Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

25/11/2006

naissance de l'asso "Une place pour tous ! "

Statuts de l’association
Une place pour tous !

Article 1. Forme

Il est formé, entre les signataires du présent acte constitutif, ainsi que les personnes physiques ou morales qui adhèreront par la suite aux présent statuts, une Association déclarée, régie par la loi du 1er juillet 1901.

Article 2. Objet

L’association “ Une place pour tous ! ” a pour objet de promouvoir la démocratie participative. Elle vise à permettre aux citoyens électeurs de connaître et contrôler les actions des citoyens élus, afin d’éviter que le pouvoir de ces derniers ne soit utilisé au profit de minorités défendant des intérêts particuliers au détriment de l’intérêt général.
Pour ce faire, l’association “ Une place pour tous ! ” s’efforcera de susciter le dialogue entre les habitants et les élus en informant, en proposant et organisant toute réunion et manifestation permettant aux citoyens de participer activement à la démocratie locale. Elle agira, entre autres, dans les domaines concernant la vie quotidienne de tous les citoyens, tels que :
- urbanisme,
- environnement,
- gestion des déchets,
- déplacements urbains et interurbains,
- fiscalité locale,
- entr’aide citoyenne,
- scolarité, alphabétisation,
- arts et culture,
cette liste n’étant pas limitative.

Article 3. Dénomination et délimitation géographique de son activité

Par référence au droit de tous les citoyens de participer aux décisions qui les concernent, l’association prend la dénomination suivante :

“ Une place pour tous ! ”.

La localisation géographique de l’action de l’association sera le quartier de Montpellier entourant la place François Jaumes.
Cette zone géographique pourra être étendue par décision du conseil d’administration, en fonction des propositions faites par les adhérents de l’association.
Des sections pourront être créées en fonction de la zone géographique.

19/11/2006

lettre du 13 novembre 2006

Montpellier, le 13 novembre 2006
Paul Tchen
34070 Montpellier
à
Madame Hélène MANDROUX
Maire de Montpellier
Hôtel de Ville
Madame,

Le collectif “Une place pour tous” vous a écrit les 26 avril, 1er juin et 7 juillet derniers, demandant à vous rencontrer pour discuter avec vous du projet de modification de la place François Jaumes. En effet ce projet, auquel la majorité des riverains est opposée, change la nature conviviale de la place pour la transformer en espace consacré à des terrasses de cafés.

À ce jour, aucune réponse ne nous est parvenue, aucune entrevue ne nous a été accordée.

Je suis surpris par cette absence de réaction de votre part, ceci d’autant plus que vous avez manifesté votre soutien à notre camarade Ségolène Royal, comme j’ai pu le constater à la mairie mercredi dernier. Vous n’ignorez pas que Ségolène attache de l’importance à la démocratie participative. Son analyse, qui est celle de beaucoup de français, est que les élus se sont coupés des électeurs. Lors de son passage, mercredi, elle nous a rappelé que “les élus devaient être à l’écoute des citoyens puisque collectivement nous sommes plus intelligents” et que les citoyens devaient pouvoir “demander des preuves de la légitimité de cette confiance” qui leur est accordée par leur mandat électif.

Votre silence est-il dû à un manque de temps et de moyens ou au mépris des électeurs ?

Je veux croire que la première explication est celle qu’il faut retenir. La seconde explication serait préoccupante pour les Montpelliérains. Sans vouloir vous donner de leçon car, étant de la même génération que vous je pense que nous avons des expériences similaires, j’aimerais vous rappeler que, dans la vie, rien n’est immuable. Le fait que la ville soit gouvernée depuis des décennies par des élus du Parti Socialiste ne signifie nullement qu’il en sera ainsi jusqu’à la fin des temps. Aujourd’hui, en raison de la désaffection des citoyens pour les politiciens professionnels et le développement de méthodes de communication et d’information qui s’affranchissent des circuits traditionnels, suivre des mots d’ordre venant de structures établies est de moins en moins accepté sans justification.

J’espère donc que vous finirez par trouver le temps de recevoir une délégation des habitants de mon quartier avant le début des travaux de modification de la place François Jaumes, si de tels travaux sont encore à l’ordre du jour.

