Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

27/06/2009

Indemnisation des victimes d'essais nucléaires français

lu sur :

http://www.lemonde.fr/societe/article/2009/06/26/indemnisation-des-victimes-d-essais-nucleaires-la-fin-d-un-long-silence_1211851_3224.html#ens_id=1209127

 

Compte rendu

Indemnisation des victimes d'essais nucléaires : la fin d'un long silence

LE MONDE | 26.06.09 | 15h37  •  Mis à jour le 26.06.09 | 15h37

 

L'Assemblée nationale a débattu, jeudi 25 juin, d'un projet de loi d'indemnisation des victimes des essais nucléaires français. Le texte était attendu depuis longtemps : l'ensemble des orateurs ont tenu à souligner le travail mené sur ce dossier par les associations de victimes, des parlementaires de tous bords, ainsi que le médiateur de la République. Depuis 2002, pas moins de 18 propositions de loi émanant de la majorité comme de l'opposition ont été déposées, sans qu'aucune ne parvienne à franchir le stade de l'examen. Le projet de loi, qui doit être voté en première lecture mardi 30 juin, met fin à ce long silence législatif sur la responsabilité de l'Etat français.

Le texte présenté jeudi par le ministre de la défense, Hervé Morin, vise à reconnaître les conséquences sanitaires des essais nucléaires français et à indemniser les victimes ou leurs ayants droit. Le 13 février 1960 avait lieu, dans le désert algérien, sur une zone classée terrain militaire située à 50 kilomètres de Reggane, l'opération "Gerboise bleue". Avec cette première explosion atmosphérique d'une bombe atomique d'une puissance de 60 à 70 kilotonnes, la France intégrait le club des puissances nucléaires. Les vents ont porté les retombées radioactives sur un rayon de plusieurs centaines de kilomètres.

 

210 ESSAIS ENTRE 1960 ET 1996

Entre 1960 et 1996, date de la fin des essais nucléaires dans le Pacifique, la France en a mené 210. Jusqu'en 1966, 17 essais ont été réalisés au Sahara. Les 13 derniers tirs étaient souterrains. Cependant, 4 essais n'ont pas été totalement confinés. Lors de l'essai Béryl, le 1er mai 1962, entre 5 % et 10 % de la radioactivité s'échappe, provoquant une retombée radioactive sur une bande de 150 kilomètres. Le démantèlement des sites d'expérimentation au Sahara a pris fin le 31 décembre 1967.

Les expérimentations se sont poursuivies, à partir de 1966, en Polynésie, sur les atolls de Mururoa et Fangataufa : 193 essais (46 essais atmosphériques et 147 souterrains) y ont été effectués ; 10 d'entre eux ont donné lieu à des retombées radioactives "significatives".

Selon l'étude d'impact jointe au projet, 150 000 travailleurs (civils et militaires) ont été présents sur les sites d'expérimentation : 70 000 d'entre eux sont susceptibles d'avoir été exposés à des rayonnements. En outre, environ 2 000 personnes, dont 600 enfants de moins de 15 ans, résidaient pendant les essais aériens en Polynésie dans le secteur ayant subi des retombées radioactives.

Le projet de loi d'indemnisation prend en compte toutes les victimes, militaires et civiles. Le comité d'indemnisation, présidé par un magistrat et composé d'experts, aura accès aux documents classifiés. Le ministre s'est engagé à "ouvrir tous les placards, tous les tiroirs, tous les coffres". Le demandeur devra justifier qu'il est atteint d'une des maladies radio-induites figurant sur une liste fixée par décret et qu'il a séjourné dans les zones concernées pendant la période des essais.

Les associations de victimes, relayées par plusieurs députés, auraient souhaité que soit inscrit dans la loi le principe de "présomption du lien de causalité". Elles saluent néanmoins le "pas en avant" que constitue ce texte.

 

Patrick Roger

Article paru dans l'édition du 27.06.09

14:20 Publié dans Actualités | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : justice, société

Commentaires

Qn pense aux victimes d'essais nucleaires?

Écrit par : Belgian @ prepaid phone cards | 30/10/2009

Les commentaires sont fermés.