «problème» ne serait-ce pas l’enveloppe IRFM elle-même ? Et le fait que les députés en disposent à leur guise, libres de la dépenser ou non ? «En étant identique pour tout le monde, le système est inégalitaire. Car beaucoup de dépenses varient selon le profil de la circonscription, explique François De Rugy. Par exemple, ceux qui ont une grande circonscription font exploser le compteur kilométrique et les frais de déplacement. La mienne fait 15 kilomètre du nord au sud, celle de Benoist Apparu une centaine de kilomètres.»

 

Les «cumulards» montrés du doigt

Mais l’ensemble des élus de gauche dénonce «les cumulards» comme principale source d’inégalité. «Ceux qui sont député-maire ont une couverture presse gratuite avec le journal municipal et des bureaux gratuits à la mairie. Pas besoin de permanence ! C’est pour ça qu’ils sont tellement attachés au cumul !» explique un socialiste. Fort pointilleux, Noël Mamère rembourse le loyer de sa permanence parlementaire à la ville de Bègles, dont il est l’édile. Mais quid des députés qui ne dépensent pas la totalité de leur IRFM ? S’apercevant qu’elle n’en consommait que la moitié, une jeune élue PS des Côtes-d’Armor est allée se renseigner au groupe et à la questure. «Qu’est-ce que je fais du pognon ?» a-t-elle demandé. Réponse : «Dans ta poche.»

Le plus gros scandale ? «Ce sont les députés qui ne foutent jamais les pieds à l’assemblée. Après le clash Hadopi, Maryse Joissain [UMP, réélue maire d’Aix en Provence] s’est vantée de n’y venir qu’un fois par mois», raconte un élu. Des solutions existent pour mettre fin aux abus. Delphine Batho estime que l’IRFM devrait être transformée en crédit géré par l’Assemblée, comme c’est le cas pour le matériel informatique : chaque député y piocherait en fournissant des justificatifs, et le surplus resterait au pot commun. Jean-Jacques Urvoas plaide pour que l’Assemblée achète en son nom propre des permanences dans les circonscriptions. En cas de turn over, les députés s’y succéderaient comme les ministres dans les ministères.

En attendant, c’est bien pire ailleurs, martèlent les députés. «Au Sénat, l’IRFM est mieux dotée, et le contrôle inexistant. Et le lien avec les électeurs très lointain», rappelle un député de droite. «A Strasbourg, l’indemnité de déplacement est forfaitaire et calculée à partir du domicile. Un eurodéputé s’était fait domicilié en Corse», balance un camarade socialiste. Où l’eau, elle, est transparente…

04/08/2009

Référendum postal le 3 octobre 2009

lu sur : http://www.appelpourlaposte.fr/

 

Référendum postal le 3 octobre 2009

 

A LA UNE : Revue de presse suite à la conférence de presse du Comité national et du passage de la loi en conseil des ministres le mercredi 29 juillet 2009.

La profession de foi, l’affiche et le bulletin de vote pour le 3 octobre sont disponibles dans la rubrique matériel de campagne.

LA POPULATION DOIT SE PRONONCER sur la privatisation de la Poste par une consultation populaire

Le Président de la République n’a pas répondu aux interpellations du Comité National qui l’appelle à organiser un référendum sur le service public postal.

Réuni en assemblée plénière le 6 juillet 2009, le comité national contre la privatisation de La Poste, pour un débat public et un référendum sur le service public postal a choisi la date de la consultation nationale sur l’avenir de La Poste :

Elle se tiendra le samedi 3 octobre 2009.

Les organisations signataires de l’appel pour La Poste s’engagent à tout mettre en œuvre pour la réussite de cette consultation.

Organisée localement partout en France par les comités locaux et collectivités partenaires de l’action du comité national, cette consultation pourra se tenir dans les mairies comme devant les bureaux de poste, dans la transparence et la démocratie pour que chacun ait une chance de se prononcer sur le projet de privatisation de La Poste.

Le décret du 4 août 1789 : fin du régime féodal

lu sur : http://www.m-pep.org/spip.php?article1462

 

Le décret du 4 août 1789

 

Article Premier. - L’Assemblée nationale détruit entièrement le régime féodal, et décrète que, dans les droits et devoirs tant féodaux que censuels, ceux qui tiennent à la mainmorte réelle ou personnelle, et à la servitude personnelle et ceux qui les représentent, sont abolis sans indemnité, et tous les autres déclarés rachetables, et que le prix et le mode du rachat seront fixés par l’Assemblée nationale. Ceux desdits droits qui ne sont point supprimés par ce décret, continueront néanmoins à être perçus jusqu’au remboursement.