Votre prédécesseur à la mairie, Georges Frêche, avait trouvé le temps de répondre à quelques courriers que je lui avais envoyés concernant la modernisation des lignes EDF, qui sont toujours aériennes (donc disgracieuses) dans mon quartier, ce qui est de plus en plus rare dans les grandes (et moins grandes) villes de France, car la plupart des municipalités ont compris que pour une ville souhaitant favoriser le tourisme local, l’environnement visuel a son importance.

Je pense donc que répondre aux courriers qui vous sont envoyés est dans la mesure de vos possibilités, sauf volonté délibérée.

Dans l’attente de votre réponse, je vous prie d’agréer, Madame, mes salutations distinguées.

Paul Tchen

lettre du 7 juillet 2006

Montpellier, le 7 juillet 2006
Collectif “Une place pour tous”
34070 MONTPELLIER
e-mail: collectif.uneplacepourtous@laposte.net
à
Madame Hélène MANDROUX
Maire de Montpellier
Hôtel de Ville
1, place François Ponge
34064 MONTPELLIER cedex 2

lettre recommandée avec A.R.
objet: demande de rendez-vous

Madame,
Veuillez trouver ci-joint les copies des courriers que nous vous avons envoyés les 26 avril et 1er juin 2006, sollicitant une entrevue avec vous.
Nous souhaiterions vivement pouvoir vous rencontrer pour discuter avec vous d’une amélioration du projet de réhabilitation de la place François Jaumes.
En espérant que vous considérerez favorablement notre demande, nous vous prions d’agréer, Madame le Maire, l’expression de notre considération distinguée.

information juin 2006

POUR INFORMATION
---------------------------------
Nous avons reçu lundi 19 juin un coup de fil de la secrétaire de Régine Souche.
Le rendez-vous du mercredi 21 juin à 11h a été annulé.
Régine Souche a un emploi du temps trop chargé.
Elle ne pourra pas nous recevoir avant le mois de septembre.

Il semble que nous fassions l’objet d’un véritable ostracisme de la part des élus du Parti Socialiste.
Nous avons rencontré des élus des Verts et du P.C., mais aucun du P.S. depuis la réunion publique du 3 mai.
Pas de réponse d’Hélène Mandroux, pour l’instant.

Peut-être y a t’il là un espoir de voir le débat enterré par lassitude des acteurs?
Dans cette hypothèse, nous vous invitons à essayer d’avoir des rendez-vous personnellement, et de tenir le collectif au courant.

Pour un rendez-vous avec Hélène Mandroux, il faut écrire à Madame le Maire de Montpellier et déposer la lettre à l’accueil de l’Hôtel de ville.
Peut-être essayer aussi l’e-mail “helene.mandroux@ville-montpellier.fr”

Pour un rendez-vous avec Régine Souche :
Maison de la Démocratie
16, rue de la République
tél: 04 67 34 88 09
e-mail: regine.souche@ville-montpellier.fr

En attendant, nous vous invitons à aller à la fête prévue pour les 100 ans de l’école Jules Simon, rue de la Méditerranée, le vendredi 23 juin à partir de 18h et à interpeller les élus qui viendront pour leur demander une entrevue.

Nous irons aussi au prochain conseil municipal, le mardi 27 juin, à 18h à la Mairie. Nous vous invitons à y assister avec nous. Si vous avez un camescope, prenez-le et filmez la session. Nous la mettrons sur le blog.
Ce sera faire œuvre utile pour la démocratie locale.
(cette idée nous est venue en consultant le blog de “monputeaux”, voir le lien sur notre blog:
http://collectifuneplacepourtous.midiblogs.com )

lettre du 1er juin 2006

Montpellier, le 1er juin 2006
Collectif “Une place pour tous”
www.collectif.uneplacepourtous.laposte.net
objet: le projet de Grand Cœur pour la place François Jaumes
à
Madame Hélène MANDROUX
Maire de Montpellier
Hôtel de Ville
MONTPELLIER

Madame,

Habitant le quartier de la Méditerranée, nous avons assisté à la réunion publique du 3 mai dernier.
Cette réunion s’est déroulée de façon très directive, dans le but manifeste de faire adopter l’unique projet présenté par Grand Cœur.
Ceci nous contraint, à réitérer la demande de rendez-vous que nous avions déposée à votre secrétariat dès le 26 avril dernier (voir la lettre ci-jointe, restée sans réponse à ce jour).
Lors d’un sondage effectué au cours des trois derniers mois, un habitant du quartier sur dix a pu donner son avis sur la projet de modification de la place François Jaumes, tel que présenté dans le numéro de mars 2006 de “Montpellier notre ville”.
La quasi totalité des habitants qui se sont exprimés (170 sur 175) était contre le projet de Grand Cœur, préférant une solution évitant la fermeture de la rue Lamartine. En effet, cette fermeture change la nature conviviale de la place en attribuant aux voitures l’espace situé à l’ombre des arbres. Elle change aussi le flux des voitures en le déviant vers des rues où se trouvent des écoles.
Il n’a été tenu aucun compte de ces faits.
Nous ignorons si vous avez eu un compte rendu fidèle et impartial de cette réunion, votre adjoint à la démocratie de proximité, dirigeant les débats, ayant œuvré pour qu’il n’y ait aucune discussion de fond sur la nécessité de fermer la rue Lamartine, source du désaccord, et ayant décidé de se satisfaire d’un vote à mains levées sans décompte des voix et sans prise en considération du sondage réalisé et des procurations données.
C’est la raison pour laquelle nous insistons pour vous rencontrer personnellement.
Dans l’attente de votre réponse, nous vous prions d’agréer, Madame le Maire, l’expression de notre considération distinguée.

lettre du 26 avril 2006

Montpellier, le 26 avril 2006

les habitants du quartier de la Méditerranée
soussignés
à
Madame Hélène MANDROUX
Maire de Montpellier
Hôtel de Ville

Madame,

Nous habitons le quartier de la Méditerranée et nous sommes concernés par le projet de modification de la place François Jaumes présenté par Grand Cœur.

Nous souhaiterions pouvoir vous rencontrer, en délégation d’habitant du quartier, pour discuter avec vous de ce projet qui suscite des réticences chez beaucoup de riverains.

En effet, il nous semble que ces réticences ne sont pas prises en compte par Grand Cœur, qui ne présentera à la réunion publique prévue le 3 mai prochain qu’un seul projet, le même que celui déjà présenté en janvier.

Pourriez-vous nous accorder une entrevue après le 20 mai prochain ?

En espérant que vous considérez favorablement cette demande, nous vous prions d’agréer, Madame, nos respectueuses salutations.

lettre du 28 mars 2006

Montpellier, le 28 mars 2006

Paul TCHEN
34070 MONTPELLIER
à
Monsieur Serge FLEURENCE
Adjoint au Maire délégué à la
Démocratie de proximité
MONTPELLIER

Monsieur,

A la suite de notre rencontre de ce jour à la Maison de la Démocratie, je tiens à vous remercier d’avoir bien voulu m’expliquer les raisons du choix de la ville de créer une nouvelle voie de circulation sur la place François Jaumes et d’avoir écouté mes remarques.

J’ai bien compris que la motivation essentielle du choix de la ville sur l’aménagement de la place était de modifier en profondeur le comportement des automobilistes circulant dans le quartier de la Méditerranée.

Pour ce faire, la ville estime que la seule solution est de barrer les rues Isidore Girard et Lamartine au niveau de la place. Ceci empêchera le passage rue Lamartine des voitures venant de la rue de la Méditerranée et limitera fortement la circulation des voitures dans cette rue. Vous m’avez fait remarquer que mon analyse sur ce point, dans ma lettre du 14 mars dernier à la secrétaire de Mare Nostrum, était tout à fait juste.

Je vous ai fait remarquer que cet espoir de diminuer le trafic automobile autour de la place François Jaumes n’était peut-être pas fondé. En effet, vous avez vous même souligné que l’aptitude des automobilistes Montpelliérains à trouver des solutions aux problèmes de circulation vous étonnait parfois.