 

2. - Le droit exclusif des fuies et colombiers est aboli ; les pigeons seront enfermés aux époques fixées par les communautés ; et durant ce temps, ils seront regardés comme gibier, et chacun aura le droit de les tuer sur son terrain.

 

3. - Le droit exclusif de la chasse et des garennes ouvertes est pareillement aboli ; et tout propriétaire a le droit de détruire et faire détruire, seulement sur ses possessions, toute espèce de gibier, sauf à se conformer aux lois de police qui pourront être faites relativement à la sûreté publique.

 

Toutes capitaineries, même royales, et toutes réserves de chasse, sous quelque dénomination que ce soit, sont pareillement abolies, et il sera pourvu, par des moyens compatibles avec le respect dû aux propriétés et à la liberté, à la conservation des plaisirs personnels du Roi.

 

M. le Président sera chargé de demander au Roi le rappel des galériens et des bannis pour simple fait de chasse, l’élargissement des prisonniers actuellement détenus, et l’abolition des procédures existant à cet égard.

 

4. - Toutes les justices seigneuriales sont supprimées sans aucune indemnité ; et néanmoins, les officiers de ces justices continueront leurs fonctions jusqu’à ce qu’il ait été pourvu par l’Assemblée nationale à l’établissement d’un nouvel ordre judiciaire.

 

5. - Les dîmes de toute nature, et les redevances qui en tiennent lieu, sous quelque dénomination qu’elles soient connues et perçues, même par abonnement, possédées par les corps séculiers et réguliers, par les bénéficiers, les fabriques et tous gens de mainmorte, même par l’ordre de Malte et autres ordres religieux et militaires, même celles qui auraient été abandonnées à des laïques en remplacement et pour option de portion congrue, sont abolies, sauf à aviser au moyen de subvenir d’une autre manière à la dépense du culte divin, à l’entretien des ministres des autels, au soulagement des pauvres, aux réparations et reconstructions des églises et presbytères, et à tous les établissements, séminaires, écoles, collèges, hôpitaux, communautés et autres, à l’entretien desquels elles sot actuellement affectées [...]

 

6. - Toutes les rentes foncières perpétuelles, soit en nature, soit en argent, de quelque espèce qu’elles soient, quelle que soit leur origine, à quelques personnes qu’elles soient ducs, gens de mainmorte, domaines apanagistes, ordre de Malte, seront rachetables ; les champarts de toute espèce, et sous toute dénomination, le seront pareillement au taux qui sera fixé par l’Assemblée. Défenses sont faites de plus à l’avenir de créer aucune redevance non remboursable.

 

7.- La vénalité des offices de judicature et de municipalité est supprimée dès cet instant. La justice sera rendue gratuitement ; et néanmoins, les officiers pourvus de ces offices continueront d’exercer leur fonction et d’en percevoir les émoluments, jusqu’à ce qu’il ait été pourvu par l’Assemblée aux moyens de leur procurer leur remboursement.

 

8. - Les droits casuels des curés de campagne sont supprimés, et cesseront d’être payés aussitôt qu’il aura été pourvu à l’augmentation des portions congrues et à la pension des vicaires ; et il sera fait un règlement pour fixer le sort des curés des villes.

 

9. - Les privilèges pécuniaires personnels ou réels, en matières de subsides, sont abolis à jamais. La perception se fera sur tous les citoyens et sur tous les biens, de la même manière et dans la même forme […]

 

11. - Tous les citoyens, sans distinction de naissance, pourront être admis à tous les emplois et dignités ecclésiastiques, civils et militaires, et nulle profession utile n’emportera dérogeance.

 

12. - A l’avenir, il ne sera envoyé en cour de Rome, en la vice-légation d’Avignon, en la nonciature de Lucerne, aucuns deniers pour annates ou pour quelque autre cause que ce soit ; mais les diocésains s’adresseront à leurs évêques pour toutes les provisions de bénéfices et dispenses, lesquelles seront accordées gratuitement, nonobstant toutes réserves, expectatives et partages de mois, toutes les églises de France devant jouir de la même liberté.

 

13. - Les déports, droits de côte-morte, dépouilles, vacat, droits censaux, deniers de Saint-Pierre et autres du même genre établis en faveur des évêques, archidiacres, archiprêtres, chapitres, curés primitifs et tous autres, sous quelque nom que ce soit, sont abolis, sauf à pourvoir, ainsi qu’il appartiendra, à la dotation des archidiaconés et des archiprêtrés qui ne seraient pas suffisamment dotés.