Si la solution présentée par la ville est adoptée, les automobilistes venant de la rue de la Méditerranée pourront toujours prendre les rues d’Alsace et Pralon, Il ne fait pas de doute que c’est ce qui arrivera lorsque la rue de la Méditérranée sera de nouveau accessible pour les personnes venant de la rue de Verdun. Ils passeront donc sur la place François Jaumes.
Pour les personnes venant de la rue du pont de Lattes ou de la rue de Barcelone, le trafic sera dévié vers la rue de Tarragone et passera de toute façon rue de la Méditerranée, le long de la place.
Je vous ai rappelé qu’il y avait une école maternelle rue de Tarragone. Reporter le flux de voitures de la rue Lamartine vers la rue de Tarragone n’est évidemment pas judicieux sur le plan de la sécurité.
Enfin, les personnes venant de l’avenue du pont Juvénal et se rendant dans la partie haute de la rue de Barcelone ou allant vers la place Carnot passeront de toute façon par les rues Isidore Girard, Lamartine et de l’Aire, donc sur la place.

Il existe d’autres solutions pour aboutir à un changement du traffic automobile dans le quartier sans détruire la partie la plus agréable de la place François Jaumes et à moindre coût. Changer les sens de circulation des rues Lamartine et de Tarragone, par exemple.
Essayer de donner une nouvelle vie au quartier de la Méditerranée est tout à fait louable, et l’action de Mare Nostrum, association à laquelle j’appartiens depuis l’année de sa création, est à souligner. Cependant, il est loin d’être certain que fermer les rues Isidore Girard et Lamartine au niveau de la place François Jaumes soit une solution efficace pour rendre le quartier plus agréable.
Au contraire, comme je vous l’ai écrit dans ma lettre du 15 mars dernier, le projet présenté par la ville détruit la partie la plus agréable de la place. Le sondage que j’ai entrepris, après lecture de l’article paru dans le numéro de mars de “Montpellier notre ville” (numéro qui n’a pas été distribué dans notre quartier), montre sans ambiguïté que de nombreux habitants du quartier, pour ne pas dire la majorité, s’en inquiètent.
Cette destruction se ferait sans aucune garantie que le but escompté, c’est à dire limiter le traffic automobile aux seuls habitants du quartier, soit atteint. Seule une étude du traffic actuel (déterminer d’où viennent et où vont les automobilistes qui passent par la place) permettrait de savoir si ce but a des chances d’être atteint.
Un aménagement en deux temps serait sans doute la meilleure solution.
Il consisterait à fermer seulement la rue Isidore Girard et à agrandir la place comme sur le projet alternatif n°0bis, dans un premier temps. Dans un deuxième temps, après la fin du chantier du tramway rue du pont de Lattes, en fonction de l’évolution du traffic automobile dans le quartier et une meilleure connaissance de l’origine de ce traffic (local ou extérieur au quartier), une autre étape, qui pourrait inclure une déviation plus en amont du traffic, pourrait être envisagée. Ainsi que l’a reconnu Monsieur Bonin, de la mission Grand Cœur, cette solution serait moins onéreuse que le percement d’une nouvelle voie de circulation. L’économie réalisée pourrait être investie dans l’aménagement de la place.
Comme vous l’avez compris, je ne fais pas cette demande en mon nom propre mais au nom des 100 habitants du quartier, sur 104 ayant participé au sondage, qui sont opposés à la destruction de la partie la plus agréable de la place François Jaumes.

Vous m’avez fait valoir que vous aviez une longue expérience de la démocratie de proximité et que si un élu du peuple devait essayer de satisfaire tout le monde, il ne pourrait jamais rien réaliser.

Croyez bien que j’ai parfaitement conscience de la difficulté de votre tâche. C’est la raison pour laquelle j’ai essayé de vous donner honnêtement tous les éléments pouvant vous permettre de prendre une décision. Je vous ai indiqué très clairement que je n’avais pas fait une pétition contre le projet que vous présentez, mais que j’ai entrepris un sondage sur les préférences concernant tous les projets soumis aux habitants du quartier, y compris des projets alternatifs sans rue au milieu de la place.
Vous m’avez dit qu’une deuxième réunion publique sur le sujet serait organisée le 3 mai prochain. J’espère que cette prochaine réunion proposera le choix entre plusieurs projets, avec et sans nouvelle voie de circulation sous les arbres. La crédibilité d’une démocratie participative de proximité en dépends.
Au 19 mars dernier, 104 personnes avaient participé au sondage. Même si un grand nombre des personnes interrogées, mais pas toutes, n’a pas participé à la réunion publique du 24 janvier dernier (je n’y étais pas moi même), leur avis se doit d’être pris en compte par un élu du peuple.

C’est dans cet espoir que je vous prie d’agréer, Monsieur, mes respectueuses salutations.

Paul Tchen

copies: Régine Souche
Jean-Louis Gély
Hussein Bourgi
Mare Nostrum

lettre du 20 mars 2006

Montpellier, le 20 mars 2006

Paul TCHEN
34070 MONTPELLIER
à
Monsieur Serge FLEURENCE
Adjoint au Maire délégué à la
Démocratie de proximité
MONTPELLIER

Monsieur,

Je vous ai écrit le 15 mars dernier pour vous faire part de mes inquiétudes concernant le projet de modification de la place François Jaumes tel qu’il a été décrit dans le numéro de mars 2006 du journal “Montpellier notre ville”.
Comme je vous l’expliquais, j’ai souhaité savoir quels étaient les avis des habitants du quartier sur les différents projets présentés par l’association Mare Nostrum et également sur un projet alternatif que je proposais, sans nouvelle voie de circulation au milieu des arbres de la place.
Je me permets de vous communiquer les premiers résultats du sondage en cours, valables à la date du 19 mars,.
Sur 104 personnes interrogées, 67 personnes vivent à proximité de la place François Jaumes (rue de la Méditerranée, rue Lamartine, rue de Lorraine, rue Isidore Girard, rue de Barcelone, rue d’Alsace, rue de l’Aire, rue de Tarragone, avenue du pont Juvénal). 37 autres personnes, mettant leurs enfants dans l’école Florian, habitent des rues plus éloignées.
Sur les 104 personnes, 100 sont contre la nouvelle voie de circulation sous les arbres de la place, dont 64 habitant près de la place (projet alternatif n°0 ou n°0bis).
3 sont favorables au projet tel que présenté dans le journal “Montpellier notre ville” (projet n°1) et une à la variante avec des stationnements automobiles supplémentaires (projet n°2).
Je joins à ma lettre une copie du dessin correspondant au projet alternatif n°0bis (sans nouvelle voie au milieu des arbres et avec fermeture de la rue Isidore Girard entre les rues Pralon et de la Méditerranée), que je n’avais pas en main quand j’ai déposé ma précédente lettre à votre secrétariat, le 15 mars dernier.
Les projets alternatifs proposés me semblent correspondre à l’objectif de réappropriation de la place par les habitants, comme le souhaite “Mare Nostrum”.
Ils sont compatibles avec l’intallation de terrasses de café sur la place.
Il sont plus efficaces sur le plan de la sécurité. En effet, la circulation automobile sera ralentie plus efficacement à l’intersection de la rue Lamartine et de la rue de la Méditerranée, en raison d’un virage moins ouvert, et il n’y aura pas de rue entre la fresque peinte et le reste de la place, portion de rue où les voitures risquent de rouler à vive allure. La circulation sera également ralentie au virage de la rue Isidore Girard vers la rue Pralon, dans le cas du projet n°0bis.
Je souligne que le projet n°0bis est celui qui offre le plus grand espace pour les piétons.
En effet, dans le projet n°1, l’espace entre la nouvelle voie et la fresque murale est un espace perdu, ainsi que l’emprise de la nouvelle voie sous les arbres.
De plus, ces projets seront vraisemblablement moins coûteux que le percement d’une nouvelle voie sous les arbres de la place. L’économie réalisée pourrait avantageusement être consacrée au renouvellement du mobilier urbain, comme proposé par “Mare Nostrum”.

J’espère que les premiers résultats de ce sondage contribueront de façon constructive à une démocratie de proximité exemplaire.
Si vous m’y autorisez, je souhaiterais vivement participer à la réunion que vous avez prévue sur le sujet le 22 mars, au nom des personnes opposées au projet d’une nouvelle voie de circulation sous les arbres de la place François Jaumes.

En espérant que vous considérerez favorablement ma demande, je vous prie d’agréer, Monsieur, mes très respectueuses salutations.