 

14.- La pluralité des bénéfices n’aura plus lieu à l’avenir, lorsque les revenus du bénéfice ou des bénéfices dont on sera titulaire excéderont la somme de trois mille livres. Il ne sera pas permis non plus de posséder plusieurs pensions sur bénéfice, on une pension et un bénéfice, si le produit des objets de ce genre que l’on possède déjà excède la même somme de trois mille livres […]

 

17. - L’Assemblée nationale proclame solennellement le Roi Louis XVI "Restaurateur de la Liberté française".

 

18. - L’Assemblée nationale se rendra en corps auprès du Roi, pour présenter à Sa Majesté l’arrêté qu’elle vient de prendre, lui porter l’hommage de sa plus respectueuse reconnaissance, et la supplier de permettre que le Te Deum soit chanté dans sa chapelle, et d’y assister elle-même […] ».

 

Décret général concernant les droits féodaux supprimés sans indemnité, et ceux déclarés rachetables (15 mars 1790), extraits.

 

L’Assemblée nationale, considérant qu’aux termes de l’article premier de ses décrets des 4, 6, 7, 8 et 11 août 1789, le régime féodal est entièrement détruit ; qu’à l’égard des droits et des devoirs féodaux ou censuels, ceux qui dépendaient ou étaient représentatifs, soit de la mainmorte personnelle ou réelle, soit de la servitude personnelle, sont abolis sans indemnités ; qu’en même temps tous les autres droits sont maintenus jusqu’au rachat, par lequel il a été permis aux personnes qui en sont grevées de s’en affranchir, et qu’il a été réservé de développer par une loi particulière les effets de la destruction du régime féodal, ainsi que la distinction des droits abolis d’avec les droits rachetables, a décrété et décrète :

 

Titre Premier

Des effets généraux de la destruction du régime féodal

 

Article Premier. - Toutes distinctions honorifiques, supériorité et puissance résultant du régime féodal, sont abolies. Quant à ceux des droits utiles qui subsisteront jusqu’au rachat, ils sont entièrement assimilés aux simples rentes et charges foncières [24 février] […].

12:27 Publié dans Actualités | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : démocratie

03/08/2009

Aux USA : Un impôt pour lutter contre l'obésité ?

lu sur :

http://www.lesechos.fr/info/france/02087114279-un-impot-pour-lutter-contre-l-obesite.htm

 

Un impôt pour lutter contre l'obésité

[ The Economist 03/08/09  ]

Les Etats-Unis veulent serrer la ceinture des obèses. « The Economist » revient cette semaine sur l'impôt sur la consommation des boissons sucrées à l'étude au Congrès américain. La taxe sur les cigarettes permet déjà à l'Etat de supporter le coût des soins médicaux liés au tabagisme, et ­d'inciter les fumeurs à arrêter. Pourquoi ne pas appliquer un tel raisonnement à la « junk food » ? L'argent ainsi récolté permettrait de couvrir les dépenses de santé entraînées par l'obésité et la population serait incitée à vivre plus sainement. C'est sur ce principe que s'appuie la proposition de l'Urban Institute, un « think tank » de Washington, qui veut créer un impôt de 10 % sur les barres chocolatées, sodas et autres chips. L'obésité touche un adulte sur trois aux Etats-Unis, 15 % de plus qu'en 1980.

Le nouvel impôt permettrait de combattre ce problème de santé publique, mais pas seulement. Il pourrait rapporter jusqu'à 50 milliards de dollars par an, de quoi par exemple financer le projet d'extension de la couverture maladie. En théorie, le projet est en tout point désirable pour Washington : réduction des coûts de prise en charge des obèses, augmentation des recettes fiscales et diminution de l'obésité. Mais l'effet de ces taxes sur les ­habitudes alimentaires reste encore à prouver, estime l'hebdomadaire. Le lien entre malbouffe et surpoids n'est pas aussi direct que celui entre cigarette et maladies pulmonaires. L'obésité résulte aussi de la sédentarité ou du patrimoine génétique. En outre, il est prouvé que seuls les petits consommateurs de fast-food réduiraient leur consommation en cas de hausse des prix. « The Economist » semble croire qu'une taxe sur la « junk food » remplirait les caisses de l'Etat plus sûrement qu'elle ne viderait les fast-foods.

------------------

Commentaire :

Manifestement "Les Échos" sont contre ce genre de taxe. Le lien entre malbouffe et obésité est avéré, contrairement au commentaire de l'article. Ainsi l'obésité atteint même des pays du tiers-monde, où il revient moins cher d'acheter des sucreries pour calmer sa faim que de se nourrir normalement.