Paul Tchen

P.J.: copie du sondage

copies: Régine Souche
Jean-Louis Gély
Hussein Bourgi
Mare Nostrum

lettre du 15 mars 2006

Montpellier, le 15 mars 2006

Paul TCHEN
34070 MONTPELLIER

à
Monsieur Serge FLEURENCE
Démocratie de proximité
MONTPELLIER

Monsieur,

J’ai eu la surprise de lire il y a quelques jours, dans le 300ème numéro de “Montpellier notre ville”, un article intitulé “Une concertation exemplaire”.
Je dis la surprise, car je n’imaginais pas que le projet présenté par “Mare Nostrum” lors d’une réunion publique à la Maison pour tous Voltaire le 24 janvier dernier serait adopté si facilement, sans critique de ses défauts évidents :
- la destruction de la partie la plus agréable de la place, sous les arbres
- la complexité accrue de la circulation automobile dans le quartier, déjà complexe en raison des multiples sens-uniques et l’incivisme du stationnement sauvage.
Je n’ai malheureusement pas pu assister à la réunion publique du 24 janvier, mais on m’a dit que des critiques avaient été émises, qui ne semblent pas avoir été enregistrées.
L’absence de prise en considération des critiques motive mon présent courrier.
Je fais moi même partie de l’association “Mare Nostrum” depuis l’année de sa création et j’ai pu constater personnellement que les avis qui ne correspondent pas tout à fait aux désirs du Président de l’association ne sont pas facilement pris en compte. Je m’efforce, à titre personnel, de faire prendre conscience au bureau de l’association qu’un dialogue plus ouvert serait bénéfique. Cette démarche n’a malheureusement pas encore porté ses fruits. Ainsi, en ce qui concerne le projet de la place François Jaumes, ni le plan de mon projet alternatif, ni mes courriers à Jérémie Malek, président de “Mare Nostrum”, n’ont été présentés sur le blog de l’association malgré ma demande. Qui plus est, je ne peux demander la convocation d’une assemblée générale extraordinaire pour débattre de la question, l’accès à la liste des membres de l’association m’étant refusé.

Il me paraît important de porter ces faits à votre connaissance, puique vous êtes délégué à la démocratie de proximité. Vous conviendrez sans peine, je pense, que dans ces conditions le terme de “concertation exemplaire” n’est pas approprié en la circonstance.
Arrivé à ce stade comment faire pour que le terme se justifie ?
Vous trouverez ci-joint un croquis de la proposition alternative que je soumets, ainsi qu’une copie de mon dernier courrier à Françoise David-Laget, secrétaire de “Mare Nostrum”. J’explique dans cette lettre pourquoi le projet retenu ne me paraît pas idéal.
En ce qui concerne la projet alternatif dont je joins le croquis, il me paraît compatible avec le souhait d’installation de nouveaux commerces avec des terrasses sur la place, pour reprendre les termes de l’article de “Montpellier notre ville”. Le fait d’avoir des rues à traverser est un problème mineur. Il y a de nombreux exemples à Montpellier de cafés et restaurants dans cette situation.
Ce projet fait actuellement l’objet d’un sondage auprès des habitants du quartier. Il fait très largement l’unanimité et je souhaite pouvoir le défendre lors de la prochaine réunion du 23 mars, dont j’ai entendu parler sans plus de précision par Jérémie Malek.
Il me paraît important que la municipalité, avant de prendre des décisions où la démocratie de proximité peut être utile, s’efforce de recueillir honnêtement toutes les opinions exprimées démocratiquement. Je vous communiquerai donc à cette occasion les résultats d’un sondage en cours auprès des habitants de mon quartier sur leurs préférences sur les quatre projets : les trois projets présentés par le bureau de “Mare Nostrum”et le projet alternatif que je présente comme habitant du quartier et membre de “Mare Nostrum”. Ce sondage, commencé hier après midi à la sortie des écoles du quartier, a déjà recueilli plus de quarante signatures.

Comme je ne doute pas que nous partageons les mêmes valeurs, je souhaite vivement pouvoir vous rencontrer avant la réunion du 23 mars afin de discuter utilement de la démocratie participative. Auriez-vous un moment à m’accorder ?

Dans l’attente de votre réponse, je vous prie d’agréer, Monsieur, mes très respectueuses salutations.

Paul Tchen

copies: Régine Souche
Jean-Louis Gély
Hussein Bourgi
Jérémie Malek, président de Mare Nostrum